vendredi 12 mai 2017

Un burger original

Bonnotte lavées Terroir HDIl y a quelques jours, je vous parlais de la Bonnotte, cette pomme de terre primeur produite sur l'île de Noirmoutier.

Les primeurs de Noirmoutier apparaissent avec les beaux jours et leur saison est courte puisqu’elles ne sont disponibles que de début avril à la mi-août. Il faut donc en profiter dès leur arrivée ! On les conserve entre 3 et 6 jours seulement, dans un endroit frais et à l’abri de la lumière, dans le bac à légumes du réfrigérateur par exemple. Leur saveur si délicate se prête aux préparations les plus simples.

Pour l’apprécier, inutile de l’éplucher : il suffit de passer les pommes de terre sous l’eau, puis de les frotter avec du gros sel, pour conserver cette peau fine qui leur donner ce parfum caractéristique. Cuite en papillotes au four pour les plus gros calibres, à la vapeur et dégustée avec une noix de beurre salée ou bien encore sautée, parsemée de thym et accompagnée de gousses d’ail en chemise, pour les « grenaillades », la Noirmoutier se marie à merveille aux poissons et aux grillades. Mais elle peut aussi se cuisiner de plusieurs façons, en version salée ou sucrée.

BURGER DE BONNOTTES
© LA NOIRMOUTIER

Burgers de bonnottes

Pour les galettes :

- 800gr de Bonnottes pas trop petites

- 1 oignon jaune  

- 3 œufs

- ½ botte de persil ciselé

- 3 cs d’huile

- sel et poivre

Pour la garniture :

- 700 gr de boeuf haché

- 1 belle tomate

- 6 tranches d’emmental

- 1 oignon rouge

- 1 poignée de jeunes pousses d'épinards

- 4 cs de ketchup

Eplucher les pommes de terre et les râper à la mandoline.

Emincer l’oignon et le faire dorer à la poêle avec un peu d’huile d’olive. Réserver.

Dans un bol battre les œufs en omelette, y jouter les pommes de terre.

Bien assaisonner le mélange et ajouter le persil et les oignons.

Préchauffer le four à 180° (th6).

Faire chauffer  2 c à soupe d’huile dans une poêle et former des petites galettes (12). Les saisir à feu moyen pendant environ 2 minutes sur chaque face.

Déposer les galettes sur une plaque allant au four chemisée de papier cuisson.

Finir la cuisson au four pendant  20 minutes et réserver au chaud.

Avec la viande hachée, former des steaks de taille identiques à celles de vos galettes.

Les faire cuire dans la poêle avec le reste d’huile d’olive .Assaisonner sur chaque face en cours de cuisson.

Dresser vos burgers à l’assiette  en démarrant par une galette, ajouter un peu de sauce ketchup, quelques pousses, un steak, une tomate, le fromage et quelques lanières d’oignon.

Recouvrir avec l’autre galette. Servir aussitôt avec une salade verte.

ASTUCE : Formez les galettes avec un emporte pièce directement dans la poêle. C’est plus facile et plus régulier. Retirez-les rapidement pour ne pas que ça colle. Les galettes ainsi obtenues peuvent aussi se servir en accompagnement d’une viande ou d’un poisson.

Posté par magkp à 13:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


mercredi 28 décembre 2016

Des pommes de terre en habit de fête

Pour un diner léger et festif, ce plat à base de pommes de terre est parfait et très simple à réaliser. Il s'agit d'une recette imaginée par le chef Martial pour le CNIPT que j'ai pu testée il y a quelques années (la recette) et que je n'ai mystérieusement jamais publiée alors que j'avais beaucoup appréciée. Voici chose faite ! Une suggestion pour le 31 peut-être...

chartreuse de pommes de terre et langoustine sauce vierge (3)

chartreuse de pommes de terre et langoustine sauce vierge (5)

Chartreuse de pommes de terre et langoustine sauce vierge

Pour 4 personnes :

- 4 à 5 pommes de terre à purée (700 g)

- 8 langoustines

- 2 œufs

- 25 cl de crème fleurette

- 30 g de beurre demi-sel ou salé (ça va de soi !)

