mercredi 1 décembre 2010

Un pot-au-feu, ça vous tente ?

Au coeur de l'hiver, quand le gros pull ne suffit plus à nous réchauffer, un seul remède : un bon pot-au-feu ! Le bouillon fumant nous enveloppe de chaleur, la viande tendre et parfumée enchante nos papilles. Et, à la cocotte-minute, rien de plus rapide. On prépare le plat la veille, on le réchauffe le lendemain après avoir ôté le gras à l'aide d'une écumoire. Un régal !

En évoquant la cocotte-minute, les puristes bondissent peut-être. D'une part, parce que le pot-au-feu se prépare normalement en deux temps. D'abord la confection du bouillon d'accueil puis du pot-au-feu lui-même, c'est-à-dire la cuisson de la viande et des légumes dans ce premier bouillon. Ce qui n'est pas ce qu'on fait de plus rapide ! D'autre part, parce que le pot-au-feu doit "sourire", ce qui signifie que l'eau ne bout pas mais frémit. Difficile à respecter à la cocotte-minute ! Enfin, parce que selon les livres anciens, on démarre la cuisson de la viande à chaud (une histoire de cuisson par concentration des saveurs opposée à celle par extraction remise en cause dans le Traité élementaire de cuisine d'Hervé This), ce qui est peu envisageable avec la cocotte-minute. Mais comme tout le monde s'accorde à dire qu'on peut aussi la démarrer à froid, ce qui donne un bouillon plus limpide et plus goûteux, nous voilà sauver !

La cocotte-minute est donc très pratique pour réaliser un pot-au-feu en deux temps, trois mouvements !

Quels morceaux choisir ?

Pour réaliser ce plat, le choix de la viande est primordial. Panacher les morceaux gélatineux, entrelardés et maigres est indispensable pour obtenir un bouillon parfumé.

Parmi la viande gélatineuse, on préfère la queue, la joue, le gîte, le gîte arrière, le jumeau de macreuse ou d'épaule.

Pour les morceaux entrelardés, on opte pour le plat de côtes, le tendron ou le flanchet.

Quant à la viande maigre, on choisit entre le paleron (encore appelé macreuse à braiser), la veine grasse, la griffe délaissé ou la bavette maigre.

La ronde des légumes

Les légumes ne sont pas oubliés pour autant. Carottes, poireaux, navets, mais aussi panais ou rutabagas..., on se laisse attendrir par cette ribambelle joyeuse qui n'attend que notre fourchette pour être écrasées avec un morceau de beurre salée, comme dans notre enfance.

L'art de le déguster

Ce qui est appréciable dans le pot-au-feu, c'est qu'on le mange de multiples façons. Tel quel, on parsème la viande de fleur de sel et on l'accompagne de cornichons et de petits oignons blancs, de moutarde, des carottes de la cuisson et de pommes de terre vapeur.

On sert le reste de viande tiède, en salade, coupée en dés, avec des pommes de terre et un oignon rouge émincés. Ou encore en tranches, réchauffée dans une sauce tomate bien relevée, avec des coquillettes.

On réalise une terrine de boeuf en gelée (avec la viande effilochée et les carottes en dés) ou un hachis Parmentier (avec le reste de viande moulinée, revenue avec un oignon, et une purée de pommes de terre, le tout cuit au four pendant 15 minutes).

Le bouillon, un plat à lui tout seul

On le déguste nature, avec une poignée de vermicelle ou "à la frapouille" (comme on l'appelle parfois en Lorraine, c'est-à-dire avec un oeuf battu).

Au préalable, on prend soin de le filtrer pour enlever les impuretés et le rendre plus limpide. On retire d'abord la viande, les légumes et les aromates avec une écumoire puis on passe le bouillon dans un chinois recouvert d'un torchon propre.

Une autre méthode consiste à clarifier le bouillon avec un blanc d'oeuf. Pour cela, on retire la viande et les légumes, on y jette un blanc d'oeuf (pour 2 litres de bouillon) battu en neige, on laisse frémir quelques minutes puis on tamise. Ainsi traité, le bouillon devient "consommé". Seul bémol, il perd du goût.

Le bouillon sert aussi à cuire le boeuf ficelle, à confectionner la soupe à l'oignon et entre dans la composition de sauces.

