vendredi 26 mars 2010

Une recette qui n'en est pas une...

Saviez-vous que la France possède le cheptel bovin le plus important d'Europe ? Et oui, malgré les difficultés de leur métier, éleveurs et producteurs laitiers nous permettent de consommer une viande de grande qualité, mais aussi du lait, du fromage et des produits dérivés issus tout droit de notre pays.

Traditionnellement, on distingue 3 types de races bovines, dont le nom provient de la région d'origine :

- les races à viande résevées à la production de viande, parmi lesquelles les traditionnelles Charolaises, Limousines, Blondes d'Aquitaine, Rouge des Près, Parthenaises... et d'autres plus rustiques comme les Salers, Gasconnes, Aubrac...;

- les races laitières, dont les Holstein, Prim'holstein, Bretonnes, Pie Noire, Jersiaisse...  élevées pour produire du lait ;

- et les races mixtes, comme les Normandes, Montbéliardes, Abondance, Tarentaises, Simmental..., réputées pour leur lait comme pour leur viande.

Bien qu'en boucherie, on ne parle quasiment que de boeuf ou de veau, vous n'êtes pas sans savoir que nous consommons aussi bien des femelles (vaches et génisses) que des mâles (boeuf et veau). Et si le boeuf charolais est réputé pour la qualité de sa viande, je trouve qu'une côte de "boeuf" (entre autres) issue d'une vache normande peut être très goûtue et nettement moins chère !  Je ne pense pas qu'il faille bouder les races mixtes parce qu'elles ont largement leur place dans nos assiettes.

Comment acheter et conserver le boeuf ?

A l’achat, la viande de boeuf doit être d’un beau rouge soutenu et brillante. Sa graisse doit être légèrement jaune et, pour certains morceaux, mieux vaut privilégier une viande bien persillée (c'est-à-dire dont la graisse forme comme un fin réseau) car elle est alors plus tendre.

Tout boucher digne de ce nom aura fait racir sa viande quelques jours après abattage, avant de la mettre en vente... et loin de toute cellophane ! C'est ainsi qu'elle développe le mieux ses arômes.

Après l’achat, la viande de boeuf doit être maintenue dans la partie la plus froide du réfrigérateur, entre 0 et 2° C.

Acheté chez le boucher, le boeuf se conserve jusqu’à trois ou quatre jours selon les morceaux, dans son emballage d’origine, un papier paraffiné spécialement conçu pour le préserver au mieux. Attention, cependant, au steak haché à la demande : s'il est consommé cuit, il doit être cuisiné dans les 12 heures qui suivent l’achat. Cru, le boeuf ne doit pas attendre plus d'une heure.

Quel morceau choisir pour un bon steack ?

Le plus classique des steacks est sans doute le rumsteck, cette partie de l'aloyau, c'est-à-dire l'arrière de l'animal, côté cuisse, de la queue au prolongement du filet et du contre-filet. De l'anglais rump (croupe) et steak (tranche de grillade), le rumsteck est un morceau assez large qui forme donc le haut de la cuisse. C'est une viande à fibres courtes, goûteuse et tendre.

La bavette d'aloyau est une viande à fibres longues et peu serrées, tendre et savoureuse, également réservée aux biftecks. Il s'agit du muscle de l'abdomen dont la forme rappelle celle d'une bavette, qui pèse entre 2 et 3 kg et qui est tranchée en travers de ses fibres.

Enfin, si la tranche est plutôt réservée aux rôtis et la fausse araignée à la fondue bourguignonne, les 4 autres mucles constituant le tende de tranche sont parfaits pour des steacks :

- le dessous de tranche, d’épaisseur irrégulière, dont la partie plate, un peu ferme, est vendue le plus souvent hachée et la plus épaisse, à fibres courtes, est découpée en biftecks ;

- la poire, petit muscle rond et charnu de 500/600 g, à fibres courtes, qui donne des biftecks très tendres et fait merveille dans une fondue ou en cuisine orientale ;

- le merlan, un petit muscle long et plat comme le poisson du même nom, également à fibres courtes, qui pèse de 800 g à 1 kg ;

- l’araignée, un petit muscle de750 g, de forme très irrégulière, dont les fibres musculaires ressemblent aux pattes d’une araignée ;

Poire, merlan et araignée sont souvent appelés " morceaux du boucher " car la tradition veut que le boucher les réserve aux amateurs.

Voilà, vous en savez suffisamment pour "aller vous faire cuire un steack"... avec des frites bien sûr !

