mardi 1 novembre 2005

Variation autour de la confiture de poires

Un bon kilo de poires provenant directement du jardin familial en Basse-Normandie et une envie irresistible de s'essayer à la confiture de poires. Celle que j'ai dégustée un matin, chez Florence et Philippe Martinez, les propriétaires des chambres d'hôte Les Bournais, dont je vous parlerai très prochainement.

Cette confiture n'avait pas du tout l'allure d'une confiture, ni celle d'une gelée !  Non, elle avait le mérite d'avoir le goût de poires fraiches, tout naturellement. Ni trop sucrée, ni trop sirupeuse, généreuse en lamelles de fruit, cette confiture - ou marmelade devrais-je dire ? - était tout simplement dé-li-cieuse !

Après maintes recherches sur le net en général, et sur d'autres blogs culinaires en particulier, j'ai fini par me décider sur les quantités.

confiture de poire (3)

Confiture de poires

pour 500g de poires épluchées,

- 250g de sucre cristal

- un peu de citron (facultatif)

Eplucher les poires et les détailler en lamelles. Les citronner afin d'éviter qu'elles ne noircissent. Les peser.

Ajouter la moitié de leur poids en sucre cristal et laisser mariner 4h.

Faire cuire à feu doux une bonne vingtaine de minutes (le temps varie en fonction de la quantité et de la casserole).

Mettre en pots, les refermer et les retourner immédiatement. Laisser refroidir.

Et une version plus gourmande :

Confiture de poires et chocolat

pour 500g de poires épluchées,

- 250g de sucre cristal (les poires sont très mures)

- un peu de citron

- 100g de chocolat noir

Eplucher les poires et les détailler en lamelles. Les citronner afin d'éviter qu'elles ne noircissent. Les peser.

Ajouter le sucre cristal et laisser mariner 4h.

Faire cuire à feu doux une bonne vingtaine de minutes. Ajouter le chocolat en pépites.

Pour cela, placer le chocolat dans un sachet de congélation, par exemple, bien le fermer et taper à l'aide d'un marteau jusqu'à obtention de pépites.

Mettre en pots, les refermer et les retourner immédiatement. Laisser refroidir.

Pour tout connaître sur les poires et découvrir une autre recette, cliquez ici.

Posté par magkp à 23:32 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,


lundi 31 octobre 2005

C'est bon pour le moral !

Un reste de camembert qui se languit ? Rien de tel pour que je me fasse des penne au camembert. J'adore ! C'est mon petit plat réconfortant quand il ne fait pas bien chaud ou que le moral est au plus bas. Je les mange seules, avec un bon jambon cru ou un steak grillé.

Penne sauce au camembert

Faire cuire les penne dans un grand volume d'eau bouillante salée.

Pendant ce temps, ôter la peau d'un reste de camembert bien fait (limite immangeable !). Le faire fondre avec autant de crème, à feu doux dans une casserole. Mélanger sans cesse pour éviter que la sauce ne prenne au fond. Lorsque le camembert est totalement fondu et amalgamé à la crème, poivrer.

Servir sans attendre avec les penne égouttées.

Posté par magkp à 15:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 28 octobre 2005

Une tarte renversée... renversante !

Tout le monde connaît l'histoire des demoiselles Tatin qui, à la tête de leur hôtel familial à Lamotte-Beuvron, devinrent célèbres grâce à l'étourderie de l'une d'elle, Stéphanie.
Fin cordon bleu, Stéphanie Tatin était la spécialiste de la tarte aux pommes qu'elle servait croustillante et caramélisée. Un jour de coup de feu, elle enfourna sa tarte complètement à l'envers et la servit sans la laisser refroidir. Aujourd'hui encore, on bénit les dieux d'une telle erreur !

Pour plus d'infos, consultez le site très officiel de la tarte tatin, plutôt sympa et instructif le site de l'hôtel Tatin. Vous y trouverez la vraie recette de la célèbre tarte.

