lundi 15 décembre 2008

Réveillon de Noël - préparatifs - épisode 4

Lors de notre escapade à la Côté Saint-Jacques en février dernier, j'avais eu un vrai coup de coeur pour une des entrées : les huîtres spéciales en terrine océane. Un grand classique de la carte et un ravissement pour les yeux et les papilles. Emprisonnées dans une gelée, les huîtres y côtoyaient, avec délice, des échalotes confites au vin rouge et quelques feuilles d’épinards. Une explosion de couleurs, de textures et de saveurs, une fraicheur incomparable, un accent iodé qui, au cœur de la Bourgogne, nous transportait illico presto sur la côte ouest.

Depuis, je ne cessais de me dire qu'il fallait que je réalise cette recette. Et c'est chose faite grâce à Mercotte qui avait élaboré il y a quelques mois une recette de la sorte.

La première fois que j'ai confectionné cette terrine (pour 2), j'ai utilisé des feuilles de blettes - car les épinards du maraîcher avaient gelé - et une douzaine d'huîtres n°4 de l'île d'Oléron - peu chères mais pas assez iodées à mon goût.
Si, comme moi, vous vous délectez pour des huîtres au goût bien iodé, préférez celles en provenance de la Baie du Mont Saint-Michel ou de Bretagne (Cancale...), ou encore les Bouzigues. Sinon, les normandes et les Marennes-Oléron ont une saveur plus douce.
Quant aux bettes à la place des épinards, effectivement, ça ne change rien, donc l'un ou l'autre convient parfaitement.

Hier, en réalisant cette terrine pour la seconde fois, j'ai voulu cuire directement les échalotes dans le vin sans les avoir ébouillantées au préalable, mais, du coup, elles n'étaient vraiment pas assez cuites. L'étape de cuisson à l'eau est donc indispensable.
Veillez aussi à bien cuire les feuilles de blette et, pour cela, goûtez-y : elles doivent être tendres.

Cette recette est vraiment très simple à réaliser pour un résultat très satisfait : je vous invite donc à l'essayer. A coup sûr, vous l'adopterez !

hu_tres_en_terrine_oc_ane__2_

Huîtres en terrine océane à la manière de Jean-Michel Lorain

Pour 6 personnes :

- env. 3 douzaines d'huîtres n°4 ou 2 douzaines d'huîtres n°3 (env. 2kgs)

- 3 échalotes grises

- 20 feuilles d'épinards ou 3 belles feuilles de blettes

- 15cl de vin rouge

- 3 feuilles de gélatine

Eplucher et émincer finement les échalotes. Les faire cuire dans une casserole d'eau bouillante salée quelques minutes. Elles doivent être cuites mais encore croquantes. Les égoutter et les refroidir puis les ajouter dans une casserole avec le vin rouge.
Réduire le vin de moitié. Poivrer.
Egoutter les échalotes et réserver la réduction de vin.

Ouvrir les huîtres et récupérer l'eau.
Faire chauffer l'eau des huîtres dans une casserole.
Pocher les huîtres par 6, dans cette eau frémissante, 30 secondes. Les égoutter.

Ajouter l'eau des huîtres dans la réduction de vin.
Passer au chinois. Réserver.

Faire ramollir les feuilles de gélatine dans un bol d'eau froide.

Laver les feuilles d'épinards.
Faire chauffer de l'eau dans une casserole.
A ébullition, plonger les feuilles 30 secondes (3/4 minutes pour les feuilles de blette - elles doivent être tendres).
Les égoutter et les sécher sur du papier absorbant.

Porter à ébullition le mélange eau d'huîtres et vin rouge réduit. Y incorporer les feuilles de gélatine bien essorée. Mélanger.

Monter la terrine en commençant par une couche de feuilles d'épinards, une couche d'échalotes confites, la moitié des huîtres, une ou deux couches de feuilles d'épinards, les huîtres restantes et une seconde couche d'échalotes pour finir.
Verser la gelée d'huîtres et de vin (légèrement refroidie mais encore à l'état liquide).