Et pour les amateurs de viande rouge crue, je vous propose une recette qui n'en est pas une : le steack tartare.

steack_tartare__1_

Steack tartare

pour 4 personnes :

- 600 g de bœuf (rumsteck, contre-filet ou tranche grasse), idéalement haché au couteau ou, à défaut, au hachoir

- 4 jaunes d'oeuf

- 4 cuillers à café de câpres hâchés

- 4 cuillers à café d’oignon frais haché

- 4 cuillers à soupe de persil ciselé

- 4 cuillers à café de sauce Worcestershire

- 4 cuillers à café de ketchup

- tabasco

- sel, poivre du moulin

Dans chaque assiette, disposer tous les ingrédients tout juste hachés.

Servir avec des frites maison et une salade verte. C'est tout !

 

Posté par magkp à 08:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


vendredi 19 mars 2010

apéro chic pour dîner de choc

Il y a longtemps que nous n'avions pas reçu en petit comité et j'avais presque oublié comme c'était bon ! Un samedi soir comme je les aime, passé avec un couple d'amis au cours d'un repas bien sympa.

Côté cuisine, puisque c'est ce qui nous réunit sur ce blog, j'avais envie de faire plaisir à nos invités avec des petites recettes à la fois simples et chics. Salade au magret de canard séché et suprême d'orange, saumon en croûte et une rimbambelle de verrines et de mini-tartelettes : panna cotta au café, mousse au chocolat, crème brûlée à la vanille, mini-tatin aux pommes, mini-tartelettes au chocolat noir et au citron.

Et pour bien démarrer un tel dîner en restant dans le même esprit, voici un trio de petites choses à grignoter avec une coupe de champagne.

cr_me_au_foie_gras__confit_et_cr_me_de_balsamique__2_

Verrine de crème de foie gras, confit de figues et crème de balsamique à la figue

pour 12 verrines :

- 1 oeuf

- 120g de crème liquide

- 60g de foie gras mi-cuit

- sel, poivre

- 100g de confit de figues

- de la crème balsamique ou, à défaut, du vinaigre balsamique

Préchauffer le four à 100/110°.

Mixer la crème, le foie gras coupé en dés et l'oeuf. Assaisonner.

Répartir le confit dans le fond des verrines.

Verser la préparation à base de foie gras.

Déposer les verrines dans un plat à four avec de l'eau sur un tiers de leur hauteur.

Enfourner pour 25 minutes environ.

Laisser refroidir et réserver au réfrigérateur au minimum 1 heure.

Au dernier moment, verser un peu de crème balsamique sur le dessus de chaque verrine. A défaut, faire réduire du vinaigre balsamique jusqu'à consistance sirupeuse. Verser sur les verrines.

Une déclinaison pour flemmarde (et parce que j'avais reçu une crème de balsamique à la figue) des petites verrines au chutney de mangue proposées par Chantal sur son blog. Si celles à la mangue ont un côté plus exotique vraiment intéressant, celles-ci reposent sur des valeurs sûres. Une chose est sûre, c'est que chez nous les deux versions ont été adoptées et refaites à maintes reprises !

tuiles_sal_es__5_

Tuiles salées

pour 50 tuiles :

- 50g de blanc d'oeuf (soit environ 2 blancs d'oeuf)

- 50g de farine de blé

- 50g de beurre demi-sel

- sésame, pavot,

Faire fondre le beurre.

Laisser tiédir.

Mélanger intimement les blancs d'oeufs et la farine.

Ajouter le beurre fondu.

Réserver le temps que la pâte refroidisse.

Préchauffer le four à 160°.

Prélever la pâte par demi cuillère à café et former des cercles, à l'aide du doigt ou du dos de la cuiller, sur une tôle pâtissière à revêtement anti-adhésif ou bien sur une plaque perforée recouverte d'un Silpat.

Parsemer de l'ingrédient choisi.

Cuire à four chaud quelques minutes. Les tuiles sont prêtes lorsqu'elles sont dorées et qu'elles se détachent toutes seules !

Une recette empruntée à Mercotte qui n'hésite pas à décliner les parfums à l'infini ou presque : poivre concassé, nigelle, noisettes, amandes, herbes de provence, olives,dés de Munster, de jambon cru ... N'hésitez pas à réaliser ces tuiles à l'avance car, pour celles qui utilisent des ingrédients secs, elles se conservent plusieurs jours dans une boîte hermétique type boîte à gâteaux en fer.

blinis_au_tzatziki_et_oeufs_de_hareng_fum___1_

Blinis mi-blé, mi- sarrasin au tzatziki et oeufs de hareng

Pour une quinzaine de mini blinis :

- 1 yaourt nature non sucré (velouté, bulgare, grec...)

