jeudi 14 février 2013

Canaille, vous avez dit canaille ?

La cuisine canaille a le vent en poupe, la cuisine de bistrot. Il faut dire qu'en ces temps de crise, celle qui incarne le patrimoine culinaire populaire rassure et réconforte. Et son addition (normalement) légère n'est pas pour déplaire. 

Tout droit venue des cantines ouvrières citadines, des musettes des pêcheurs et des tables paysannes, la cuisine de ces pauvres (pauvres qu'on appelait autrefois 'canaille') était simple et économique : un bouillon de poule ordinaire amélioré de pain qui calait les estomacs affamés, un reste de viandes cuites accommodées avec une sauce aux fines herbes, des crêtes, des rognons et des amourettes mijotés avec quelques champignons des bois, du poisson salé arrangé avec quelques pommes de terre… Tous ces plats de ménage préparés avec les moyens du bord devinrent gratinées à l’oignon, salpicons à la sauce rémoulade, vol-au-vent et autres harengs - pommes à l’huile dont la bourgeoisie s’enticha, dès le début du siècle dernier, dans les brasseries, bistrots et bouchons.

Aujourd’hui encore, la cuisine canaille évoque les plats du jour sans chichi et les recettes authentiques : œufs mimosa, pâté de campagne, pieds de cochon panés, pot-au-feu, tête de veau sauce gribiche, terrine de queue de bœuf, pâté de tête, crème caramel, île flottante… Le secret de cette cuisine gourmande réside dans la simplicité de ses ingrédients. Fidèle à ses origines populaires, elle s’élabore avec des produits bons marché, comme les abats, les œufs, le pain et les fruits et légumes de saison. Elle ne boude pas non plus les restes. Bien au contraire !

Le hachis Parmentier, comme le pain perdu, en sont de beaux exemples. Un reste de pot-au-feu, de rostbeef, quelques pommes-de-terre et vous voilà avec un dîner savoureux pour quelques euros. Lorsqu'il me reste de la viande ou de la volaille (notamment à Noël), plutôt que de la jeter (je déteste le gâchis), je la mouline et la congèle dans une boite. En quelques semaines, j'obtiens suffisamment de viande pour réaliser le hachis ou encore des boulettes. En plus, le fait de mélanger différentes viandes (grasses, maigres...) apporte au plat plus de saveurs et de moelleux qu'un seul reste de rostbeef ou, comme on le voit souvent dans les recettes, des steacks hachés. Une habitude à prendre, qui dépanne bien quand le frigo est vide.

hachis Parmentier (15) hachis Parmentier (2)

hachis Parmentier (5)

hachis Parmentier (13)

Hachis Parmentier

pour 6 personnes

- 800 g de viande hachée cuite (boeuf, veau, porc, volaille, gibier...)

- 1,2 kg de pommes de terre à chair farineuse

- 150g de beurre demi-sel

- 1 oignon

- 1 échalote

- 1 cs de concentré de tomates

- 15 cl de lait

- 15 cl de crème

- 1 cube de bouillon de boeuf déshydraté

- persil

- 150g d'emmental râpé

- sel, poivre

Laver et éplucher les pommes de terre. Les couper en quartiers et les faire cuire dans un grand volume d'eau salée 15 mn à l'autocuiseur.

Pendant ce temps, hacher la viande au hachoir (à main ou électrique MAIS SURTOUT PAS AU MIXEUR qui chauffe la viande et la réduit en purée) si ce n'est déjà fait.

Eplucher et ciseler l'oignon et l'échalote. Laver et ciseler le persil.

Dans une poêle, les faire revenir dans 50g de beurre. Ajouter la viande, le concentré de tomate, un fond d'eau (celui des pommes de terre, c'est parfait), le cube de bouillon, le persil et laisser mijoter un quart d'heure. Saler peu, poivrer.

Pendant ce temps, faire chauffer le lait et la crème au micro-ondes.

Vider l'eau de l'autocuiseur. En conserver un fond (l'équivalent d'un verre).

Ecraser les pommes de terre au presse-purée (ou au moulin à légumes) avec l'eau.