Réserver 12h au réfrigérateur.

Démouler et servir en tranches, accompagné de pain de seigle.

A déguster avec un Puligny-Montrachet.

Posté par magkp à 07:34 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


lundi 8 décembre 2008

Réveillon de Noël - préparatifs - épisode 3

A 20 jours de Noël, après avoir macaronner et congeler nos petites merveilles et préparer les tourtes qui accompagneront le champagne, il est temps d'attaquer le dessert !

Personne ne peut échapper à la bûche, d'autant que nous n'en mangeons qu'une fois par an (enfin deux ou trois fois en quelques jours !).

La bûche traditionnelle, c'est-à-dire à base de biscuit roulé, a l'avantage d'être simple à réaliser et ne nécessite pas beaucoup de matériel. Vous trouverez la recette de la bûche chocolat et marrons glacés ici.

Celle que je vous propose cette anné est à base d'une ganache montée au chocolat, d'une autre au café et d'un insert en créme à la vanille de Tahiti.

J'ai longtemps hésité sur le montage.
La forme : trapézoïdale, en parallélépipède ou arrondie ?
Le fond : dacquoise à la noisette ou feuillantine ?
L'entourage : une fine couche de biscuit enveloppant la ganache ou directement la ganache ?

Finalement, grâce à mon petit mari qui m'a fourni une gouttière, j'ai opté pour une bûche arrondie, sur un biscuit joconde et un décor en chocolat blanc ! Et je me suis lancée ! Le résultat visuel n'est pas à la hauteur de mes attentes : il va falloir que je m'améliore sur la déco, mais, côté goût, c'est vraiment bien !

PICT0015

Bûche chocolat, café et vanille

pour une gouttière de 33x11cm (10-12 personnes) :

la crème à la vanille :

- 1 feuille de gélatine

- 10cl de lait

- 15cl de crème

- 1/2 gousse de vanille de Tahiti

- 3 œufs

- 40g de sucre en poudre

le biscuit joconde :

- 2 œufs entiers + 2 blancs d'œufs

- 65g + 15g de sucre en poudre

- 20g de farine

- 65g de poudre d'amandes

- 15g de beurre fondu

le sirop de café :

- 4cl d'eau

- 45g de sucre en poudre

- 1 c à c d'extrait de café

la ganache au chocolat noir :

- 220g de chocolat de couverture noir Valrhona ou autre très bon chocolat

- 60g + 100g de crème liquide

- 50g de beurre

la ganache au café :

- 150g de chocolat de couverture blanc Valrhona

- 60g + 100g de crème liquide

- 1 c à s de café soluble

le décor :

30g + 20g de chocolat de couverture blanc Valrhona

1. Commencer par le décor.

Faire fondre 30g de chocolat blanc au bain-marie jusqu'à 46°.

Le refroidir en déposant la jatte dans de l'eau froide et en incorporant le reste de chocolat. Bien mélanger. Lorsque le chocolat atteint 26°, le remettre au bain-marie jusqu'à 28°.

Étaler sur une feuille de rhodoïd de la dimension de la gouttière (environ 32x21 cm). Faire des zigzags avec le doigt. Chemiser la gouttière et laisser refroidir.

PICT0003PICT0005

2. Préparer la crème à la vanille.

Faire ramollir la feuille de gélatine dans un bol d'eau froide.

Dans une casserole, faire chauffer le lait et la crème avec la vanille.

Dans une jatte, fouetter les œufs et le sucre. Verser le mélange lait/crème bien chaud dessus tout en mélangeant.

Remettre l'appareil dans la casserole et faire chauffer jusqu'au stade avant ébullition, c'est-à-dire à 84°, comme pour une crème anglaise.

Ajouter la feuille de gélatine bien essorée dans la crème chaude et bien mélanger.

Verser dans la gouttière  chemisée de papier sulfurisé (en ayant ôté le rhodoïd au préalable - le réserver au réfrigérateur) et réserver au congélateur 1 heure.