- 1 oeuf

- l'équivalent du pot à yaourt en farine de blé ou, pour les Bretons qui sommeillent en vous, moitié farine de blé, moitié farine de sarrasin

- 1/2 sachet de levure chmique

- une pincée de sel

- qs de beurre et d'huile

- 1 pot de tzatziki

- qs d'oeufs de hareng

Mélanger l'oeuf et le yaourt.

Ajouter les farines, la levure et le sel. Bien mélanger.

Laisser reposer au moins 1 heure à température ambiante, en recouvrant le récipient d'un torchon propre.

Faire fondre un peu de beurre et d'huile dans une poêle (à blinis de préférence).

Déposer des petits tas de pâte et laisser cuire 1 à 2 minutes.

Lorsque des petits trous apparaissent à la surface des blinis, les retourner à l'aide d'une spatule et laisser cuire encore 1 minute.

Laisser tiédir.

Servir avec une cuillère de tzatziki et quelques oeufs de hareng.

Une recette extraite de Marmiton, il y a plus de 5 ans, légèrement remaniée au fil du temps.

Posté par magkp à 08:14 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 15 mars 2010

Un plat complet pour recevoir

Comment résister au saumon en croûte ?  Pas celui de Picard, non, le nôtre, tout fait maison ! Une pâte feuilletée délicate, des épinards frais, une julienne de carottes et poireaux fondante et un filet de saumon savoureux, voilà les composants de ce plat unique adopté depuis mon stage chez Mercotte et mes premières réalisations de pâte feuilletée. Curieusement, cette recette ne figurait pas encore sur mon blog. C'est chose faite !

saumon_en_cro_te_001

Saumon en croûte aux petits légumes

pour 6/8 personnes :

- environ 25 grandes feuilles d’épinards

- 1 carotte

- 1 blanc de poireau

- une noisette de beurre

- 1 càs d'huile d'olive

- 1 filet de saumon d'1 kg environ

- 500g de pâte feuilletée

- 1 jaune d'oeuf

- sel, poivre

Sauce au beurre citronnée

- 100g de crème fraiche

- 50g de beurre

- jus de citron

- 3 brins de ciboulette hachée

- sel, poivre

Equeuter les épinards et les laver à grandes eaux.

Mettre à bouillir une casserole d'eau et plonger les feuilles d'épinards quelques secondes dans l'eau en ébulliton.

Les retirer à l'aide d'une écumoire et les laisser refroidir sur du papier absorbant.

Laver le poireau et la carotte. Eplucher la carotte. Les tailler en fine julienne.

La faire revenir dans une poêle avec la matière grasse, 2/3 minutes. Elle doit rester craquante.

Saler, poivrer. Débarasser dans un récipient et laisser refroidir.

Diviser la pâte feuilletée en deux. Etaler une première abaisse en un rectangle de 20x30 cm environ et la déposer sur une tôle pâtissière ou une plaque alu perforée recouverte d'une toile Silpat.

Etaler la julienne refroidie, à la taille du filet de saumon.

Parer et épiler si nécessaire le filet de saumon. L'assaisonnerdes deux côtés.

Le poser sur la julienne.

Recouvrir de deux couches de feuilles d'épinards.

Badigeonner le pourtour de la pâte de jaune d'oeuf très légèrement dilué à l'eau.

Etaler le reste de pâte feuilletée comme la première et recouvrir le tout.

Appuyer délicatement le pourtour pour souder.

Découper les bords avec une roulette, en donnant une forme de poisson.

Dorer le dessus (lmais pas les bords pour qne pas empêcher à la pâte de lever à la cuisson) avec le reste d’oeuf dilué.

Avec un couteau, dessiner les écailles sans appuyer, afin de ne pas déchirer la pâte.

Entreproser au réfrigérateur 1 heure avant de cuire ou de congeler.

Préchauffer le four à 185° et enfourner pour 25mn environ.

Juste avant de servir, préparer la sauce.

Déposer tous les ingrédients (sauf la ciboulette) dans un bol ou une casserole.

Réchauffer au micro-ondes ou sur feu doux. Mélanger. Ajouter la ciboulette au moment de servir.