Prévenante, on le conserve donc au congélateur dans des bacs à glaçons et différents récipients en plastique (de 25cl à 50cl). Attention à ne pas trop les remplir, car, en congelant, le volume augmente et les contenants éclatent !

Vous l'aurez compris, quand on prépare un pot-au-feu, mieux vaut prévoir large dans les quantités !

pot_au_feu__1_

Pot-au-feu

- 500g de gîte-gîte ou jumeau de macreuse

- 500g de plat de côtes ou de tendon ou de flanchet

- 400g de veine grasse ou de paleron

- 1 joue de boeuf parée

- 1 queue de boeuf coupée en morceaux et dégorgée à l'eau fraiche

- 8 carottes

- 4 navets

- 2 blancs de poireaux

- un bouquet garni : 1 petit bouquet de persil, 2 feuilles de laurier, 2 brindilles de thym, 1 petite branche de céleri, le tout ficelé dans le vert des poireaux

- 2 oignons piqués de 3 clous de girofle

- du gros sel, du poivre

Dans la cocotte-minute, mettre 2 litres d'eau et la viande à tempéraure ambainte.

Porter à ébullition. Ecumer.

Ajouter les légumes épluchés, le bouquet garni, le sel, le poivre.

Fermer la cocotte-minute et porter à ébullition. Dès que la vapeur s'échappe, baisser le feu et laisser cuire à frémissements 50 minutes.

Laisser refroidir et dégraisser à l'aide d'une écumoire.

Au moment du repas, réchauffer puis égoutter la viande. La servir avec des cornichons, de la fleur de sel, de la moutarde, les légumes et des pommes de terre cuites, à part, à l'eau salée ou à la vapeur.

Servir au préalable ou au cours d'un autre repas, le bouillon tel quel, épaissi avec du vermicelle ou clarifié.


lundi 22 novembre 2010

Vire et la Basse-Normandie à l'honneur

Comme je vous l'annonçais jeudi dernier, ce week-end, je participais au Salon du Blog Culinaire de Soissons, organisé pour la 3ème année consécutive, dans les cuisines du lycée hôtelier de Soissons par Chef Damien de 750g, avec la participation de Benoît Molin, un homme très abordable malgré sa notoriété (ça c'est chouette !), et plusieurs partenaires qui nous ont offerts des ateliers très intéressants et des dégustations très gourmandes.

J'ai ainsi particulièrement apprécié la séance dégustation de vins d'Alsace animée par Odile Pontillo, sommelière et formatrice aux métiers du vin entre autres, qui ne s'embarrasse pas de mots pompeux pour parler de ce qu'elle aime. Bien que j'ai l'habitude de boire du vin d'Alsace (un mari alsaco-lorrain ça aide !), j'ai eu l'impression de ne rien connaître du tout. Drôle et pédagogue, elle m'a appris plein de trucs sur l'art de déguster un vin. Merci à elle !

J'ai vraiment regretté de ne pas avoir pu assister à un atelier Bord Bia par le beau (mais jeune !) Donal Shekan car leurs produits étaient exquis : huîtres, moules, saumon fumé, boeuf et agneau de grande qualité. Peut-être l'année prochaine...

Contente d'avoir fait la connaissance de Davy et Marjorie, attachés de presse au sein de l'agence Thomas Marko et Associés pour le lapin de France. Je mets enfin un nom à celui qui m'envoie autant d'emails !

J'ai aussi découvert des pistaches délicieuses qui portent d'ailleurs bien leur nom : Wonderful Pistachios.

Eric Riethler, chef de cuisine représentant la marque Lesieur, m'a rempli mes sacs de produits que je ne manquerai pas de cuisiner : l'huile au sésame grillé a l'air pas mal du tout ! Merci à lui.

Pas l'occasion non plus de participer aux ateliers Milk Factory, très axés sur l'édition de livre, ni à ceux d'Isabelle Rozenbraun, photographe. Dommage ! L'année prochaine, je m'inscrirai vite avant que tout soit complet !