- ¼ de botte de cerfeuil

- ¼ de botte de ciboulette

- ¼ botte de persil plat

- 1+1 cuillères à soupe d’huile d’olive

- Sel, poivre

Préchauffer le four à 150°.

Ciseler toutes les herbes et les mélanger à l’huile d’olive. Saler, poivrer.

Eplucher les pommes de terre. En tailler une en fines rondelles.

Faire cuire les autres à l’eau salée pendant 25 minutes.

Dans un bol, battre les oeufs et la crème.

Passer les pommes de terre cuites au moulin à légumes ou au tamis et ajouter le mélange crème - œufs.

Décortiquer 4 langoustines. Saler et poivrer.

Beurrer 4 ramequins et disposer les rondelles de pommes de terre en rosaces très serrées.

Ajouter un peu de purée et déposer une queue de langoustine décortiquée. Compléter avec la purée et enfourner pendant 15 minutes.

Réserver au chaud.

Augmenter le four à 240°.

Badigeonner d’huile les 4 dernières langoustines et les faire rôtir 2 minutes.

Démouler les chartreuses sur 4 assiettes. Ajouter les langoustines et servir avec la sauce vierge.

lundi 23 février 2015

Fruits de la mer et joie des grandes marées

Vous le savez peut-être, jeudi, vendredi et samedi derniers, notre côte normande bénéficiait d'un spectacle grandiose, celui des grandes marées. Mais savez-vous de quoi il s'agit vraiment ?

On parle de "grande marée" lorsque le coefficient dépasse 95. Ce cœfficient exprime l’ampleur d’une marée. Il est compris entre 20 (morte-eau la plus faible) et 120 maximum (vive eau d’équinoxe). Les grandes marées se déroulent au moment de la pleine et de la nouvelle lune, quand la lune et le soleil sont dans l’alignement de la Terre et qu’ils s’attirent fortement.

En 2015, on compte 87 jours de grandes marées et même un jour de "marée du siècle" (lorsque le coefficient est supérieur à 118). Ce sera le 21 mars prochain (coef 119). Première marée de grande ampleur de ce siècle, elle ne sera d'ailleurs pas unique car, contrairement à ce qu'indique son nom, ces "marées du siècle" reviennent tous les 18 ans.

2015 02 21 - les grandes marées (8) - le gué de l'épine

2015 02 21 - les grandes marées (7) aérodrome des grèves

2015 02 21 - les grandes marées (10) - le gué de l'épine

Dans la baie du Mont-Saint-Michel en remontant vers Granville, les grandes marées sont exceptionnelles car c'est ici qu'on enregistre le plus grand marnage de France (différence d'eau entre la haute mer et la basse mer). Le 21 mars, il sera de plus de 14 mètres soit un immeuble de plus de 4 étages. A cette occasion, le Mont-Saint-Michel est encerclé d'eau telle une île.

Mais revenons-en à notre assiette ! Avec de telles marées, difficile de faire l'impasse sur la pêche à pied. D'autant qu'avec ces 350 kms de côte, la Manche a de quoi satisfaire les plus courageux et les fins gourmets !


source : infrep

Lorsque la mer se retire, les praires, les coques, les couteaux ou les palourdes (qu'on appelle ici "coque bleue") abondent sur l'estran. Enfouis plus ou moins profondément dans le sable humide, ils se font néanmoins trahir par les deux petits trous de respiration rapprochés qu'ils laissent à la surface du sable et le jet d'eau qu'ils laissent échapper à l'approche de nos pieds. Il suffit de gratter un peu avec le pied ou un rateau pour découvrir le coquillage qui se croyait à l'abri avant le retour de la mer.