Démouler au moment du montage de la bûche (étape 7).

3. Confectionner le biscuit joconde.

Préchauffer le four à 180°.

Tamiser la farine et la poudre d'amande.

Dans une bassine placée sur un bain-marie, battre les oeufs entiers et 65g de sucre jusqu'à ce que le mélange atteigne 40°.

Retirer du bain-marie et mélanger au batteur électrique afin d'obtenir le triple de volume.

Ajouter les poudres tamisées et mélanger à la maryse.

Incorporer le beurre fondu. Bien mélanger.

Monter les blancs en neige fermes. Ajouter le sucre restant lorsque les blancs commencent à mousser.

Incorporer délicatement à la maryse les blancs à l'appareil.

Verser sur le Flexipat, posé sur une grille perforée. Etaler avec une spatule en inox. Tapoter. Enfourner 10 minutes.

Démouler en retournant le Flexipat sur une toile silicone ou Silpat.

Imbiber de sirop de café préparé pendant la cuisson du biscuit.

4. Préparer le sirop de café.

Faire chauffer sans remuer l'eau et le sucre jusqu'à 110°. Ajouter le café. Verser sur le biscuit lorsqu'il est cuit.

5. Réaliser la ganache au chocolat.

Faire chauffer 60g de crème.

Faire fondre le chocolat.

Verser en 3 fois la crème sur le chocolat en émulsionnant à la maryse.

Ajouter le reste de crème froide et le beurre en parcelles et bien mélanger.

Laisser refroidir et réserver au congélateur une petit demi-heure.

Monter la ganache au batteur électrique comme pour une chantilly.

6. Confectionner la ganache au café.

Faire chauffer 60g de crème avec le café soluble.

Faire fondre le chocolat.

Verser en 3 fois la crème au café sur le chocolat en émulsionnant à la maryse.

Ajouter la crème froide, bien mélanger.

Laisser refroidir et réserver au congélateur une petit-demi-heure.

Monter la ganache au batteur électrique comme pour une chantilly.

7. Procéder au montage de la bûche.

Chemiser la gouttière du rhodoïd.

Verser la ganache au chocolat noir.

Déposer l'insert à la vanille.

Couvrir de ganache au café.

Couper le biscuit joconde à la taille de la gouttière et le déposer sur la ganache. Normalement, la gouttière est remplie !

8. Réserver 2 heures au réfrigérateur ou congeler jusqu'au jour de dégustation (décongeler 4/5 heures avant de servir).

9. Décorer de billes de chocolat, de nougatine, de macarons...

PICT0017

A lundi prochain pour la terrine d'huîtres !

Posté par magkp à 09:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 5 décembre 2008

La cocotte-minute, l'indispensable de la vie d'une femme pressée

Vous ai-je déjà parler de mes cocotte-minute ? Non ? Eh bien, c'est chose faite !

Dans ce monde où tout va toujours plus vite, où la femme travaille à l'extérieur et gère "son intérieur" (entendez par là que, non seulement elle bosse, mais qu'en plus, elle doit s'occuper de la maison et de la famille, c'est-à-dire de la cuisine, des courses, du ménage, du repassage, des devoirs des enfants, des activités extra-scolaires...), la cocotte-minute a largement sa place ! (quel scoop !)

cocotte_minute__2_

Avec elle, vous pouvez tout faire plus rapidement : poisson en papillote, à la vapeur ou cuisiné en choucroute par exemple, légumes à la vapeur ou à l'eau (pour la purée notamment), soupes, plats bouillis tels que blanquette ou pot au feu, et même mijotés.
Pour ma part, je ne l'utilise que très rarement pour le mijotage car je trouve qu'il n'y a rien de meilleur qu'un plat qui a mijoté des heures dans une cocotte en fonte (ah, il faudra que j'en parle aussi de celle-ci !).
Néanmoins, pour le reste, rien ne vaut la cocotte-minute. D'ailleurs, il n'y a pas un jour sans que je m'en serve.