Verser petit à petit le mélange lait-crème sur l'écrasée de pommes de terre en mélangeant avec une cuiller en bois (pas de métal, ça rend la purée élastique). Ajouter 50g de beurre. Mélanger.

Préchauffer le grill du four à 210°.

Beurrer un grand plat à gratin ou plusieurs plats individuels (sabot, cocotte...).

Déposer la viande dans le fond. Recouvrir de purée.

Parsemer de quelques noisettes de beurre et d'emmental râpé.

Enfourner une dizaine de minutes, le temps que le dessus dore.

Servir avec une salade verte.

Posté par magkp à 10:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


vendredi 21 décembre 2012

Noël : une entrée très raffinée

Découvert lors d'une Leçon très gourmande, le velouté de chataignes est ce genre d'entrée très chic sans effort particulier. Le top pour les fêtes ! Testé sans les champignons (ce qui est d'ailleurs très bien aussi) pour un dîner avec des amis où il a fait l'unanimité, ce velouté se devait d'être à notre table pour le réveillon. Voici donc la recette.

 

2012 10 19 - velouté de châtaignecrédit photo : RDV Communication

Velouté de châtaignes, copeaux de St Jacques crues et fricassée de champignons

Pour 4 pers.

pour le carpaccio de Saint-Jacques :

- 4 belles noix de Saint-Jacques

- 2 cs d'huile de noisette

- 1 cs de vinaigre de vin blanc ou de riz

pour le velouté de châtaignes :

- 400g de châtaignes épluchées en conserve

- 2 échalotes

- 1 branche de céleri

- 40 cl de fond blanc (de volaille)

- 20 cl de crème fleurette

- 50g de beurre

pour la fricassée de champignons :

- 200g de champignons du moment (cèpes, girolles)

- 1 gousse d’ail

- du persil

- de la ciboulette

- Sel, poivre

Le carpaccio de noix de Saint-Jacques :

Couper les noix de Saint-Jacques fraiches ou encore congelées (c’est plus facile) en tranches fines.

Les déposer dans un plat. Couvrir d’huile et de vinaigre. Saler, poivrer.

Réserver au frais sous un film étirable.

Le velouté de châtaignes : (possible de le faire la veille)

Éplucher et détailler l’échalote et la branche de céleri en brunoise

Faire fondre une noix de beurre dans une casserole. Y faire suer la brunoise à feu moyen. Pour ce faire, saler au départ pour que les légumes rendent leurs eaux.

Ajouter les châtaignes égouttées, puis le fond blanc et faire cuire pendant env 20 mn.

Retirer du feu. Verser la crème petit à petit (jusqu'à la consistance désirée) et mixer suffisamment pour obtenir un velouté émulsionné.

Rectifier l’assaisonnement. Réserver.

Les champignons :

Couper le bout terreux des champignons. Brosser délicatement. Ne pas les laver sous un filet d'eau qui les altère.

Pour ôter le goût terreux des champignons, les faire suer sans matière grasse dans une sauteuse (séparément si plusieurs sortes de champignons).

Les égoutter dans une passoire.

Faire sauter les champignons dans un peu de beurre, durant 3 à 4 mn (séparément si plusieurs sortes de champignons).

Hors feu, ajouter l’échalote, l’ail et le persil ciselés.

Le dressage :

Dans une assiette creuse, déposer une louche de velouté de châtaignes.

Ajouter quelques champignons puis le carpaccio de Saint-Jacques.

Parsemer de ciboulette ciselée et servir.

Nota : Ce velouté peut être servi avec quelques copeaux de foie gras ou encore des chips de lard, de chorizo...

velouté de marron copeaux de foie gras (1)

Je vous souhaite un excellent Noël et une belle fin d'année.

Posté par magkp à 10:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

lundi 13 juin 2011

Indémodable clafoutis

Quand revient le temps des cerises, rien ne vaut un clafoutis, crémeux, parfumé et coloré. Sa fine couche blonde révèle une pâte molle au doux parfum d’œuf et de lait, à peine tiédie ou encore légèrement fumante pour les impatients. Y sont emprisonnées les fruits dont le jus et les saveurs explosent en bouche et que l’on croque avec délicatesse pour ne pas se blesser les dents avec le noyau. Un noyau dont on se délecte encore un instant comme un trésor et que l’on se débarrasse discrètement, en le déposant sur le bord de l’assiette, ou qui, selon l’humeur, devient l’objet d’un concours de lancer, voire un projectile habilement envoyé entre les lèvres.