P1030219
des coques

Au retour de la pêche, il faut impérativement faire dégorger les coquillages dans de l'eau salée (ou de l'eau de mer) pour retirer le sable. Au bout de 2 heures, on les retire de l'eau, au fond de laquelle le sable s'est déposé. Attention donc à ne pas renverser la casserole d'eau pour récupérer les coquillages, au risque de remettre tout le sable dans les coquilages, mais bel et bien à attraper les coquilages à la main dans l'eau.

Ensuite, on peut tout à fait les congeler tel quel pour une utilisation ultérieure. Il suffira alors de les laisser décongeler tranquillement à température ambiante ou encore de les passer rapidement au four, ce qui aura en plus pour effet de les ouuvrir sans effort !

Bien sûr, on peut également profiter de sa pêche pour se régaler aussitôt. Les coques et les palourdes se dégustent crues (surtout les palourdes qui révèlent alors leur vraie saveur) ou cuites 2 à 3 mn à feu vif dans un grand faitout accompagnée de vin blanc et d’échalote, comme pour les moules. Elles accompagnent alors à merveille des spaghettis ou un risotto.

Pêcher palourdes
des palourdes

Mais ce que je préfère encore, ce sont les palourdes farcies avec un beurre persillé. C'est très simple et peut se réaliser à l'avance. Elles se congèlent ainsi très bien et dépannent bien pour un apéro ou une entrée à l'improviste.

palourdes farcies au beurre persillé (1)
palourdes en phase de décongélation

palourdes farcies au beurre persillé (3)

Palourdes gratinées au beurre persillé

palourdes farcies au beurre persillé (2)- 36 palourdes

- 150gr de beurre demi-sel pommade

- 2 gousses d'ail

- 1 bouquet de persil

- 1 demi citron

- sel, poivre

Eplucher et presser les gousses d'ail (avec ce presse-ail, c'est parfait !).

Laver et ciseler le persil.

Malaxer le beurre avec la pulpe d'ail et le persil ciselé.

Ajouter le jus de citron. Saler, poivrer.

Préchauffer le four en position grill.

Déposer les palourdes dans un plat. Les ouvrir en les passant rapidement au four.

Oter les demi-coquilles vides et conserver celles avec le mollusque dans le plat.

Déposer une petite cuillée de beurre persillée sur chaque.

Passer au four jusqu'à coloration.

Déguster aussitôt.

Posté par magkp à 07:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 5 novembre 2012

Un dîner gratiné !

Voilà un plat qui ne paie pas de mine (il n' y a qu'à regarder la photo ! ) mais qui a plu à toute la famille. La recette est extraite de Goumand (n°251 du 4 octobre dernier), légèrement modifiée au niveau des proportions. Certes, ce gratin prend un peu de temps à réaliser (comptez 40 mn) mais il est parfait pour le dîner et change des traditionnelles spaghettis alla carbonara.

PICT0003

Gratin de conchiglionis au veau

pour 4 pers. :

- 300g de conchiglionis (en supermarché, voir chez les fabricants de pâtes sèches italiens)

- 800g de veau haché (ou de farce 100% veau, avec sel et persil, ou d'un mélange de veau, boeuf et porc)

- 1 cs de persil ciselé frais (à défaut un mélange provençal déshydraté)

- 1 oignon

- 4 gousses d'ail

-1 grosse boite de tomates pelées (800g)

- 1 feuille de sauge (facultatif)

- 1 petit verre de vin blanc (facultatif)

- 100g de fromage râpé (emmental, parmesan, comté)

- huile d'olive

- sel, poivre

Peler et hacher 2 gousses d'ail et l'oignon.

Les faire revenir dans une sauteuse, dans l'huile, avec le veau. Saler, poivrer.

Ajouter le vin, le quart des tomates pelées et le persil.

Mélanger et laisser mijoter 20mn.

Pendant ce temps, peler et hacher l'ail restant.

Dans une casserole, le faire dorer dans de l'huile. Ajouter le reste des tomates pelées et la sauge. Assaisonner.