Qaunt à ma démo, j'y ai pris beaucoup de plaisir et plus encore au moment de la dégustation quand j'ai vu les visages ravis. C'est très agréable et le meilleur compliment qu'on puisse me faire. Je remercie encore l'élève qui me secondait, il a été plus qu'à la hauteur. Sans lui, j'aurais appréhendais ce moment alors que là, je me suis appuyée sur sa connaissance des lieux, du matériel... et tout s'est bien déroulé. D'ailleurs, tous les élèves ont été étonnants de dévotion pour nous autres. Attentifs, à notre service avec le sourire depuis l'aube jusqu'à très tard dans la nuit, ils ont été vraiment supers. Chapeau à eux !

Un excellent week-end donc qui m'a permis de revoir celles et ceux que je connaissais déjà "en vrai" et de faire la connaissance d'autres bloggeurs. Un vrai moment de partage, de convivialité et de gourmandise. Merci à Damien, aux chefs et à toute l'équipe pour cette initiative.

Pour poursuivre un peu l'hsitoire de ce week-end, d'autres bloggeurs racontent le Salon ici.

Et ma recette alors ? Vous le savez peut-être, bas-normande de naissance, j'ai un certain penchant pour la cuisine de ma région. Et c'est tout naturellement que j'ai choisi de présenter lors de ce salon un plat qui ferait la part belle aux produits locaux et, qui plus, artisanaux :

- l'andouille de Vire, fabriquée entièrement à la main à partir de l'estomac, de l’intestin grêle et du gros intestin de porc,

- le camembert avec AOC, préparé avec du lait cru de la région et moulé à la louche (à lire les excellents articles de Marie-Claire Frédéric au sujet des camemberts, ici, et ),

- et les pommes, des reinettes élevées au grand air bas-normand !

Merci à M. Asselot, la laiterie Réaux et à mes parents de m'avoir gentiment offert ces produits.

Tatin_normande____andouille_de_Vire__pommes_et_camembert__2_

tartes Tatin normandes : andouille de Vire, pommes et camembert de Normandie

Pour 4 personnes :

- de la pâte brisée maison réalisée avec 200g de farine, 100g de beurre demi-sel, 1 oeuf

- 2/3 pommes rustiques type clochard, cox, reinette

- 1/2 camembert de Normandie au lait cru

- 12 tranches (de 5 mm d’épaisseur) d’andouille de Vire

- 40g de sucre

- 20g de beurre demi-sel de Normandie

- 60g de crème fraiche de Normandie

- du 4 baies concassé

- 150g d’un mélange de jeunes pousses d’épinard, de laitue…

- cerfeuil, ciboulette

- 1 cs de vinaigre de cidre

- 3 cs d’huile de noisette

- Sel, poivre

Réaliser la pâte brisée en sablant d’abord la farine et le beurre. Ajouter l'oeuf battu. Mélanger sans trop pétrir. Si nécessaire, incoporer un peu d'eau froide. Laisser reposer 30 minutes au réfrigérateur.

Eplucher, évider et couper les pommes en 4.

Couper le demi camembert en 8 parts.

Retirer la peau de l’andouille et la tailler en rondelles d’environ 5 mm d’épaisseur (si ce n’est déjà fait).

Etaler la pâte brisée et la découper en 4 ronds à l’aide d’un emporte-pièce de 12 cm de diamètre.

Faire chauffer le sucre dans une poêle à fond épais  jusqu’à obtention d’un caramel.

Réchauffer la crème au micro-ondes ou sur feu doux.

Lorsqu’il atteint la couleur brune, décuire le caramel hors du feu en incorporant, petit à petit, le beurre.

Ajouter la crème chaude et bien mélanger avec une cuillère en bois. Poivrer.

Badigeonner 4 moules antiadhésifs de 10 cm de diamètre de caramel aux 4 baies.

Préchauffer le four à 200°.

Répartir, en les intercalant, les quartiers de pomme caramélisés et le camembert.

Disposer les rondelles d’andouille dessus.

Napper éventuellement de caramel aux 4 baies, puis recouvrir de pâte brisée.

Enfourner pour 15/20 minutes à four chaud (200°).

Pendant ce temps, passer la salade très rapidement sous l’eau. Essorer.

Préparer la vinaigrette : dissoudre le sel dans le vinaigre. Incorporer l’huile en fouettant, puis poivrer.

Au moment de servir, mélanger dans un saladier les jeunes pousses, le cerfeuil et la ciboulette. Assaisonner avec la vinaigrette.

Répartir la salade dans les assiettes.