Le clafoutis, toujours aux cerises, est une merveille héritée de la cuisine médiévale que l’on doit aux Limousins, une région prospère en griottes noires. Il était vraisemblablement cuit dans les fours à pain lorsque la fournée était terminée. Le mot proviendrait d’un régionalisme, clafotis, dérivé du verbe clafir ou claufir qui signifie, au fil du temps, ‘piquer de clous’, ‘consteller de clous’, ‘parsemer de quelque chose’, ‘remplir de quelque chose’’, en référence aux queues des cerises répartis en abondance dans le gâteau.

Mais on doit aussi aux Limousins une version aux pommes, "la flognarde", qui a fait des émules aux 4 coins de la France : "millard" en Auvergne, "cajasse" en Périgord, "farz" (aux pruneaux) en Bretagne… Car, il faut se rendre à l’évidence : la flognarde (qu’on nomme ‘clafoutis’ quel que soit le fruit par abus de langage) s’adapte à tous les fruits du verger. Abricots, prunes, pêches, framboises, cassis en été, pommes, poires, raisins, figues à l’automne, bananes, pruneaux en hiver…, tous se plaisent à être emprisonnés dans un flan. Mais plus les fruits sont fins et délicats, plus la pâte doit être fine.

D'ailleurs, cette pâte à clafoutis n’est ni plus ni moins qu’un flan, un appareil très proche de la pâte à crêpes. Les ingrédients sont les mêmes dans des proportions différentes. Proportions qui varient aussi selon les recettes. Plus riche en farine, le dessert est plus consistant ; en œufs, il est plus ferme. Avec 2 œufs entiers et 2 jaunes au lieu de 4 oeufs, sa texture est plus onctueuse. Selon les goûts, le beurre peut être remplacé par de la crème fleurette, auquel cas il convient de diminuer la quantité de lait. Comme le flan, le clafoutis ne contient pas de levure, contrairement à ce qui est écrit parfois.

La pâte gagne en légèreté à être bien aérée, autrement dit bien fouettée. La laisser reposer 2 ou 3 heures avant cuisson lui apporte de la souplesse. Seulement, comme l’appareil a tendance à décanter rapidement, ce n’est qu’après repos qu’il doit être versé sur les fruits dans le moule, en ayant pris soin de bien le mélanger.

J'aime préparer le clafoutis dans un plat à four au format familial pour une version décontractée ou individuel pour un déjeuner avec des invités. Je le choisis de préférence joli pour passer du four à la table. Mais on peut préférer un moule à tarte en métal pour le croustillant qu’il procure. Il est alors tout à fait possible de le démouler pour le servir. Un plat au format familial est idéal pour un déjeuner décontracté, des cocottes individuelles, parfaites pour un dîner avec des invités. Pour un buffet, mieux vaut le découper en carrés ou bien utiliser un moule à mini-muffins.

Ce soir, les cocottes en céramique Le Creuset étaient de sortie. Et le clafoutis, entièrement réalisé par ma petite Alice, était particulièrement réussi. Mais, c'est normal, me direz-vous, il avait été fait avec tellement d'amour...

clafoutis aux cerises (6)

Clafoutis aux cerises

pour 4 à 6 personnes

préparation : 10 minutes

cuisson : 35 minutes

- 500g (ou plus !) de cerises entières non dénoyautées

- 2 oeufs entiers + 2 jaunes (ou 4 oeufs entiers)

- 120g de sucre

- 80g de farine ou de fécule de maïs

- 20 cl de lait demi-écrémé (ou 30 cl de lait)

- 20 cl de crème liquide entière (ou 80g de beurre fondu)

- 1/2 gousse de vanille

Dans une jatte, fouetter les oeufs avec le sucre jusqu'à blanchiment.

Gratter la demi-gousse de vanille et incorporer les grains dans les oeufs sucrés.

Ajouter la farine tamisée ; bien fouetter.

Verser le lait et la crème ; mélanger.

Laisser éventuellement reposer la pâte 2h au frais.