Autre argument bien dans la tendance : la cocotte-minute permet d'économiser de l'énergie puisqu'elle réduit d'un tiers le temps de cuisson des aliments.

Bon, il y aura toujours des personnes à dire qu'elles n'osent pas l'utiliser, que c'est dangereux... Halte aux idées reçues !

La cocotte-minute est très simple d'utilisation :

- On y fait revenir ou non (suivant la recette) les ingrédients dans de la matière grasse.

- On ajoute 25cl de liquide minimum.

- On referme correctement (certains modèles d'aujourd'hui ont des fermetures très faciles) et on laisse cuire à feu vif jusqu'à ébulltion.

- A partir du sifflement de la soupape (qui correspond à l'ébulltion), on baisse un peu le feu et on compte environ (et suivant les modèles) un tiers du temps normal de la recette.

- Ensuite, il ne reste plus qu'à éteindre le feu et à laisser s'échapper la vapeur.

Simple, non ?

Posté par magkp à 07:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

lundi 1 décembre 2008

Réveillon de Noël - préparatifs - épisode 2

Vos macarons sont prêts, attendant patiemment dans le congélateur le moment des engloutis avec gourmandise par vos invités. Place maintenant aux mini-tourtes de veau que vous proposerez à l'apéritif !

mini_tourte_de_veau__1_

Ces tourtes, dont je vous ai déjà parlé ici, ont l'avantage de se congeler, ce qui vous gagnera un temps fou les jours précédant Noël.

Je vous conseille de confectionner plus de pièces que nécessaires en suivant les quantités indiquées dans la recette. Même si la préparation peut paraître longue, il n'en est rien et vous serez satisfaite de vous quand vous aurez, sous vos yeux, une quarantaine de mini-tourtes !

Vous pouvez aussi très bien en profiter pour réaliser des tourtes plus grandes pour un prochain déjeuner ?

Comment vous organisez pour cette recette ?

Le premier jour, vous confectionnez la farce et la pâte feuilletée.

Le deuxième jour, il ne vous reste plus qu'à procéder au montage des mini-tourtes.

Si vous n'avez pas suffisamment de temps, vous pouvez très bien réaliser la pâte feuilletée sur 2 jours et les mini-tourtes le troisième jour.

Pas si terrible que ça, non ?

Alors, à vos fourneaux et à lundi prochain !

Posté par magkp à 07:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 28 novembre 2008

Menus de Noël : c'est reparti ! (épisode 1)

Comme chaque année, à la même époque, vous vous demandez bien ce que vous allez pouvoir concocter à vos invités pour le réveillon de Noël. Cette année, je vous propose un menu original, dont l'intérêt est de pouvoir vous y prendre dès maintenant.

Certaines recettes proviennent de Mercotte (mon exemple en terme de cuisine qui en jette !), d'autres sont inédites sur L'Univers de Mag, issues de mon imagination et/ou de mes expériences culinaires. Toutes conviennent à une tablée nombreuse (Noël n'est-elle pas la fête familiale par excellence ?).

Durant ces quelques semaines qui nous séparent de Noël, je vous donnerai les recettes de l'ensemble du menu. De quoi vous permettre de préparer un repas de fête sans le stress du dernier moment.

Vous êtes prêt ? Alors, allons-y !

Réveillon de Noël en famille

Champagne et ses tourtes de veau au foie gras

*****

Huîtres en terrine (à la manière de Jean-Michel Lorain)

*****

Oie rôtie aux airelles et sa cocotte de topinambours

*****

Fromages et salade

*****

Bûche chocolat et crème brûlée

Café et macarons

*****

janvier_208___macarons__10_

 

Je vous propose de profiter de votre week-end pour réaliser les macarons que vous congèlerez jusqu'au jour J.

Pistache, framboise, chocolat au lait/violette, citron, café, caramel au beurre salé, marron glacé, pain d'épice/figue... : vous n'avez que l'embarras du choix !