Laisser cuire 20 mn en remuant régulièrement.

Pendant ce temps, faire cuire les pâtes dans un grand volume d'eau bouillante salée.

Retirer la sauge de la sauce tomate. Donner éventuellement un coup de mixeur plongeant, pour obtenir une sauce épaisse.

Egoutter les pâtes et les étaler sur un torchon propre pour éviter qu'elles ne collent entre elles.

Préchauffer le four à 180°.

Verser la sauce tomate dans un plat à gratin.

Farcisser chaque pâte d'un peu de veau et les disposer au fur et à mesure sur la sauce en serrant bien.

Mouiller l'ensemble avec un peu de jus de viande restant.

Saupoudrer de fromage râpé et enfourner pour 15 mn.

Servir avec une salade verte.

*********

Version vite faite :

Peler et hacher 3 ou 4 gousses d'ail et l'oignon.

Les faire revenir dans une sauteuse, dans l'huile, avec le veau. Saler, poivrer.

Ajouter le vin, les tomates pelées, le persil et la feuille de sauge. Assaisonner.

Mélanger et laisser mijoter 20mn.

Pendant ce temps, faire cuire les pâtes dans un grand volume d'eau bouillante salée.

Egoutter les pâtes.

Préchauffer le four à 180°.

Retirer la feuille de sauge de la sauce. Verser un peu de sauce tomate dans un plat à gratin.

Déposer les pâtes côté bombée en bas. Verser la sauce à la viande dessus en veillant à ce qu'elle se glisse dans chaque pâte.

Saupoudrer de fromage râpé et enfourner pour 15 mn.

Posté par magkp à 13:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

vendredi 26 mars 2010

Une recette qui n'en est pas une...

Saviez-vous que la France possède le cheptel bovin le plus important d'Europe ? Et oui, malgré les difficultés de leur métier, éleveurs et producteurs laitiers nous permettent de consommer une viande de grande qualité, mais aussi du lait, du fromage et des produits dérivés issus tout droit de notre pays.

Traditionnellement, on distingue 3 types de races bovines, dont le nom provient de la région d'origine :

- les races à viande résevées à la production de viande, parmi lesquelles les traditionnelles Charolaises, Limousines, Blondes d'Aquitaine, Rouge des Près, Parthenaises... et d'autres plus rustiques comme les Salers, Gasconnes, Aubrac...;

- les races laitières, dont les Holstein, Prim'holstein, Bretonnes, Pie Noire, Jersiaisse...  élevées pour produire du lait ;

- et les races mixtes, comme les Normandes, Montbéliardes, Abondance, Tarentaises, Simmental..., réputées pour leur lait comme pour leur viande.

Bien qu'en boucherie, on ne parle quasiment que de boeuf ou de veau, vous n'êtes pas sans savoir que nous consommons aussi bien des femelles (vaches et génisses) que des mâles (boeuf et veau). Et si le boeuf charolais est réputé pour la qualité de sa viande, je trouve qu'une côte de "boeuf" (entre autres) issue d'une vache normande peut être très goûtue et nettement moins chère !  Je ne pense pas qu'il faille bouder les races mixtes parce qu'elles ont largement leur place dans nos assiettes.

Comment acheter et conserver le boeuf ?

A l’achat, la viande de boeuf doit être d’un beau rouge soutenu et brillante. Sa graisse doit être légèrement jaune et, pour certains morceaux, mieux vaut privilégier une viande bien persillée (c'est-à-dire dont la graisse forme comme un fin réseau) car elle est alors plus tendre.

Tout boucher digne de ce nom aura fait racir sa viande quelques jours après abattage, avant de la mettre en vente... et loin de toute cellophane ! C'est ainsi qu'elle développe le mieux ses arômes.

Après l’achat, la viande de boeuf doit être maintenue dans la partie la plus froide du réfrigérateur, entre 0 et 2° C.