J'ai toujours vu ma maman réaliser sa tarte de manière très rapide, avec une simple cuisson au four. Et sa tarte était vraiment très bonne. Pourtant, j'ai adopté, depuis quelques temps, une autre méthode qui consiste à préparer le caramel sur le feu, au préalable. Mais cette recette nécessite, si possible, un moule à tatin. Ma tarte connaît à chaque fois le même succès.

Je vous livre les deux recettes. A vous de voir !

tarte_tatin_004

Tarte tatin comme Maman

- 1kg de pommes rustiques (Reinette, Clochard...)

- env. 100g de sucre

- env. 60g de beurre

- un fond de pâte brisée sucrée

Préchauffer le four à 200°.

Saupoudrer de sucre le fond d'un moule à manqué à revêtement antiadhésif, de manière uniforme.

Parsemer de parcelles de beurre.

Peler, évider et couper en 4 les pommes.

Les répartir côté bombé dans le moule, en les serrant bien.

Recouvrir de pâte brisée sucrée. Piquer de quelques coups de fourchette.

Enfourner pour 25 minutes.

Laisser tiédir et retourner sur le plat de service.

Déguster tiède, accompagnée de crème fraiche épaisse ou crue (c'est bien meilleur !).

Ma tarte tatin

- 1kg de pommes rustiques (Reinette, Clochard...)

- env. 100g de sucre

- env. 60g de beurre

- un fond de pâte brisée sucrée

Préchauffer le four à 200°.

Peler, évider et couper en 4 les pommes. Réserver.

Dans un moule à tatin (en inox avec un revêtement antiadhésif et un fond épais), faire fondre le sucre, sur feu vif, jusqu'à obtention d'un caramel. Lorsqu'il atteint une couleur brune, jeter le beurre en parcelles (attention aux projections !).

Bien mélanger avec une cuillère en bois et répartir uniformément dans le moule.

Répartir les pommes côté bombé dans le moule, en les serrant bien.

Laisser cuire quelques minutes sur feu doux, le temps que les pommes soient imprégnées d'un peu de caramel.

Hors du feu, recouvrir de pâte brisée sucrée. Piquer de quelques coups de fourchette.

Enfourner pour 25 minutes.

Laisser tiédir et retourner sur le plat de service.

Déguster tiède, accompagnée de crème fraiche épaisse ou crue (c'est bien meilleur !).

Si vous ne possédez pas de moule à tatin, voous pouvez utiliser un moule à manqué, mais celui-ci ne supportant peut-être pas la cuisson directe sur le feu, vous devez opérer différemment.

Deux solutions s'offrent alors à vous. Ou bien, vous réalisez le caramel dans un pôele à fond épais et le répartissez dans le moule à manqué. Vous passez alors l'étape de cuisson sur le feu, avec les pommes, et mettez directement au four. Ou bien, vous réalisez le caramel dans le moule à manqué, mais au four et non sur le feu. Cette méthode est un peu plus longue, je préfère la première.

Dans tous les cas, la recette de Maman ne nécessite pas de moule à tatin, ce qui simplifie bien des choses !

Posté par magkp à 14:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 20 octobre 2005

Un crumble aux saveurs d'automne

Le crumble est peut-être l'une des premières recettes que j'ai transmise à ma maman. J'avais alors 13 ans et je l'avais apprise en cours d'anglais, à l'époque où la cuisine anglaise n'était pas des plus appréciées en France.

Il s'agit d'une recette très simple, plutôt de l'ordre du jeu d'enfants. Elle a le mérite d'être rapide si on opte pour le robot ou bien d'être très plaisante si on préfère mettre les mains à la pâte !

Cette recette repose sur un principe de base, deux équations en fait :

- le poids du sucre = le poids du beurre

- le poids du sucre + le poids du beurre = le poids de farine

A partir de là, toutes les variantes sont possibles: crumble aux pommes et crème anglaise, crumble à la rhubarbe, aux poires, aux framboises...

Voici ma version du jour...

crumble_d_automne_aux_pommes_001

Crumble d'automne aux pommes

- 2 grosses pommes

- 100g de beurre émiétté

- 100g de sucre

- 200g de farine

- une poignée de cerneaux de noix

- une cuillère à soupe d'amandes

Préchauffer le four à 210°.