Servir le saumon bien chaud, avec la sauce citronnée.

saumon_en_cro_te_002

PS 1 : Inutile de décongeler le saumon en croûte après un passage au congélateur. Vous le mettrez directement au four.

En revanche, pour congeler ce plat, il faut impérativement utiliser de la pâte feuilletée fraiche.

PS 2 : Pour des gros mangeurs, préparez davantage de julienne de légumes (que vous cuirez un peu plus longtemps dans une sauteuse) pour accompagner le poisson.

Posté par magkp à 12:30 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mardi 9 mars 2010

Un café gourmand, ça vous dit ?

Le café gourmand est encore dans la tendance. Pas un restaurant qui ne le propose pas à sa carte. A la maison aussi, le comble du chic est d'offrir à ses invités quelques petits plaisirs sucrés à la fin du repas. En version mini, bien sûr. Et avec la déferlante de moules souples, dont les formes ne cessent d'augmenter, la tentation est grande de décliner toutes nos recettes, au nom de la gourmandise !

Après les macarons, les financiers aux amandes, aux noisettes, à la pistache et aux griottes, les meringues ou encore les tuiles dentelle à l'orange, je vous propose aujourd'hui la recette des cannelés bordelais. A déguster avec une mousse au chocolat, une crème brûlée, un tiramisu ou bien une panna cotta, toujours en version petites verrines, forcément !

Très simples à réaliser, à condition de respecter un temps de repos de 12h minimum pour être complètement satsifait, ces cannelés, une fois que vous aurez maîtriser votre four (plusieurs essais ont dû être nécessaires dans ma cuisine), connaîtront un véritable succès au moment du café... ou à un autre d'ailleurs !

cannel_s_bordelais__3_

Mini-cannelés bordelais

pour 30 pièces :

- 30 cl de lait (entier ou demi-cérémé)

- 25g de beurre (demi-sel pour ma part)

- 1 gousse de vanille

- 1 oeuf + 2 jaunes

- 150g de sucre

- 90g de farine

- 1 càs de rhum

La veille au soir :

Verser le lait dans une casserole. Y ajouter la gouse de vanille fendue en deux et grattée, ainsi que le beurre. Porter à ébullition.

Pendant ce temps, fouetter les oeufs et le sucre dans un cul de poule ou au robot. Incorporer la farine et le lait tiédi. Bien mélanger pour une obtenir une pâte fluide.

Laisser reposer 12h heures minimum.

Le lendemain matin, préchauffer le four à 200°.

Ajouter le rhum et mélanger de nouveau la pâte.

Poser la plaque souple à mini-cannelés sur une plaque alu perforée.

Remplir les alvéoles et enfourner pour 50 minutes environ.

Démouler les cannelés sur une volette et laisser refroidir avant de déguster.

NB : certains recommandent de cuire les 5 premières minutes à four très chaud (autour de 250°) puis de diminuer à 150° env pour l'heure restante. Pour avoir testé les dexu méthodes, je préfère celle-ci. Je pense que ça dépend vraiment des moules utilisés. Je vous recommande donc de bien surveiller la cuisson, la seule technique valable à mon avis. Les aceenlés doivent être dorés et croustillants, légèrement caramélisés à l'extérieur et moelleux à l'intérieur.

Cette recette est extraite du livre Les Minis, un max d'idées gourmandes de Tupperware.

Merci à Stéphanie pour sa générosité.

Posté par magkp à 08:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 5 mars 2010

Du nouveau : ouverture des ateliers de cuisine

Marre de passer pour une quiche en cuisine ? Ras-le-bol de se prendre de belles gamelles ?

Avec mes cours de cuisine, redevenez digne de vos fourneaux, dingues de vos casseroles et à vous les bons plats mitonnés !

Votre mari et vos amis n’en croiront pas leurs papilles...

mars_2010___cuisine__1_

Je vous propose deux formules :

1. les cours de cuisine pour adultes

Je vous accueille dans ma cuisine à Boissy Saint-Léger (Val de Marne).
Suivant l'heure, après un café gourmand, on enfile les tabliers et on s’y met !