Acheté chez le boucher, le boeuf se conserve jusqu’à trois ou quatre jours selon les morceaux, dans son emballage d’origine, un papier paraffiné spécialement conçu pour le préserver au mieux. Attention, cependant, au steak haché à la demande : s'il est consommé cuit, il doit être cuisiné dans les 12 heures qui suivent l’achat. Cru, le boeuf ne doit pas attendre plus d'une heure.

Quel morceau choisir pour un bon steack ?

Le plus classique des steacks est sans doute le rumsteck, cette partie de l'aloyau, c'est-à-dire l'arrière de l'animal, côté cuisse, de la queue au prolongement du filet et du contre-filet. De l'anglais rump (croupe) et steak (tranche de grillade), le rumsteck est un morceau assez large qui forme donc le haut de la cuisse. C'est une viande à fibres courtes, goûteuse et tendre.

La bavette d'aloyau est une viande à fibres longues et peu serrées, tendre et savoureuse, également réservée aux biftecks. Il s'agit du muscle de l'abdomen dont la forme rappelle celle d'une bavette, qui pèse entre 2 et 3 kg et qui est tranchée en travers de ses fibres.

Enfin, si la tranche est plutôt réservée aux rôtis et la fausse araignée à la fondue bourguignonne, les 4 autres mucles constituant le tende de tranche sont parfaits pour des steacks :

- le dessous de tranche, d’épaisseur irrégulière, dont la partie plate, un peu ferme, est vendue le plus souvent hachée et la plus épaisse, à fibres courtes, est découpée en biftecks ;

- la poire, petit muscle rond et charnu de 500/600 g, à fibres courtes, qui donne des biftecks très tendres et fait merveille dans une fondue ou en cuisine orientale ;

- le merlan, un petit muscle long et plat comme le poisson du même nom, également à fibres courtes, qui pèse de 800 g à 1 kg ;

- l’araignée, un petit muscle de750 g, de forme très irrégulière, dont les fibres musculaires ressemblent aux pattes d’une araignée ;

Poire, merlan et araignée sont souvent appelés " morceaux du boucher " car la tradition veut que le boucher les réserve aux amateurs.

Voilà, vous en savez suffisamment pour "aller vous faire cuire un steack"... avec des frites bien sûr !

Et pour les amateurs de viande rouge crue, je vous propose une recette qui n'en est pas une : le steack tartare.

steack_tartare__1_

Steack tartare

pour 4 personnes :

- 600 g de bœuf (rumsteck, contre-filet ou tranche grasse), idéalement haché au couteau ou, à défaut, au hachoir

- 4 jaunes d'oeuf

- 4 cuillers à café de câpres hâchés

- 4 cuillers à café d’oignon frais haché

- 4 cuillers à soupe de persil ciselé

- 4 cuillers à café de sauce Worcestershire

- 4 cuillers à café de ketchup

- tabasco

- sel, poivre du moulin

Dans chaque assiette, disposer tous les ingrédients tout juste hachés.

Servir avec des frites maison et une salade verte. C'est tout !

 

Posté par magkp à 08:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 19 février 2010

On passe au vert !

Un dîner rapide à préparer et qui fait la part belle aux légumes, avouez qu'on en a toutes envie. Et si, en plus, les enfants ne les boudent pas, on est forcément ravie !

Cette semaine, je vous propose donc une truite farcie aux herbes et des flans de poireaux. Deux recettes très faciles à réaliser et moyennement coûteuses puisqu'elles utilisent des produits de saison.

Le poisson ainsi accomodée est une idée de "ma" poissonnière Sylvie dont je vous ai déjà parlé. Les quantités sont approximatives mais là n'est pas l'essentiel !

Quant aux flans de poireaux, il s'agit d'une déclinaison d'une recette Guy Demarle extraite du livre Simplissime.