Peler les pommes et les déposer en morceaux dans un moule beurré.

puis, version rapide :

Mettre tous les ingrédients (sauf les pommes) dans le bol d'un robot  et mixer jusqu'à obtention d'un mélange sableux.

ou, pour la version plaisante, notamment pour les enfants :

Dans un saladier, bien mélanger le beurre émietté et le sucre avec les mains. Ajouter la farine d'un coup et continuer à travailler le mélange à la main jusqu'à obtenir un mélange sableux. Ajouter les amandes et les noix, préalablement réduites en poudre.

Recouvrir les pommes de ce mélange. Enfourner pour 40 minutes. La surface doit être dorée. Servir tiède, nature ou avec une crème anglaise, of course !

crumble_aux_pommes_0031

Posté par magkp à 21:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mardi 18 octobre 2005

Classique, le gratin de chou-fleur ?

Tout le monde connaît le gratin de chou-fleur et chacun y va de sa petite touche personnelle, héritage de famille, d'un terroir ou du placard !

Gratin de chou-fleur à la normande

Pour 4 personnes :

- 1 chou-fleur

- 4 pommes de terre à chair ferme

- 200g de lardons fumés

- 4 œufs

- 1 oignon

- 25g de beurre demi-sel

- 25g de farine

- 25 cl de cidre fermier

- 200g de crème fraiche

- 1 filet de citron

- 50g d’emmental râpé

- Noix de muscade râpée

- Sel, poivre

Couper le chou-fleur en bouquets et les faire cuire à l’eau ou dans le panier vapeur de l'autocuiseur (6 mn à partir du sifflement).

Les disposer dans un plat à gratin.

Laver et éplucher les pommes de terre. Les détailler en rondelles et les faire cuire à l’eau ou dans le panier vapeur de l'autocuiseur (6 mn à partir du sifflement). Les ajouter au chou-fleur.

Faire revenir les lardons dans une poêle. Les disposer sur les légumes .

Cuire les œufs durs. Les écaler et les couper en deux. Les ajouter dans le plat à gratin.

Préchauffer le four position grill.

Eplucher l’oignon et le ciseler.

Dans une casserole, faire blondir l’oignon dans une noix de beurre. Ajouter le beurre restant et la farine et mélanger à la cuillère en bois.

Lorsque le mélange épaissit, mouiller avec le cidre tout en fouettant. Saler, poivrer. Ajouter la noix de muscade râpée. Laisser mijoter à feu doux 10 mn.

Hors du feu, incorporer la crème fraiche et le filet de citron.

Napper le plat de sauce normande. Parsemer de fromage et faire gratiner au four.

Servir sans attendre.

Posté par magkp à 15:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


lundi 17 octobre 2005

A chacun son dessert...

"Nous organisons un déjeuner samedi midi. Peux-tu apporter le dessert ?"

Que celle qui n'a jamais entendu ce genre d'invitation lève le doigt ! Moi, j'adore, je sais que je vais alors passer du temps à me demander ce que je vais bien pouvoir préparer. Et puis en bonne Normande, je vais hésiter longuement, me décider et puis changer au fur et à mesure que je cuisinerais ! C'est à chaque fois pareil ! Et une fois n'est pas coutume !

Mais quand même, c'est difficile de choisir quelque chose qui plaise à 8 adultes et autant d'enfants, quand, en plus, on ne connaît pas les goûts de chacun et qu'on est soi-même gourmande, non ? !!!

Mon principe, dans ces cas-là, c'est d'opter pour un entremet, un gâteau et une tarte. Au départ, je me suis donc arrêtée sur :

- un dôme aux framboises (inspiré de la charlotte royale de Tiloui et du délice aux framboises et fruits de la passion d'Annichou), histoire de se faire plaisir avec les fruits du jardin,

- un gâteau au chocolat, pour sa valeur sûre,

- une tarte aux pommes, pour ceux qui n'aimeraient ni l'un, ni l'autre.