Mars : vendredi 12 - 12h00-13h30 (déjeuner compris)
Déjeuner express pour gens pressés
cabillaud en croûte de noix au cantal,
carottes confites et risotto
gratin de fruits

Avril : vendredi 2 - 10h-13h (déjeuner compris)
Déjeuner dominical (voire pascale)
aspic de saumon et œuf de caille
râbles de lapin au chèvre et tomates confites
rattes sautées à l’ail
verrine de fraises et méringues

Mai : lundi 3 et vendredi 21 - 13h-16h
100% desserts
royal ou fraisier
pannacotta à la fleur d’oranger et coulis de framboise
financiers pistache/griottes
tartelettes au chocolat blanc et framboises

Juin : vendredi 4 et lundi 14 - 13h-16h
Apéritif entre copains
mini-tartelettes chèvre/tomates/thym
flans de crabe
bouchées de courgette et saumon fumé
gougères (pâte à chou)
verrines de saison

Le prix ?

25€ par participant pour 1 cours,
sauf déjeuner express : 20€
100€ pour 5 cours
200€ pour 10 cours

2. Les ateliers culinaires de groupe à domicile

Une soirée entre copines, un anniversaire... pensez aux ateliers culinaires à votre domicile !

Comment se déroule l’atelier ?
Vous donnez rendez-vous à vos amies dans votre cuisine et ensemble, nous concoctons votre déjeuner ou votre dîner.
Une fois le repas préparé, place à la dégustation entre vous, pendant que je range la cuisine.

Exemple type de menu :
croissants et mini-tartelettes
terrine de saumon aux crevettes
filet mignon aux petits légumes
fondant au chocolat

Que comprend la prestation ?
Quelques jours avant l'atelier, nous nous entretenons pour faire connaissance avec votre cuisine et votre matériel et définir ensemble le repas.
Je fais les courses pour le jour J.
J’anime l’atelier et je range la cuisine.

Le prix ?
25€ par participant

Attention ! Les cours et ateliers sont limités à 8 participants. Premiers inscrits, premiers servis !
En-dessous de 3 participants, je me réserve le droit d’annuler le cours.

Pour plus d'infos ou pour vous inscrire, envoyez-moi un e-mail ou laissez-moi un commentaire, avec la formule et la date choisies.

Posté par magkp à 10:25 - Commentaires [4] - Permalien [#]


lundi 22 février 2010

Du bonheur simple des tartines du dimanche soir...

Je n'ai jamais beaucoup aimé les dimanches soir, même si, petite, à l'heure où nous quittions nos cousins et nos grands-parents, l'idée même de les retrouver le dimanche suivant me mettait en joie. Il subsite de ce temps une sorte de mélancolie, mêlée à une certaine morosité que me procurait et me procure encore l'arrivée d'une nouvelle semaine, du réveil qui, chaque matin, me tire avec tant de difficultés des bras de Morphée...

Pourtant, depuis que nos enfants sont en âge de partager nos dîners, je découvre un réel plaisir pour ce moment de la semaine. Quand sonne la fin du week-end, rien de tel qu'un repas léger, en famille, devant la télé ! Coffe nous confie une de ses recettes préféres, Roumanoff nous livre l'actualité à sa manière et Drucker nous salue d'un Vivement dimanche prochain !

Un rituel qui vous paraît certainement ridicule, mais qui nous satisfait. Un moment simple et heureux qui ponctue nos fins de semaines et semble, pour chacun d'entre nous, attendu comme l'étaient les dimanches de mon enfance.

Nos repas se déroulant habituellement à table, le dîner du dimanche soir est celui, moins académique où nous nous attablons autour de la petite table du salon, pour un dîner lui aussi peu conventionnel. Restes de soupes, fromages, charcuterie ou tartines constituent notre repas, rassasiés de notre déjeuner et de notre goûter dominicaux !

De quoi apprécier la semaine qui démarre...

tartine_jambon_cru_rocamadour_confit_de_figues__2_

Tartine gourmande du dimanche soir

pour 1 tartine :

- une tranche de pain de campagne ou de baguette

- un tranche fine de jambon cru

- 1 fromage de Rocamadour

- 2 càs de confit de figues (ou une figue fraiche tranchée + miel que l'on grille avec le reste)

- 1 noisette de beurre demi-sel

Préchauffer le grill du four.

Tartiner le pain de beurre.

Recouvrir d'une tranche de jambon.

Couper le fromage en 2 et le déposer dessus.

Faire griller quelques minutes la tartine.

A la sortie du four, déposer le confit de figues et déguster.