Préchauffer le four (chaleur tournante) à 180°.

Laver les cerises, les équeuter et les répartir dans le(s)  moule(s).

Mélanger l'appareil. Verser sur les cerises.

Enfourner pour 45 mn (plat familial, seulement 30/35 mn en plats individuels).

A la sortie, laisser refroidir et déguster à température ambiante.

PS : D’accord, le noyau peut être désagréable en bouche pour certains. N’empêche que les cerises ne doivent surtout pas être dénoyautées pour ne pas perdre leur jus qui détremperait la pâte, et pour rester bien fermes et goûteuses. En plus, ils apportent une saveur d’amande fraiche incomparable. Soyez donc paresseux et vous verrez la différence !

Variante : on y ajoute 2 cuilléres à soupe de pâte de pistache ou, à défaut, 60g de pistaches entières émondées, mais aussi des pépites de chocolat ou de la noix de coco râpée. On peut également remplacer le lait ou la crème par du lait ou de la crème de coco. Dépaysement garanti !

 clafoutis aux cerises (9)

Posté par magkp à 20:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

vendredi 24 septembre 2010

Petits feuilletés au dîner

Poireaux, pommes de terre, saumon, noix : voilà des ingrédients de saison qui, avec un peu d'organisation, devrait nous permettre de réaliser un plat complet pour un dîner en semaine ou le week-end. L'avant-veille, on épluche et on cuit les pommes de terre. Et avec une cocotte-minute, ça va encore plus vite (seulement 5 minutes de cuisson). Les poireaux peuvent être préparées la veille. La pâte feuilletée, préparée à l'avance et congelée ou bien achetée toute prête. Le jour J, il ne reste plus qu'à assembler et à cuire 20 minutes.

La photo n'est pas terrible du tout, mais le plat vaut la peine d'être goûté !

feuillet__saumon__poireaux__pommes_de_terre

Feuilletés saumon/poireaux/pommes de terre/noix

pour 4 personnes :

- 2 belles pommes de terre

- 2 beaux poireaux

- 500/600g de saumon cru (4 pavés ou du filet)

- 70g de noix hachées

- 50g de beurre

- 1 gousse d'ail

- 4 cuillérées de crème crue ou fraiche (épaisse)

- 250g de pâte feuilletée

- 1 oeuf

- sel, poivre

Laver et émincer les poireaux. Eplucher la gousse d'ail.

Mettre à suer les poireaux et la gousse d'ail dans 50g de beurre, à la poêle, pendant 10/15 minutes à feu doux. Saler au départ de la cuisson pour ne pas qu'ils attachent. Poivrer. Laisser refroidir.

Pendant la cuisson des poireaux, peler et couper en lamelles les pommes de terre. Les faire cuire dans le panier vapeur de la cocotte minute, 5 minutes à partir de l'ébulliton. Saler légèrement et laisser refroidir.

Dans une assiette, mélanger les noix hachés avec un peu de sel et de poivre.

Détailler le saumon en cubes. Les rouler dans le hachis assaisonné.

Préchauffer le four à 210°.

Découper 4 carrés de 20 cm de côté environ dans la pâte feuilletée.

Au centre de chaque carré, déposer une couche de pommes de terre, puis une cuillérée de poireaux, puis les cubes de saumon pané. Ajouter une cuillérée de crème.

Refermer les carrés en rabattant les angles au centre. Souder et dorer à l'oeuf battu à l'aide d'un pinceau.

Faire cuire pendant 20 minutes et servir.

Posté par magkp à 08:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

lundi 6 juillet 2009

Un avant-goût de vacances au soleil...

Il y a quelques semaines, je vous présentais un plat que j'affectionne pour sa rapidité de préparation : les blancs de seiche à la normande.

Cette semaine, je réitère dans la famille des céphalopodes avec les encornets (nom donné dans la moitié nord de la France, au sud, on parle de calmars ou calamars). Un plat peu coûteux en saison (comptez 5 à 8€ le kg*), et très rapide si tant est que le poissonnier vous les ait préparés... Sinon, comptez une dizaine de minutes pour vous débarrasser des entrailles de ces petites créatures.