Mais au démoulage, le gâteau au chocolat a cassé et, du coup, je n'étais plus vraiment sûre que le bavarois ait la même destinée ! Du coup, j'ai préparé vite fait un cake à l'orange.

Et, au final, nous avons tout apporté !

Voici le travail !

 

bavarois_aux_framboises_0022

Dôme aux framboises

pour un saladier de 21 cm de diamètre

pour le biscuit roulé :

- 100g de sucre

- 80 g de farine

- 4 oeufs

- 40g de beurre

- un mélange de confitures de framboise et de cassis (pour la couleur bien foncée)

pour la génoise du fond :

- 1 oeuf

- 30g de sucre

- 30g de farine

pour la mousse de fruits :

- 400g de coulis de framboises sucré

- 4 feuilles de gélatine

- 300g de crème fraiche épaisse

- une belle poignée de framboises entières

biscuit_roul__0011Commencer par le biscuit roulé (qui n'est autre qu'une génoise).

Préchauffer le four à 240°.
Fouetter les jaunes avec le sucre jusqu'à blanchiment. Incorporer le beurre fondu puis la farine tout en continuant à bien mélanger.
Battre les blancs en neige et les incorporer à l'appareil.
Etaler la pâte sur la lèchefrite recouverte de papier sulfurisé, en formant un rectangle (le plus grand possible) d'à peine 1 cm d'épaisseur.
Faire cuire 7 minutes à four chaud (le gâteau est blond).

Pendant la cuisson, mouiller et bien essorer un torchon propre (plus grand que la taille de la lèchefrite, bien sûr !). L'étaler, sans pli, sur le plan de travail. Sortir le gâteau du four et le déposer (toujours avec la feuille de papier sulfurisé) sur le torchon.

Rouler l'ensemble le plus serré possible.

biscuit_roul__0031Attendre quelques instants, le temps que le tout s'imprègne de l'humidité du torchon, et dérouler.
Etaler généreusement la confiture sur le biscuit puis enrouler de nouveau le gâteau en laissant, cette fois-ci, torchon et papier sulfurisé. Envelopper le biscuit roulé dans du fiml alimentaire bien serré et réserver au réfrigérateur.

Poursuivre par la mousse.

Faire ramollir les feuilles de gélatine dans un petit bol d'eau froide.
Pendant ce laps de temps, faire chauffer le coulis de framboise.
Ajouter la gélatine bien essorée au coulis et bien mélanger. Laisser refroidir.

Pendant ce temps, préparer la génoise.

Procéder comme pour le gâteau roulé, à savoir jaune d'oeuf et sucre, puis beurre fondu, puis farine, puis blanc d'oeuf.
Verser cet appareil dans un moule rond beurré du même diamètre ou d'un diamètre légèrement supérieur au saladier.
Enfourner à 200° pendant 5 minutes (surveiller la cuisson). La génoise doit être légèrement colorée.
Démouler et laisser refroidir.

Monter la crème fraiche en chantilly et l'incorporer à la purée de fruit. Ajouter les framboises entières (garder le jus rendu) et mélanger. Réserver.

Procéder au montage.

Couper le biscuit roulé (sans le film alimentaire, s'il vous plaît !) en tranches très fines (à peine 50 mm). L'idéal est d'en obtenir 30.
Tremper chaque tranche dans le jus rendu par les framboises (à défaut dans un sirop avec de l'eau ou de l'alcool) et en tapisser le saladier en serrant bien (20 tranches seulement).
Couper éventuellement les dernières tranches si elles dépassent du saladier (le bord doit être net).

Verser la moitié de la mousse. Déposer dessus les 10 dernières tranches de biscuit roulé de façon à former une couche de biscuit. Remplir de mousse restante.

Recouvrir de la génoise en évitant qu'elle ne pose sur les biscuits, mais plutôt qu'elle s'imbrqiue dedans (je ne sais pas si je suis bien claire !!! L'idéal, c'est qu'au démoulage, on ne voit pas la génoise mais seulement les biscuits roulés).