PS : Li'déal avec les tartines, c'est qu'on y met finalement ce qu'on veut, ce qu'on trouve dans le réfrigérateur et les placards. Elles s'adaptent aux saisons, à nos envies. Chacun y va de son ingrédient pour se confectionner sa tartine personnalisée : une tranche de reblochon, une autre de coppa, quelques noisettes et un filet de crème de balsamique, un reste de ratatouille et de la feta, de la moutarde, une tranche de rostbeef et de la roquette, un reste de courgettes sautées et du roquefort, un reste d'escalope de poulet aux champignons et à la crème recouvert d'emmental, quelques lamelles de camembert, de pommes et d'andouille de Vire, des tranches de tomates, de la mozarella, de la roquette et un filet d'huile d'olive, un reste de potimaron sauté, jambn cru et gorgonzola... Et, comme ça, au moment de passer à table, tout le monde est content !

Et si vous prolongiez ce petit plaisir d'un autre, tout aussi agréable : la lecture du célèbre livre de Jean-Luc Petitrenaud, 52 tartines du dimanche soir, édition Minerva, 2005 ? Bonne lecture !

Posté par magkp à 09:11 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 19 février 2010

On passe au vert !

Un dîner rapide à préparer et qui fait la part belle aux légumes, avouez qu'on en a toutes envie. Et si, en plus, les enfants ne les boudent pas, on est forcément ravie !

Cette semaine, je vous propose donc une truite farcie aux herbes et des flans de poireaux. Deux recettes très faciles à réaliser et moyennement coûteuses puisqu'elles utilisent des produits de saison.

Le poisson ainsi accomodée est une idée de "ma" poissonnière Sylvie dont je vous ai déjà parlé. Les quantités sont approximatives mais là n'est pas l'essentiel !

Quant aux flans de poireaux, il s'agit d'une déclinaison d'une recette Guy Demarle extraite du livre Simplissime.

 

flans_de_poireaux_Demarle__6_

Truite farcie aux herbes

pour 3/4 personnes :

- une belle truite sauvage vidée

- un bouquet de persil

- 2 tranches de pain de mie

- 1 gousse d'ail

- qs d'huile d'olive

- sel, poivre

Préchauffer le four à 210°.truite_farcie_aux_herbes__1_

Hacher le persil, l'ail dégermée et épluchée et le pain de mie (le Quick Chef 3 est du coup bien utile !).

En farcir la truite.

La déposer dans un plat à four.

Verser un peu d'huile, saler, poivrer et enfourner pour 30 minutes.

Lever les filets et servir bien chaud avec une crème citronnée.

 

Flans aux poireaux

pour 6 empreintes briochettes :

- 3 petits poireaux

- 25g de beurre

- 100g de crème fraiche

- 2 œufs

- 1 càs rase de Maïzena

- 40g de gruyère râpé

- 1càc de persil ciselé ou de persillade

- sel, poivre

Préchauffer le four à 140°.

Placer la plaque Flexipan® à briochettes sur la grille alu perforée.

Laver les poireaux et les détailler en rondelles. Les faire revenir dans une sauteuse, dans le beurre bien chaud. Saler, poivrer. Réserver.

Dans un cul de poule, battre les œufs en omelette. Ajouter la crème, la Maïzena et le persil. Bien mélanger.

Incorporer les poireaux et le gruyère. Rectifier l'assaisonnement.

Garnir les empreintes de la préparation.

Faire cuire 20 minutes. Démouler.

Posté par magkp à 08:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 16 février 2010

Mardi-Gras : des beignets à nous en rendre baba !

Aujourd'hui, Mardi-gras, marque la fin de la période festive du carnaval et de "la semaine des 7 jours gras" qui annonce, selon la tradition chrétienne, le Carême.

Du mercredi des Cendres au dimanche des Rameaux (une semaine avant Pâques - vous suivez toujours ???) vont s'écouler 40 jours de jeûne, pendant lesquels les catholiques  mangent "maigre", et s'abstiennent notamment de viande.

C'est d'ailleurs de là que vient le mot carnaval qui dérive du bas latin carnelevare signifiant "enlever, retirer la chair", c'est-à-dire "retirer la viande" de la table.

Si cette tradition n'est plus très suivie en France, elle est encore très vivante en Louisiane ou au Canada où les enfants dégustent des pancakes au sirop d'érable.

Chrétien ou pas, profitons donc de cette sympathique tradition du Mardi-gras pour faire nos réserves de gras et préparer gaufres, bugnes, oreillettes, beignets...

beignets_aux_pommes_002

et autres fritures...

paillassons_de_pommes_de_terre_et_courgettes_001

 

Posté par magkp à 08:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mardi 2 février 2010

C'est l'heure de la Chandeleur !