Mais j'entends déjà certains s'écrier que les encornets, c'est caoutchouteux ! Que nenni ! Il suffit de les pocher 5 mn à l'eau frémissante pour qu'ils restent bien tendres. Ensuite, deux solutions s'offrent à vous : ou bien sautés très rapidement à la poêle, ou snackés à la plancha, ou biens mijotés tranquillement pendant 1h. A vous de voir. Moi, je les aime juste sautés à l'ail et au persil, avec un peu de crème, et accompagnés d'un peu de riz et d'une fondue de poireaux.

Encornets en persillade

pour 4 personnes :

- 800g à 1kg d'encornets

- 25g de beurre

- 1 càs d'huile d'olive

- 1 gousse d'ail

- qqs brins de persil

- 2 càs de crème fraiche

- sel, poivre

Séparer la tête du corps en tirant à la main.

Vider l'intérieur de la poche, y compris la plume transparente ("l'os" de l'encornet). Enlever si possible la peau fine.Rincer à l'eau.

Couper le corps en deux dans la longueur ou en rondelles (anneaux).

Couper la tête pour ne conserver que les tentacules. Jeter la partie dure. Rincer.

Chauffer une grande casserole d'eau. Lorsque l'eau est frémissante, plonger les encornets dedans et laisser pocher 5 mn.

Les sortir à l'écumoire (NE SURTOUT PAS LES PLONGER DANS DE L'EAU FROIDE) et les éponger avec de l'essuie-tout.

Dans une poêle, faire chauffer les matières grasses. Y faire sauter les encornets à feu vif 3 - 4 minutes.

Eplucher l'ail. Ciseler le persil.

Ajouter l'ail pressé ou écrasé et le persil. Poivrer et saler légèrement.

Au dernier moment, incorporer la crème fraiche. Mélanger. Servir.

* Edit d'octobre 2015 : En Normandie, l'encornet est pêché d'août à février avec une pleine saison de novembre à janvier. Or, j'ai constaté sur le marché qu'il pouvait y grimper jusqu'à 15€ le kg ! Aurait-il augmenté en quelques années ou est-ce sa rareté en ce moment ?

Posté par magkp à 08:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


vendredi 5 octobre 2007

Et pour finir un repas copieux en douceur...

N'est-ce pas sympa de terminer un déjeuner par des petites douceurs ? Et comme les mignardises ont l'avantage de convenir à tous les estomacs, elles ont leur place à la fin d'un repas copieux. On s'en contente d'une seule si on est raisonnable, mais on peut se laisser aller à en déguster une autre, puis une autre, et encore une... C'est qu'il faut bien goûter une de chaque !

mini_tartelettes

 

 

Assortiment de mini-tartelettes

pour 20 pièces :

- 230g de pâte sablée ou brisée sucrée

pour 6/7 mini-tartelettes chocolat blanc-framboises :

- 50g de chocolat blanc de couverture

- 70g de crème liquide

- une belle poignée de framboises (100g ?)

pour 6/7 mini-tartelettes au chocolat noir :

- 80g de chocolat noir de couverture

- 3 cuillères à soupe de crème fraiche

- 1 cuillère à soupe de sucre en poudre

pour 6/7 mini-tartelettes pommes-noisettes :

- 1 pomme de type Reinette

- 1 cuillère à soupe de miel

- 1 noisette de beurre

- 5 noisettes

Abaisser la pâte. Découper des fonds de tartelettes à l'aide d'un emporte-pièce. Foncer les empreintes d'une plaque à mini-tartelettes en silicone.

Préchauffer le four position classique à 200°.

Peler la pomme et la couper en dés. Les faire revenir avec le beurre dans une poêle quelques minutes. Laisser refroidir.

Faire fondre le chocolat blanc en morceaux avec 20g de crème 30 secondes au micro-ondes. Bien mélanger et ajouter le reste de crème fraiche. Mélanger de nouveau. Réserver au congélateur le temps de préparer le reste (30 minutes).

Répartir les pommes sur les fonds de tartelettes. Parsemer de noisettes préalablement concassées. Verser un peu de miel .

Recouvrir les empreintes sans garniture de haricots (pour une cuisson à blanc) et enfourner la plaque pour 15 minutes (variable selon le four).