N'oubliez pas d'ajouter un peu de miel dans la ganache afin qu'elle garde son moelleux une fois décongelée.

A lundi prochain pour la suite !

******************

Pour celles et ceux qui ne seraient pas séduits par ce menu, voici une sélection de recettes publiées en 2008 sur L'Univers de Mag, dignes d'un réveillon réussi.

tartare de saumon sur lit de lentilles ou crème brûlée au foie gras ou velouté de chou-fleur et noix de Saint-Jacques bardée

ris de veau sauce au vin blanc

trois chocolats ou crème brülée aux marrons glacés ou tiramisu au citron et fruits rouges

N'hésitez pas à consulter le Dossier Spécial Noël qui regorge d'autres bonnes idées et, notamment, de menus en fonction de votre profil et de votre temps à (re)découvrir ici (menus éco, dernière minute, facile à préparer, à l'avance) et !

Posté par magkp à 06:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


vendredi 21 novembre 2008

Un classique à revisiter selon la saison

La crème brûlée, après une période très tendance, est restée inscrite sur bon nombre de cartes de restaurants et bistrots.

Simple et rapide à réaliser, elle a l'avantage de se décliner tout au long de l'année. Traditionnelle - à la vanille -, en entrée festive - au foie gras -, estivale - aux framboises -, automnale - à la crème de marron et aux brisures de marrons glacés ou encore au safran et pain d'épice.... Laissez libre cours à votre imagination !

cr_me_br_l_e_vanille__3_

 

 

Crème brûlée à la vanille - recette de base

pour 4/5 personnes :

- 5 jaunes d'œuf

- 40 cl de crème liquide

- 1 gousse de vanille

- 50g de sucre en poudre

- du sucre glace

1. Verser de l'eau sur 1cm de hauteur dans un plat à four pouvant contenir les 4 pots à crème brûlée ou à crème catalane.

Préchauffer le four à 160°avec le plat contenant l'eau (mais sans les pots bien sûr !).

2. Fendre la gousse de vanille. Faire chauffer la crème avec la gousse.

3. Dans une jatte, battre les jaunes et le sucre en poudre.

4. Verser la crème chaude tout en mélangeant.

5. Remplir les ramequins.

Les déposer dans le plat en ajoutant si besoin un peu d'eau chaude et les enfourner pour 30 minutes environ (les crèmes ne doivent pas trembloter quand on remue le pot).

6. Les sortir et les laisser refroidir.

Les entreposer ensuite pendant 1 heure au réfrigérateur.

7. Au moment du dessert, saupoudrer les crèmes de sucre glace et les brûler au chalumeau.

Servir immédiatement.

cr_me_br_l_e__7_

 

Crème brûlée au safran et pain d'épice

pour 4/5 personnes :

mêmes ingrédients, mais aussi :

- une pointe de couteau de safran

- une tranche de pain d'épice

cr_me_br_l_e__1_

Procéder de la même façon que pour la recette de base,

en ajoutant le safran dans les œufs sucrés (étape 3),

et en déposant dans chaque ramequin des brisures de pain d'épice avant d'y verser la crème (étape 5).

cr_me_br_l_e_marron_glac___2_

 

Crème brûlée aux marrons glacés

pour 4/5 personnes :

mêmes ingrédients,

- sauf sucre en poudre remplacé par deux cuillères à soupe de miel

- 4 marrons glacés

Procéder de la même façon que pour la recette de base,

en remplaçant le sucre par le miel (étape 3),

et en déposant dans chaque ramequin un marron glacé entier ou en brisures (selon les goûts) avant d'y verser la crème (étape 5).

Posté par magkp à 10:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 14 novembre 2008

Macarons - Collection d'automne

Des amis partis en vacances en Corse m'ont rapporté des petits pots de confitures à la figue, à la châtaigne et au cédrat (merci Sophie et Eric !). Des parfums qui m'ont donné l'envie de confectionner des macarons aux couleurs d'automne et voici le résultat...