Aujourd'hui, nous sommes le 2 février, jour de la Chandeleur... et des crêpes, inévitablement. C'est le moment où jamais de sortir crêpière et bilig !

Une fête aux multiples origines

Comme beaucoup de fêtes culinaires, la Chandeleur telle que nous la fêtons aujourd'hui, en France, mêle plusieurs traditions païennes et religieuses.

Depuis 1372, la Chandeleur commémore la célébration judéo-chrétienne de la Présentation de l'Enfant Jésus au Temple de Jérusalem et la purification (ou les relevailles) de sa mère, la sainte Vierge. Cette célébration, relatée dans la Bible selon St Luc (II, 22) a eu lieu 40 jours après sa naissance. C'est pourquoi, on fête la Chandeleur, chaque année, le 2 février.

Chandeleur et chandelles

Au-delà de cette origine religieuse, on rapproche la chandeleur de la festa candelarum ou fête (païenne pour le coup) des chandelles, qui consistait à allumer des cierges (ou "chandelles") en symbole de purification.

Purification des troupeaux, pour une meilleure fécondité chez les Romains, dont la fête des Lupercales avait lieu autour du 15 février. Purification des terres avant les semailles pour les paysans celtes pour qui la procession avait lieu le 1er février.

C'est cette Fête des chandelles qui aurait donc donner son nom à la Chandeleur.

Le symbole solaire

Mais pourquoi des crêpes à la Chandeleur, me direz-vous ? Et bien, plusieurs explications existent à ce sujet, sans qu'aucune n'est vraiment la primauté.

Certes, chez les Celtes, la crêpe symbolisait la roue solaire et le don aux divinités sans lesquels il n'y aurait pas de blé. Par ailleurs, au Vème siècle, le pape Gélase 1er faisait, semble-t-il, distribuer des crêpes au pélerins venus de Rome. D'autres avancent l'hypothèse (qui rejoint la tradition celte) que la crêpe, de par sa forme et sa couleur, évoque le retour du soleil au printemps.

N'empêche que, en étant plus pragmatique, c’est à cette époque de l’année que les semailles d’hiver commençaient et que les paysans utilisaient vraisemblablement l'excédent de leurs récoltes (blé ou sarasin selon les régions) en cuisine, en confectionnant notamment des crêpes. C'est un peu la même histoire qu'à Pâques avec l'excès d'oeufs non mangés à cause du Carême...

Rites et coutumes

Aujourd'hui, loin de toutes ces préoccupations, la Chandeleur reste pour nous l'occasion de déguster des crêpes. De perpétuer certaines traditions tout en faisant perdurer certaines superstitions. Qui n'a jamais fait sauter ses crêpes, une pièce dans la main gauche, pour s'assurer la prospérité ? Et gare à vous si vos crêpes, après avoir fait un vol plané, ne retombaient pas correctement dans la poêle ? Vous ne connaitriez pas la chance et la richesse dans l'année !

Au-delà des crêpes, c'est aussi à la Chandeleur que commence la période du carnaval qui s'achève le jour du Mardi-gras. Mais là, c'est une autre histoire. Rendez-vous le 16 février pour le célébrer...

*********************

Retrouvez la recette de la pâte à galette ici...

galette_bretonne_002

... et celle de la pâte à crêpes là

cr_pes__2_

Posté par magkp à 07:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

lundi 11 janvier 2010

45 ans au service des femmes

Si je vous dis "Tupperware", à quoi pensez-vous ?
A des boîtes plastiques toute jaunies par le temps mais bien pratiques pour tout conserver du congélo aux placards ? A des réunions de bonnes femmes qui parlent non pas chiffon mais cuisine ?
Car, oui, pour beaucoup d'entre vous, Tupperware, c'est un peu tout ça à la fois. Et si la célèbre marque existe depuis 45 ans, c'est que ses produits en polyéthylène se sont imposés comme synonymes de qualité et sa méthode de vente à domicile, de convivialité.

Pourtant, depuis quelques années, la marque américaine créée en 1946 a décidé de revoir son positionnement.

Exit les réunions de femmes au foyer à papoter autour d'un café, Tupperware veut être dans l'air du temps !
Les cours de cuisine ont le vent en poupe ? Qu'à cela ne tienne, Tupperware y va de ses "ateliers savoir-faire" (tiens du déjà vu par ailleurs ! :)).
La diététique bat son plein ? Tupperware lance des produits qui permettent de cuisiner sainement.
Les femmes travaillent mais veulent cuisiner ? Tupperware invente des instruments astucieux pour gagner du temps.