 

flans_de_poireaux_Demarle__6_

Truite farcie aux herbes

pour 3/4 personnes :

- une belle truite sauvage vidée

- un bouquet de persil

- 2 tranches de pain de mie

- 1 gousse d'ail

- qs d'huile d'olive

- sel, poivre

Préchauffer le four à 210°.truite_farcie_aux_herbes__1_

Hacher le persil, l'ail dégermée et épluchée et le pain de mie (le Quick Chef 3 est du coup bien utile !).

En farcir la truite.

La déposer dans un plat à four.

Verser un peu d'huile, saler, poivrer et enfourner pour 30 minutes.

Lever les filets et servir bien chaud avec une crème citronnée.

 

Flans aux poireaux

pour 6 empreintes briochettes :

- 3 petits poireaux

- 25g de beurre

- 100g de crème fraiche

- 2 œufs

- 1 càs rase de Maïzena

- 40g de gruyère râpé

- 1càc de persil ciselé ou de persillade

- sel, poivre

Préchauffer le four à 140°.

Placer la plaque Flexipan® à briochettes sur la grille alu perforée.

Laver les poireaux et les détailler en rondelles. Les faire revenir dans une sauteuse, dans le beurre bien chaud. Saler, poivrer. Réserver.

Dans un cul de poule, battre les œufs en omelette. Ajouter la crème, la Maïzena et le persil. Bien mélanger.

Incorporer les poireaux et le gruyère. Rectifier l'assaisonnement.

Garnir les empreintes de la préparation.

Faire cuire 20 minutes. Démouler.

Posté par magkp à 08:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 17 mars 2008

Quand les fines herbes s'en mêlent

"Encore un feuilleté au saumon !", me direz-vous. Oui, mais quand on aime, on ne compte pas !
Et quand les fines herbes s'en mêlent, le saumon en est tout changé.

Très simple à réaliser, ce feuilleté est savoureux. A préparer la veille, il fait une belle entrée pour un déjeuner dominical et, pourquoi pas, celui de Pâques.
Merci à Jocelyne pour cette recette que je réalise de temps en temps pour le plaisir de mes convives.

feuillete_saumon

Feuilleté de saumon

Pour le feuilleté :

- 250g de pâte feuilletée maison ou 1 pâte feuilletée pré-étalée (pour gagner du temps)

- 400 gr de saumon (un filet ou des pavés)

- 4 œufs + 1 œuf pour dorure

- 4/5 tranches de pain de mie

- 5 branches persil

- 2 échalotes

- 1 ou 2 gousses d’ail

- sel, poivre

Pour la sauce au beurre citronnée :

- 20 cl (ou 200g) de crème fraîche épaisse

- 100 g de beurre

- jus de citron

- herbes : persil, ciboulette ou aneth

- fleur de sel, baies moulues (ou poivre blanc)

Préchauffer le four à 180°.

Faire cuire le saumon au court bouillon.

Tapisser un moule à cake de pâte feuilleté en laissant suffisamment de pâte pour recourvir le dessus.

Mettre au robot œufs, pain de mie, échalotes, persil, ail, sel, poivre. Mixer.

Verser la moitié de la préparation sur la pâte. Déposer le poisson puis finir avec l'autre moitié.

Recouvrir avec la pâte. Dorer le desus à l’œuf.

Cuire pendant 1h -1h15.

Avant de passer à table, préparer la sauce.

Faire fondre le beurre à feu très doux, au bain-marie, ou en position très basse au four micro-ondes.

Une fois le beurre fondu, incorporer la crème fraîche et mélanger.

Ajouter le jus de citron, les herbes finement hachées, le sel et les baies. Le mélange doit être épais.

Garder au chaud (au bain-marie).

Démouler le feuilleté à la sortie du four. Servir tiède avec la sauce à part.

NB : Pour un démoulage facile, l’idéal est d’utiliser une pâte ronde avec son papier sulfurisé.

Posté par magkp à 10:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

samedi 11 juin 2005

L'effeuiller et fondre pour son coeur...