Démouler les tartes Tatin et les disposer sur la salade. Décorer avec un peu de caramel aux 4 baies.

Servir aussitôt.

Cette Tatin normande se sert en entrée. Sans andouille, elle peut très bien être dégustée à la place du fromage.

panier_de_pommes__7_

Posté par magkp à 08:36 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

jeudi 18 novembre 2010

Direction l'Alsace... en passant par Soissons !

Les premiers frimas d'hiver annoncent les plats mijotés et ça n'est pas pour nous déplaire. Longs à cuire, ils ne nécessitent pourtant aucune attention particulière et nous permettent donc de vaquer à loisir à d'autres occupations. Autre avantage, et pas des moindres, ils sont meilleurs réchauffés et peuvent donc aisément être mitonnés la veille pour le lendemain. Du coup, préparés en grande quantité, nous voilà avec deux repas de prêts !

Alors, on n'hésite plus et on se lance dans le boeuf bourguignon à l'orange, la poule au blanc, le coq au vin, la potée aux lentilles, la blanquette de veau, le sauté de sanglier aux fruits rouges, le boeuf carottes, l'osso bucco aux figues et aux airelles, la daube de boeuf aux fruits rouges ou l'onglet braisé à la bière.

Et pour les plus pressés d'entre nous, pourquoi ne pas se laisser tenter par une choucroute ? C'est super facile à réaliser, très bon (pourvu qu'on ait un excellent charcutier) et, à la cocotte-minute, très vite réalisée.

choucroute__3_

Choucroute rapide

pour 4 personnes :

- 800g de choucroute crue

- 400g de palette de porc fumée

- 300g de poitrine de lard fumé

- un saucisson à l'ail à cuire

- 4 saucisses de Francfort ou de Strasbourg

- 4 pommes de terre

- de la couenne de porc ou du saindoux

- 25cl de vin blanc type Riesling

- 25 cl de bouillon de boeuf

- qq baies de genièvre

- sel, poivre

Tapisser le fond de la cocotte de couennes de porc ou faire fondre doucement le saindoux.

Déposer la moitié de la choucroute dessus en formant un lit.

Ajouter le lard, la palette, le saucisson et les baies de genièvre.

Recouvrir avec le reste de choucroute.

Verser le vin et le bouillon de façon à ce qu'il recouvre l'ensemble.

Fermer la cocotte et porter à ébullition.

Dès que la vapeur s'échappe, diminuer le feu et laisser mijoter, à feu doux, entre 30 et 35 mn selon les modèles de cocotte-minute.

Ouvrir la cocotte et ajouter les pommes de eterre pelées et les saucisses.

Refermer et porter à ébullition.

Dès que la vapeur s'échappe, diminuer le feu et laisser cuire 6 mn à feu doux.

Ourvir la cocotte et servir.

 

 

 

*****************

Cette recette, à laquelle j'ai ajouté mon grain de sel, me vient du livre Plaisirs et saveurs, 180 recettes pour une cuisine saine, rapide et goûteuse au quotidien de Seb.

Découvrez aussi choucroute de la mer.

*****************

L'actu du week-end : le 3ème Salon du Blog Culinaire de Soissons

GIF_SBC3_180__2_

Pour la première année, je participe à ce rassemblement de bloggeurs organisé par Chef Damien au lycée hôtelier de Soissons où l'on attend plus de 2000 visiteurs.

Pour ma démo, j'ai souhaité mettre en avant ma région natale, à savoir la Basse-Normandie, avec une Tatin normande : andouille, pommes et camembert. Autant dire des produits pure souche. Comme ils m'ont gentiment été offerts, je tiens à remercier :

andouille_asselot_accueil_180  - pour l'andouille, M. Asselot, le meilleur fabricant d'andouille de Vire,

camembert_R_aux_3 - pour le camembert, la laiterie Réaux, l'une des dernières à fabriquer un AOC authentique, un camembert de Normandie au lait cru,

panier_de_pommes__7_ - pour les pommes des  reinettes succulentes , mes parents.

Merci à vous tous ! J'espère que ma recette (que vous retrouverez dès lundi sur ce blog) sera à la hauteur de la qualité de ces produits. Excellent week-end à vous !