C'est donc avec un réel plaisir que j'ai participé, il y a quelques semaines, à un atelier savoir-faire au siège social de Tupperware France à Rueil-Malmaison. De mon enfance, je me souvenais des moules à charlotte, des pots à yaourt, du milk-shake à vinaigrette et des récipients en plastique dont chaque couleur rappelait une décennie.

A ma grande surprise, j'ai découvert des produits très astucieux, bien que pour certains non indispensables (une des forces de Tupperware, d'ailleurs : faire de chaque produit un ustensile indispensable pour réaliser une recette précise).

Au cours de cet atelier, nous avons tout d'abord confectionné en deux temps, trois mouvements, des croissants au jambon et à l'emmental, grâce à une plaque spécialement fabriquée pour, le Croissant Party.

Il suffit d'étaler un rond de pâte feuilletée sur la plaque, de la recouvrir de jambon, de passer un rouleau à pâtisserie  qui découpe 16 triangles et de rouler ceux-ci pour obtenir des croissants.

plaque_croissant_Tupperware__1_ plaque_croissant_Tupperware__2_

 

 

Je l'ai réutilisée depuis mais, sincèrement, même sans la plaque, on peut procéder de la même façon et confectionner des croissants pour l'apéro dignes de ce nom !

Grâce au Speedy Chef et au moule à cake en silicone, nous avons ensuite réalisé une mousse glacée au marron en un éclair. Cet appareil est assez bluffant puisqu'en deux coups de manivelle, la plus banale des briques de lait concentrée se transforme en une mousse aérienne. Il suffit ensuite d'y ajouter une petite boîte de crème de marron, de mélanger délicatement l'ensemble et de le laisser tranquillement dans un moule silicone au congélateur quelques heures. Et voici un dessert rapide pour finir un repas de fin d'année !

Speedy_Chef_Tupperware

Le foie gras cuit en 3 minutes au micro-ondes m'a également emballée. La cuisson était parfaite sans beaucoup d'effort puisque nous avions utilisé un lobe de foie gras cru déjà dénervé qu'il a juste suffi d'assaisonner et de faire cuire dans un moule en silicone.

Enfin, la préparation du plat principal, des dos de cabillaud au jambon Serrano et Sainte-Maure, accompagnés de quinoa aux poivrons, a nécessité deux ustensiles plutôt sympas : le Quick Chef 3 et la cocotte Ultra Pro.

Le Quick Chef 3 est un hachoir manuel époustouflant. Vous y déposez, par exemple, 2 poivrons et 1 échalote coupés en deux. Vous donnez une vingtaine de coups de manivelle et vous obtenez des légumes finement émincés. C'est aussi l'ustensile idéal pour émincer des oignons sans pleurer !

quick_chef_Tupperware__4_ quick_chef_Tupperware__1_

Quant à la cocotte Ultra Pro, c'est une cocotte qui permet de cuire, sans matière grasse, viande et poisson. Cette cocotte à multi-étages passe au four, jusqu'à 250°.

Vous l'aurez compris, ces produits Tupperware m'ont semblé assez pertinents. A quelques exceptions près. Ceux en silicone qui ne m'ont pas convaincue. Il s'agit de moules trop rigides à mon goût, assez proches de ceux proposés par Téfal d'ailleurs. Et pour le prix, je préfère largement ceux de Demarle, plus pros selon moi.

Autre bémol, malgré des produits très astucieux, la marque aux boîtes plastiques légendaires a, semble-t-il, oublié que beaucoup d'entre nous vit en milieu citadin, là où les mètres carrés sont compter. Et c'est là que le bât blesse.
Car si Tupperware nous bluffe avec son Speedy Chef, son Quick Chef ou ses cocottes Ultra Pro et Ultra Plus, on maudit ses produits aussi stupéfiants soit-il, quand il s'agit de tout caser dans ses placards !

Qu'à cela ne tienne, Tupperware reste et restera longtemps le fabricant le plus convaincant des boîtes en plastique qui trouvent usage en toutes occasions et des accessoires malins pour prendre plaisir à cuisiner.

Merci à Stéphanie pour son invitation et son accueil chaleureux.

Posté par magkp à 07:54 - - Commentaires [5] - Permalien [#]