A l’origine chardon bleu, l’artichaut a été inventé par croisement avec le cardon, alors que l'on tentait d'améliorer la culture des Cynarées. Apparu en Italie sous sa forme actuelle en 1466, il a été introduit en France par Catherine de Médicis, future épouse du roi Henri II. Longtemps considéré comme un mets de roi, l’artichaut s’est démocratisé avec la création en 1810 du célèbre Camus de Bretagne. Présente sur les étals de mai à novembre, cette espèce à grosse tête arrondie et aux capitules (feuilles) vert lavande bien serrées peut peser jusqu'à 500g.

Parmi les autres variétés les plus répandus : le Castel, plus gros et offrant une saveur assez prononcée et le Violet de Provence, ou « artichaut poivrade », qui se distingue par sa forme conique, ses petits capitules allongés et sa teinte violacée.

Très peu calorique, l’artichaut est riche en vitamines B3 (pour la construction des cellules), B5, C (pour le tonus) et E, ainsi en fibres (2%) et en glucides (7,6%). Il évite donc les coups de fatigue et stimule la digestion. Il offre également une grande quantité de minéraux (calcium, magnésium, potassium et phosphore), très importants pour le développement osseux des enfants.

 

Comment le choisir ?

 

Les gros artichauts doivent être d'un vert uniforme, sans tâche et relativement lourds. Les feuilles doivent se casser nettement, la tige ne pas sembler sèche. Quant aux artichauts violets, ils se choisissent très frais, avec des feuilles drues, cassantes et légèrement piquantes.

 

Comment le conserver ?

L’artichaut se conserve 2 ou 3 jours, dans un endroit frais et obscur. Il n’aime pas le réfrigérateur, ni même le bac à légumes. Une fois cuit, l'artichaut développe des substances qui peuvent le rendre toxique. Il faut donc le consommer très rapidement.

Comment le préparer ?

Avant cuisson, mieux vaut arracher la queue, à l'aide de la main, plutôt que de la couper. Cela entraîne les fibres les plus coriaces qui traversent le fond de l'artichaut.

Le petit violet se déguste volontiers cru, avec une sauce à base de feta, de fromage blanc et d'ail, un mélange de tarama et de crème fraiche ou simplement une vinaigrette à base de citron, huile d'olive sel et poivre.

Quant aux gros artichauts, mieux vaut les cuire. Quinze minutes à l'autocuiseur suffisent. Traditionnellement, l'artichaut se laisse effeuiller et  déguster avec une vinaigrette bien relever. Le fond, quant à lui, peut être gratiné, recouvert d'une sauce béchamel, de dés de jambon et de fromage râpé : les enfants en raffolent !

Voici une entrée ou un plat (suivant les appétits) facile et assez rapide (30 minutes maxi) inspirée d'une recette extraite de Cuisine actuelle, n°137, de mai 2002..

artichauts___la_tunisienne_003

 

Artichaut cocotte à la tunisienne

- 4 artichauts "Camus" (un par personne)

- 1 petit oignon

- 1 petite boite de thon

- 10 cl de coulis de tomate

- du persil

- de la vinaigrette

-sel, poivre

Casser la queue des artichauts et les faire cuire dans l'eau bouillante salée, à l'autocuiseur, 15 minutes à partir du sifflement.

Dans une casserole, faire revenir, dans de l'huile d'olive, un oignon émincé avec une petite boite de thon émietté. Mouiller avec un peu de coulis de tomate. Parsemer de persil ciselé.

Préchauffer le four à 210°. Egoutter les artichauts et les mettre dans un plat à four. Enlever les feuilles du milieu et retirer le foin.

Répartir la farce dans les artichauts puis y casser un oeuf au centre. Saler légèrement, poivrer. Faire cuire à four chaud jusqu'à ce que le blanc d'oeuf soit pris.

Servir chaud avec une vinaigrette bien relevé.

Posté par magkp à 22:12 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,