Faire fondre le chocolat noir et la crème fraiche 30 secondes au micro-ondes. Ajouter le sucre et bien mélanger. Réserver.

Sortir le mélange chocolat blanc /crème fraiche du congélateur (la préparation ne doit être ni liquide, ni solide). Le fouetter comme pour une chantilly. Réserver cette ganache montée.

Une fois les mini-tartelettes cuites, les sortir et les laisser refroidir sur une grille.

Garnir des fonds de tartelettes de la ganache montée au chocolat blanc. Recourvrir de framboises.

Remplir les fonds restants de ganache au chocolat noir.

Déposer les mini-tartelettes sur un plat de service.

NB : - Dans l'assortiment de tartelettes que je vous propose, seules celles aux pommes nécessitent une cuisson  avec garniture. Pour gagner du temps et faire des économies d'énergie, je vous propose donc de les cuire en même temps que les autres fonds de tartelettes qui exigent, eux, une cuisson à blanc.

- Si votre plaque ne comporte pas assez d'empreintes, vous devrez procéder en deux fournées. Mais, attention !, attendez bien que la plaque soit totalement refroidie pour garnir les empreintes. Sinon, au contact du moule chaud, la pâte se rétracte. Pour se faire, une fois la première fournée démoulée, passez la plaque sous l'eau froide et séchez-la.

- vous pouvez aussi préparer des tartelettes au citron. Elles sont très rapides à réaliser si, comme moi, vous avez toujours des pots de tartinade au citron d'avance. Il suffit juste de cuire à blanc les fonds de tartelettes et de les garnir, une fois refroidies, de la tartinade.

- d'autres garnitures possibles : noix, amandine aux poires, rhubarbe...

Ces mignardises m'ont été largement inspirées de celles  que proposent Mercotte dans son nouvel ouvrage 30 desserts créatifs pour toutes les occasions aux éditions Square des loisirs.

vendredi 8 juin 2007

Un gâteau tout rose pour ma princesse

Je ne sais pas pour vous mais, à la maison, nous avons la joie de vivre avec une petite princesse. A trois ans, et alors que je ne l'ai jamais vraiment poussée dans cette direction, ma petite Alice est très attirée par le rose, les déguisements de princesses, les bijoux...

Alors, pour son anniversaire, impossible d'échapper au gâteau tout rose !

gateau_rose_d_Alice

Gâteau tout rose pour une princesse (ou bavarois à la framboise)

Dacquoise aux amandes :

- 75 g d'amandes en poudre

- 75 g de sucre glace
- 3 blancs d'oeufs
- 70 g de sucre


Mousse de fruits :

- 400 g de coulis de framboises sucré

- 4 feuilles de gélatine

- 280g de crème fraiche

- une belle poignée de framboises entières ou d'un mélange de fruits rouges

 

Glaçage et le décor :

- 40g de gelée de framboise

- 1/2 feuille de gélatine

 

Préparer la dacquoise.
Préchauffer le four à 165°c. Tamiser le sucre glace et la poudre d'amande.

Monter les blancs d'œufs en neige. Y verser le sucre en poudre tout en continuant à fouetter.

Incorporer le tant pour tant (sucre glace + poudre d'amande).

Verser la pâte dans un moule à manqué à fond amovible ou un cercle.

Enfourner pour 30 minutes, jusqu'à une couleur caramel clair. Laisser refroidir.

 

Poursuivre par la mousse.

Faire tremper les feuilles de gélatine dans un bol d'eau froide.

Pendant ce temps, faire chauffer le coulis dans une casserole. Ajouter les feuilles de gélatine ramollies et bien mélanger jusqu’à ce qu’elles soient fondues. Laisser refroidir.

Monter la crème fraiche en chantilly et l'incorporer à la purée de fruit.

Chemiser le moule avec la dacquoise d’un rhodoïd (si vous en avez encore la place, normalement oui, car le gâteau a dû se décoller légèrement des parois au cours de la cuisson).

Verser la moitié de la mousse sur la dacquoise. Recouvrir d'une couche de fruits entiers.

Ajouter le reste de mousse. Lisser le dessus.

Laisser toute une nuit au frais.