Taper le saladier pour bien tasser l'ensemble. Poser une assiette et du poids dessus et entreproser au réfrigérateur au moins 12 heures.

Démouler au dernier moment et décorer de framboises et de feuilles suivant l'inspiration.

Résultat : en général, on vous applaudit parce que ça en jette ! Le seul regret, c'est que c'est plus beau que bon. En fait, ça manque un peu de finesse et ça déçoit donc un peu. Je travaille donc à améliorer ce dessert parce que c'est quand même pas mal du tout !

PS 1 : découvrez une version verte et rose (fraise/pistache) et une autre à la mangue et aux fruits de la passion, pas mal non plus !

PS 2 : pour un biscuit roulé encore meilleur, optez pour la technique au bain-marie comme ici (sans le cacao bien sûr !)

 fondant_au_chocolat_au_lait_0022

Fondant au chocolat au lait

- 200g de chocolat au lait de couverture

- 80 g de beurre

- 120 g de sucre

- 3 oeufs

- 40g de farine

Préchauffer le four à 210°.

Faire fondre le chocolat et le beurre. Ajouter le sucre et mélanger vigoureusement. Ajouter les oeufs entiers tout en continuant à mélanger puis la farine. Mélanger de nouveau.

Verser l'appareil dans un moule à tarte beurré. Enfourner pour 15 minutes. Démouler et saupoudrer de sucre glace.

Résultat : même reconstitué, ce fondant est parti en un clin d'oeil. J'avais choisi du chocolat de couverture de la marque suisse Villars qui donne au gâteau un bon petit goût caramélisé.

cake___l_orange_0021

Cake à l'orange

- 2 oeufs

- le poids des oeufs en beurre (env. 120g)

- idem pour le sucre

- idem pour la farine

- 1 cuillère à café de levure

- 1 orange (jus et zestes)

- du sucre glace

Préchauffer le four à 200°.

Faire fondre le beurre dans un moule à cake (ou à quatre-quarts). Dans une jatte ou le bol d'un robot, fouetter les oeufs avec le sucre. Ajouter le beurre, puis la farine et la levure. Travailler la pâte 2 minutes.

Laver l'orange. Prélever les zestes, les émincer et les plonger dans un peu d'eau bouillante pendant quelques secondes. les égoutter et les sécher.

Délayer la pâte avec le jus d'orange puis incorporer les zestes. Bien mélanger.

Verser l'appareil dans le moule beurré et enfourner pour 25 minutes.

Démouler sur une grille. Saupoudrer de sucre glace. Laisser refroidir.

Résultat : un quatre-quart classique : j'avais oublié d'incorporer les zestes !

tarte_tout_pomme_0021

Tarte tout pommes

 - 4 ou 5 pommes du type Boskoop

- un fond de pâte brisée sucrée

- deux cuillères à soupe de sucre (varier selon l'acidité des pommes)

- une cuillère de vanille en poudre ou une gousse de vanille

- une cuillère de gelée de groseilles

Préchauffer le four à 210°.

Peler les pommes. En détailler trois en fines lamelles. Réserver.

En couper deux en dés. Les mettre à cuire à feu doux dans une casserole avec un peu d'eau, le sucre et la vanille. Laisser compoter quelques minutes. Laisser refroidir.

Etaler la pâte dans un moule à tarte. Etaler la compote de pommes refroidiesur le fond. Disposer dessus les tranches de pommes.

Mettre au four pour 20 minutes. Démouler à la sortie. Etaler au pinceau la gelée de groseilles légèrement diluée avec de l'eau (suivant la consistance de la gelée).

Résultat : la pâte n'était peut-être pas assez cuite, elle avait encore goût de farine. Je préfère largement la tarte normande, plus riche certes, mais tellement bonne !

dimanche 16 octobre 2005

Un dîner chinois version expresse

Une envie de repas chinois, un filet mignon qui attend son heure au réfrigérateur. Le dîner est tout trouvé. Le reste est au congélateur et dans les placards.