Pour la méthode, il s'agit de celle à base de meringue italienne. Toutes les explications se trouvent ici.

novembre_2008___macarons_au_pain_d__pice_et___la_figue__8_

 

Macarons au pain d'épice et à la figue

pour la ganache montée :

- 1 petite tranche de pain d'épice

- 1 bonne cuillère à soupe de confiture de figue

- 90g de chocolat blanc Valrhona

- 40g + 100g de crème liquide

La veille, mixer les tranches de pain d'épice de manière à obtenir une poudre assez fine.

Faire fondre le chocolat.

Faire bouillir 40g de crème. L'incorporer au chocolat en 3 fois en émulsionnant à la maryse.

Ajouter le pain d'épice et la confiture, puis la crème froide restante. Travailler énergiquement à la maryse de façon à obtenir un noyau  brillant puis une ganache onctueuse.

Réserver au réfrigérateur une nuit.

Le lendemain, monter la ganache en chantilly avant d'en garnir les coques de macarons.

novembre_2008___macarons_au_marron__3_

Macarons à la châtaigne et au marron glacé

Idem que la ganache précédente mais avec de la confiture de châtaigne ou de la crème de marron, à la place du pain d'épice et de la confiture de figue, et des brisures de marrons glacés parsemées sur la ganache.

 

novembre_2008___macarons_au_marron novembre_2008___macarons_au_pain_d__pice_et___la_figue__4_ novembre_2008___macarons_au_marron__4_  novembre_2008___macarons_au_pain_d__pice_et___la_figue__1_

novembre_2008___macarons_au_pain_d__pice_et___la_figue__2_ novembre_2008___macarons_au_pain_d__pice_et___la_figue__5_

novembre_2008___macarons_au_pain_d__pice_et___la_figue__6_

vendredi 7 novembre 2008

Un onglet à la mode ch'ti

Depuis la sortie du film Bienvenue chez les ch'tis, le Nord a (re)trouvé ses lettres de noblesse. Tout gravite autour de ses coutumes, de sa langue... et la cuisine n'a pas été épargnée par la tendance !

Alors que les températures ne vont pas en s'arrangeant, quoi de plus réconfortant qu'un bon petit plat du Nord ? Cette recette, extraite de Saveurs d'octobre 2006, revisite la carbonnade pour notre plus grand plaisir.

onglet_de_boeuf_brais____la_bi_re__4_

Onglet de bœuf à la bière

pour 4 pers.

- 800g d'onglet de bœuf

- 2 oignons rouges ou rosés

- 40 cl de bière

- 2 càs d'huile

- 50g de beurre

- 1 càs de fond de veau déshydraté

- 1 càs de sucre cassonade

- 400g de rattes du Touquet

- sel, poivre

Préchauffer le four à 180°.

Tailler l'onglet en gros morceaux.

Dans une cocotte en fonte, faire fondre le beurre et 1 càs d'huile. Faire saisir les morceaux d'onglet de tous côtés.

Eplucher et émincer les oignons.

Une fois la viande dorée, la retirer et laisser fondre les oignons à feu doux, en rajoutant de la matière grasse si besoin.

Ajouter le sucre et laisser caraméliser légèrement.

Remettre la viande dans la cocotte. Ajouter la bière et le fond de veau. Assaisonner.

Porter à ébullition pour que l'alcool s'évapore.

Couvrir la cocotte et mettre à cuire au four 1h30.

A mi-cuisson, ajouter les pommes de terre lavées mais non épluchées.

Servir bien chaud.

Posté par magkp à 10:09 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 24 octobre 2008

Roquefort et lapin font bon ménage...

... pour notre plus grand plaisir !