 

Le lendemain, faire fondre  la demi-feuille de gélatine dans un bol d'eau froide. Faire chauffer la gelée de framboise et incorporer la gélatine. Bien mélanger. Laisser un peu refroidir et étaler le glaçage sur le dessus de l'entremet (opération très délicate). Démouler le gâteau et décoller le rhdoïd à l'aide d'un sèche-cheveux.

Remettre  au frais avant de servir.

Posté par magkp à 09:48 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mardi 31 octobre 2006

Un potiron rondement bon !

Personne n'aura oublié qu'aujourd'hui, c'est Halloween ! Soupe à la citrouille, gâteau au potimaron ou tarte au potiron..., les curcubitacées sont à l'honneur sur nos tables.

Le parmentier de Mercotte publié il y a quelques jours m'avait bien plu. N'ayant pas de cuisses de canard confites mais un reste d'épaule d'agneau, j'ai concocté un petit plat, à partir de ce reste, plutôt sympa. Même si certains ont fait la grimace à la maison ! Ils ne savent pas ce qui est bon !

hachis_potiron_agneau_003

Hachis potiron-agneau

Pour 4 pers. :

- un reste d'épaule d'agneau rôtie

- 25 cl de bouillon de boeuf ou de poule

- 1 kg de potiron épluché

- 200g de pommes de terre

- 100g de crème fraîche

- 100g de fromage fraîchement râpé assez goutu (parmesan, tomme, comté...)

- noix de muscade

- sel

- 1 oignon

- huile et beurre

Eplucher les légumes et les couper en dés. Les faire cuire à la vapeur dans la cocotte-minute 7/8 minutes.

Dans une sauteuse, faire revenir un oignon émincé dans l'huile et le beurre. Effilocher l'agneau et l'ajouter aux oignons. Recouvrir de bouillon et laisser cuire à couvert, à feu doux pendant un bon quart d'heure. Oter le couvercle et augmenter le feu pour que le bouillon réduise.

Passer le potiron et les pommes-de-terre au moulin à légumes. Ajouter la crème fraiche, le fromage et la noix de muscade. Saler.

Dans des ramequins beurrés, déposer deux cuillères de viande. Recouvrir de purée. Parsemer de fromage et passer au four (position grill) quelques instants.

Posté par magkp à 07:39 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mardi 16 mai 2006

Un poisson vite préparé

Voilà une recette que je tiens de ma mère qui préparait ainsi les filets de poisson blanc le soir en semaine quand elle n'avait que peu de temps pour cuisiner.

Filets de cabillaud à la crème

Pour 4 personnes :

- 600g de filet de cabillaud (ou de lieu jaune, lieu noir...)

- 2 tomates

- 2 belles louches de crème

- 1 échalote

- du beurre

- sel, poivre

Faire revenir une échalotte émincée dans du beurre.

Y ajouter les filets de poisson et les quartiers de tomates. Faire dorer. Saler, poivrer.

Laisser cuire 10 mn à feu doux. Verser la crème. Laisser chauffer quelques minutes. Servir avec un riz nature.

Posté par magkp à 07:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

samedi 1 avril 2006

Le printemps passe à table !

Quand on reçoit, pour la première fois, à déjeuner ses "beaux grands-parents" âgés de 90 ans, ayant voyagé trois heures en train, on se doit de les accueillir dignement ! Surtout quand ils sont accompagnés de belle-maman, fin cordon bleu !

Le choix du menu est alors stratégique : classique ou, plutôt conventionnel, mais pas trop afin d'en faire ressortir la personnalité de la cuisinière, en harmonie avec le temps (maussade avec quelques éclaircies !), riche en produits de saison.
Le temps de préparation importe aussi, surtout quand on a des enfants en bas-âge, un spectacle à l'école toute la matinée et des journées qui ne dépassent pas 24h ! Le tout est donc de préparer une bonne partie du repas la veille, afin d'en garder un minimum avant le déjeuner.
Sans vouloir me vanter, je pense m'en être pas trop mal sortie ! Même si j'avais prévu des macarons pour le café mais n'ai pas eu le temps de les confectionner, ni même le courage !