Filet mignon au miel et riz cantonais

Couper un filet mignon de porc en tranches. Eplucher et émincer un oignon.

Faire revenir le tout dans un peu d'huile de sésame bien chaude. Réduire le feu et laisser cuire doucement 10 mn. Assaisonner. Déglacer avec un peu de miel et réserver au chaud.

Faire cuire du riz basmati 11 mn à l'eau bouillante salée.

Faire chauffer, au micro-ondes, une poignée de petits pois surgelés dans un bol d'eau. Egoutter.

Dans une petite poêle (à blinis par exemple), faire cuire dans du beurre, un oeuf battu en omelette. Découper en petits morceaux.

Egoutter le riz. Y ajouter les petit pois et l'omelette, des dés de jambon blanc et des crevettes cuites.

Srevir bien chaud.

Posté par magkp à 10:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mercredi 12 octobre 2005

Pour un dîner équilibré

Que diriez-vous d'un feuilleté parisien accompagné d'une laitue aux noix ?

Un plat complet et équilibré pour un dîner, qui plus est, assez rapide à préparer si l'on fait appel aux produits industriels (pâte feuilletée et sauce béchamel) ou mieux encore (et pour ne pas faire fuir les puristes !!!) à ses provisions judicieusement congelées au cas où...

Pour les personnes qui ont du temps devant elles, n'hésitez pas à faire votre pâte et votre béchamel vous-même : le goût est quand même incomparable et c'est tellement plus économique !

feuillet__au_jambon__1_

Feuilleté parisien

pour 4 personnes :

- 400g de pâte feuilletée

- 5/6 tranches de jambon blanc

- 1 oeuf

de la sauce béchamel préparée avec :

- 100g de beurre

- 100g de farine

- 1l de lait demi-écrémé

- 150g d'emmental

- 50g de parmesan

- sel, poivre, noix de muscade

Préparer une sauce béchamel.

Faire fondre le beurre dans une casserole, à feu vif.

Ajouter d'un coup la farine et bien mélanger avec une cuillère en bois. Laisser blondir le roux.

Verser le lait et mélanger vigoureusement. Assaisonner.

Laisser cuire 10 bonnes minutes.

Râper l'emmental et le parmesan. Les ajouter à la sauce.

Réserver jusqu'à complet refroidissement (une heure environ).

Préchauffer le four à 210°.

Etaler la pâte feuilletée de façon à obtenir deux carrés, l'un de 25 cm de côté, l'autre de 30 cm.

Déposer le plus petit carré de pâte sur une plaque pâtissière (type Téfal).

Etaler une couche de sauce béchamel en évitant le pourtour sur 2 cm. Recouvrir de jambon, puis de sauce, de jambon... Terminer par une couche de sauce.

Casser l'oeuf en ne conservant que le jaune (réserver le blanc au congélateur pour des macarons, des financiers...).

A l'aide d'un pinceau, badigeonner les bords de pâte avec le jaune.

Recouvrir du second carré de pâte feuilletée.

Faire des stries avec une fourchette et dorer le dessus en évitant les bords (sinon la pâte ne gonfle pas si bien).

Souder les bords.

Enfourner pour 20 minutes à 180°.

Déguster chaud ou tiède (c'est comme ça que je préfère le feuilleté parisien !).

Posté par magkp à 21:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 11 octobre 2005

Vite faits et tellement bons, les gratins de fruits !

Dans le compotier se meurent deux figues et quelques grappes de raisin blanc d'Italie et de muscat noir. Personne ne se décidant à les manger, transformons-les en gratin !

Quant à la recette, vous n'allez pas être déçus : c'est du pifomètre, de l'improvisation totale, avec la complicité de mon petit Enzo !

gratin_de_fruits_d_automne

 

Gratin de figues et de raisins

pour 4 plats à crème catalane individuels,

- 2 oeufs

- 25 cl de crème entière

- 5 cuillérées à soupe de sucre cassonade

- 2 cuillérées à soupe de poudre d'amande

- 2 figues

- une vingtaine de grains de raisin blanc et noir

- une noix de beurre

Préchauffer le four en position chaleur tournante + grill à 200°.