En feuilletant le dernier Cuisine et Vins de France, mon regard s'est arrêté sur une photo très alléchante de lapin au roquefort. Les autres recettes ne m'intéressant pas, je n'ai pas acheté ce numéro. C'est donc de mémoire que j'ai réalisé quelques jours après ce petit plat. Un régal néanmoins !

lapin_au_roquefort

Lapin au roquefort

- 1 lapin

- 2 oignons roses de Roscoff

- 10 cl de vin blanc

- 20 cl de fond de volaille

- 100g de roquefort

- 100 g de crème fraiche

- 500g de champignons de Paris

- 30g + 30g de beurre

- 1 c à s d'huile

- 2 branches d'estragon

- sel, poivre

Découper le lapin.

Eplucher et émincer les oignons.

Dans une cocotte en fonte, faire fondre 30g de beurre et l'huile. Y faire dorer sur tous les côtés le lapin. Retirer.

Dans la cocotte vidée et non lavée, faire suer les oignons pendant une quinzaine de minutes, jusqu'à ce qu'ils deviennent translucides et colorées.

Déposer les morceaux de lapin et l'estragon. Saler, poivrer.

Recouvrir de vin et de fond de volaille et laisser cuire à couvert, sur feu moyen, 30 minutes.

Pendant ce temps, passer les champignons rapidement sous l'eau. Couper le bout terreux et les émincer.

Dans une poêle, faire fondre le beurre restant et y faire revenir les champignons, à feu vif. Saler, poivrer. Poursuivre la cuisson sur feu doux.

En fin de cuisson du lapin, ajouter le roquefort émietté et la crème dans la cocotte. Bien mélanger et laisser chauffer à feu très doux quelques minutes.

Oter le lapin. Filtrer la sauce.

Servir le lapin bien chaud avec la sauce et les champignons.

Posté par magkp à 04:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 17 octobre 2008

Une mise en bouche très chic

Octobre est le mois idéal pour préparer la mise en bouche que je vous propose aujourd'hui. Le chou-fleur voit bientôt la fin de saison arriver puisqu'il se déguste de juin à novembre. Quant aux noix de Saint-Jacques, les premières françaises arrivent sur nos étals. Leur pêche n'est en effet autorisée, sur nos côtes, que du 1er octobre au 15 mai, par arrêté ministériel.

J'apprécie le velouté de chou-fleur mais à petite dose uniquement : je trouve qu'au bout de quelques cuillères, il devient écoeurant. C'est la raison pour laquelle je le prépare en grande quantité, le congèle en plus petite et le propose en mise en bouche.
Avec un trait d'huile de pistache, quelques noisettes concassées et, comme ici, une noix de Saint-Jacques lardée, ce velouté est idéal pour débuter un dîner chic et choc !

velout__de_chou_fleur_et_noix_de_Saint_Jacques_lard_e

Velouté de chou-fleur et noix de Saint-Jacques lardée

Pour 6 personnes :

- 1 chou-fleur

- 25 cl de bouillon de volaille (après une poule au pot par exemple)

- 20 cl de crème fraiche

- 25 g de beurre

- 6 noix de Saint-Jacques

- 6 tranches fines de poitrine de porc fumée

- 3 cuillères à soupe d'huile de pistache

- sel, poivre

Débarasser le chou-fleur de ses feuilles. Le couper et conserver uniquement les bouquets.

Les déposer dans une cocotte-minute avec le bouilllon.

Fermer la cocotte et laisser cuire 12 minutes à partir du sifflement (à ajuster en fonction de la cocotte-minute).

Pendant ce temps, barder les noix de Saint-Jacques de lard. Maintenir avec un pic en bois.

Mixer le contenu de la cocotte à l'aide d'un pied mixeur ou passer au blender.

Ajouter la crème. Rectifier l'assaisonnement.

Juste avant de servir, faire fondre les deux tiers du beurre dans une poêle.

Astuce ! Lorsque le beurre ne chante plus et qu'il prend une couleur blonde, jeter le morceau restant. Le beurre ne brûlera pas ! Y saisir alors les noix de Saint-Jacques lardées, 2 minutes de chaque côté.

Remplir 6 petits bols de velouté. Verser quelques gouttes d'huile de pistache. Déposer les noix de Saint-Jacques et servir.

Posté par magkp à 07:51 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,