Le menu :

champagne et amuse-gueules chauds
(mini-friands à la saucisse, mini-tartelettes à la tomate, mini-tatin aux pommes et boudin noir)

~~~~
salade "retour de marché"

~~~~
noix de veau aux saveurs normandes (pommes et andouille de Vire), sauce au pommeau
fagot de haricots verts et mini-gratin aux deux pommes

~~~~
fromage, salade

~~~~
millefeuille croustillant de mousses (au chocolat noir et blanc) et framboises

~~~~
café et fritures du 1er avril



Les amuse-gueules ont été préparés depuis plusieurs jours (au fur et à mesure des chutes de pâte feuilletée, en fait) et congelés. Je vous conseille ce truc, c'est très pratique pour un apéritif improvisé.

Hier après-midi, j'ai préparé la noix de veau et l'ai cuite à la vapeur pendant 15 minutes (mi-cuisson).
J'ai également fait cuire les haricots verts à la vapeur (toujours dans la cocotte-minute) et les ai roulé dans de la poitrine fumée. Me suis aussi occupée des asperges, du gratin aux deux pommes (2/3 de pommes-de-terre, 1/3 de pommes), des mousses et des feuilles de brick.

En fin de matinée, aujourd'hui, il me restait à dresser les assiettes pour l'entrée, à finir de cuire, au four, la viande et le gratin (restait une vingtaine de minutes), à préparer la sauce au pommeau.
A la dernière minute, j'ai dressé le plateau de fromages et le dessert.

Salade "retour du marché"

salade_retour_de_march__001

pour 6 personnes :

- 12 asperges blanches ou violettes

- 150g de salade mélangée dont roquette

- 2 petites tomates fraiches ou en conserve (à l'huile, rôties au four Sacla)

- 6 crevettes cuites

- 6 cuillères à soupe de chair de crabe

- 6 oeufs de caille

- 12 copeaux de parmesan

- 1 orange

- 2 cuillères à soupe de crème fraiche

- 1 cuillère à soupe de mayonnaise

- 1 cuillère à soupe de vinaigre de Xérès

- 2 cuillères à soupe d'huile

- fleur de sel, poivre

La veille ou une bonne heure avant,

Eplucher les asperges (tailler le bout filandreux et ôter la peau sur toute la longueur).

Les déposer dans le panier vapeur de l'autocuiseur. Faire cuire 4 mn à partir du sifflement (temps variable selon les autocuiseurs).

Sortir les asperges et les déposer sur une feuille de papier absorbant.

Les mettre au frais une fois refroidies.

Faire cuire les oeufs de caille 3 minutes dans une casserole d'eau bouillante salée. Laisser refroidir. Les écailler.

Laver les tomates et les détailler en dés. Eplucher les crevettes en prenant soin de conserver la tête et la queue.

Dans un bol, mélanger la crème fraiche et la mayonnaise.

Préparer la vinaigrette, en laissant fondre la fleur de sel dans le vinaigre, en ajoutant le poivre, l'huile d'olive et une cuillère  de jus d'orange et en fouettant vigoureusement. Arroser la salade et bien mélanger.

Dans chaque assiette, déposer un peu de salade en rond (idéalement, dans un cercle). Ajouter une cuillère de miettes de crabe, puis une autre de dés de tomate. Oter le cercle. Poser sur l'ensemble une crevettes, deux asperges, un oeuf dur, deux copeaux de parmesan et
une petite cuillère de sauce crème.

Arroser de quelques gouttes de vinaigrette. Râper l'orange au-dessus de l'assiette.



Noix de veau aux pommes et à l'andouille de Vire

r_ti_de_veau_aux_saveurs_normandes_003

La recette est par ici.


Millefeuille croustillant aux deux chocolats : variante


millefeuille_croustillant_aux_deux_chocolats___variante_004

Même méthode que la version précédente, mais mousse au chocolat blanc parsemée de framboises à la place de la mousse au chocolat au lait.

pour la mousse au chocolat noir :

- 150g de chocolat noir de couverture

- 3 oeufs (jaunes et blancs en neige)

- 60g de beurre

- 45g de sucre

pour la mousse au chocolat blanc :

- 100g de chocolat blanc de couverture

- 1 oeuf (jaune et blanc en neige)

- 10 cl de crème fraiche fouettée (chantilly)