Laver et égrapper le raisin. Laver, équeuter et couper en deux les figues.

Beurrer les moules. Y répartir les fruits.

Dans un saladier, battre les oeufs en omelette avec 4 cuillérées de sucre. Y incorporer la crème fraiche puis l'amande. Bien mélanger. Verser sur les fruits.

Poudrer du sucre restant.

Enfourner pour 10-15 minutes. L'appareil doit être bien pris et la surface bien dorée. Laisser un  peu refroidir et déguster tiède.

PS : j'aurais pu y mettre mais aussi des poires, des pêches, des prunes... et ajouter des raisins blonds secs, des cerneaux de noix, des amandes effilées... Mais cette version simplifiée est très bien ainsi et permet de conserver la saveur des fruits frais.

Posté par magkp à 22:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

lundi 10 octobre 2005

Semaine du goût : le chocolat est à l'honneur

 

 

expo_chocolat_0053

Dans le cadre de la semaine du goût, la ville de Boissy Saint-Léger organise, pour la deuxième année consécutive, différentes manifestations autour d'un aliment, visant ainsi à faire (re)découvrir ce produit, à promouvoir l'artisanat, à valoriser le travail manuel et à défendre une certaine qualité de vie. L'année dernière, il s'agissait du pain. Cette année, c'est au tour du chocolat.

"Prononcer le mot chocolat, c'est évoquer une matière noble et rare, qui s'offre à l'expérience et à la création artistique. Aucun autre produit comestible (sauf peut-être certains vins ou alcools) ne représente  à lui seul un tel mélange de raffinement esthétique et de manipulations pratiques, une telle somme de rêves, de désirs, de souvenirs et de réalités concrètes.
Cacao et chocolat sont des mots à la fois exotiques et familiers, qui nous parlent de pays lointains et de gourmandises immédiates."
Robert Linxe, La Maison du chocolat, éd. Du Chêne, 1992.

Au programme donc :
- une pièce de théatre de Jean-Claude Duquesnoit ("Autant en emporte le ventre"),
- une conférence sur les pouvoirs du chocolat animée par une chocologue (eh oui, ça existe !),
- le célèbre film "Charlie et la chocolaterie" avec Johnny Depp,
- sans oublier, une expo sur le cacao,
- une présentation du métier de chocolatier par le Centre de Formation pour Apprentis "les métiers de la table" de Paris,
- des ateliers pour enfants animés par des professionnels
- et, ce week-end, une vente de chocolat de la Chocolaterie Janin (Boissy Saint-Léger), de Douceur d'Ange (Créteil), de Showcolat (Santeny) et de Raphaëlle Créatrice ( Saint-Maur des Fossés).

Profitant de ce jour sans école, nous sommes donc allés nous cultiver avec plaisir. Nous avons découvert du chocolat sous toutes ses formes : grosses tablettes de 5 kgs, pistoles de chocolat noir, au lait, blanc, au citron, à la fraise, à l'orange...

Pour les particuliers, ces chocolats de couverture se trouvent dans les magasins Métro ou chez G. Detou à Paris.
Le chocolat parfumé s'obtient avec du chocolat blanc mêlé à des colorants alimentaires (pour la couleur) et des huiles essentielles (pour le goût).
Pour employer correctement le chocolat de couverture, sans le gâcher, il est nécessaire d'utiliser un thermomètre afin de ne pas dépasser 40° pour le chocolat blanc et 50° pour le noir (conseils de pro !). A nous alors les bouchées chocolatées, les mousses, les gâteaux...

Et ce soir, mon petit garçon était très fier de montrer à son papa ses trésors gourmands...

expo_chocolat_0012expo_chocolat_0061
expo_chocolat_0041expo_chocolat_0021

... et son oeuvre tout chocolat : une peinture au beurre de cacao sur chocolat blanc  !

A 20h, il ne restait plus rien !

Posté par magkp à 22:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]