Posté par magkp à 08:28 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mardi 9 novembre 2010

Petit plat sans prétention pour dîner en semaine

Voilà, tout est dit dans le titre ! Un soir, à court d'idées pour le petit plat de Monsieur du lendemain midi, voici ce qui est sorti de ma cocotte après une demi-heure à mijoter... J'ai trouvé ça beau, très bon et j'avais envie de vous le faire partager si, un soir, l'inspiration venait à vous manquer...

saut__d_agneau_au_bl__et_aux_f_ves__1_

Selle d'agneau au blé et aux fèves

pour 4 personnes :

- 7/800g de selle d'agneau

- 2 verres de blé précuit type Ebly*

- 1 verre de fèves surgelées Picard*

- 1 oignon

- 4 verres d'eau

- 1 coupelle de Coeur de bouillon de volaille Maggi*

- qs d'huile d'olive

- poivre

Détailler la selle en cubes.

Eplucher et émincer l'oignon.

Dans une cocotte en fonte, faire dorer l'oignon et la selle dans l'huile d'olive. Poivrer.

Ajouter le blé, le Coeur de bouillon et l'eau.

Laisser mijoter à feu doux une demi-heure.**

Ajouter les fèves et si nécessaire un peu d'eau. Bien mélanger et poursuivre la cuisson (toujours à feu doux) dix minutes.

Déguster.

**Je vous donne la marche à suivre mais, comme je n'ai pas pris de note et que cette recette remonte à quelques semaines, je ne me souviens plus trop bien du temps de cuisson ! Il faut veiller à ce que le blé ne soit pas trop cuit et la viande tendre sous la lame d'un couteau !

*Billet non sponsorisé malgré les apparences !

Posté par magkp à 15:40 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 30 octobre 2010

Un menu tout orange

Vous n'êtes pas sans savoir que demain, c'est Halloween. Mais avez-vous remarqué que cette fête d'origine celtique très populaire en Irlande n'a connu qu'un éphemère succès dans l'Hexagone ?

Lancé en 1997 par France Telecom, Halloween connait un vif succès. Les commerçants prennent le relais l'année d'après : les vitrines se parent de citrouille et de toiles d'araignée, les rayons se remplissent de costumes de sorcières et de squelettes. Mais très rapidement, la fête s'essouffle. Curieusement, à l'heure où la laïcité prend le pas sur la religion, la Toussaint reste plus suivie. Du coup, depuis 4/5 ans, Halloween est devenu très discret.

Qu'à cela ne tienne, les citrouilles et autres courges sont encore de saison. Autant en profiter !

Voici un menu tout orange à préparer avec vos petits diables :

velout__de_carottes_aux_baies_roses_002

velouté de carottes aux baies roses

hachis_potiron_agneau_003

 

hachis de potiron-agneau

le_financier_et_coulis_de_potimaron__2_

financiers à la noisette, coulis de potimarron

Bon week-end de Toussaint !

source : Wikipédia

Posté par magkp à 08:54 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


mercredi 13 octobre 2010

Un aller Paris-Brest

Quand mon fils de 8 ans m'a demandé il y a quelques semaines si j'étais capable de faire sa pâtisserie préférée, je lui ai répondu que compte-tenu que mes chouquettes lui plaisaient, ça ne devait pas être impossible. Et puis, cela en est restée là. Jusqu'à ce que j'apprenne que nous avions de la visite dimanche dernier. Cette conversation m'est curieusement revenue en tête et, ni une, ni deux, je me suis lancée dans la confection du Paris-Brest !

Non sans mal. La pâte à chou ne voulait pas monter (je n'ai pas compris pourquoi, d'ailleurs...) et j'ai dû m'y reprendre à deux fois avant de parvenir à un résultat quelque peu satisfaisant. N'empêche qu'à la dégustation, rien à redire ! Enzo m'a déclaré que mon Paris-Brest était meilleur que celui du boulanger (bon, faut dire que dans notre cas, je n'ai pas trop de mal à le battre !). Ce que je ne savais pas, en revanche, c'est que notre invitée, ma belle-mère, adore aussi ce gâteau et y a fait honneur. Je recommencerai !

Paris_Brest__2_

Paris-Brest

Pour 6 persones :

pour la pâte à chou, voir la recette des chouquettes (avec les mêmes proportions)

pour la crème mousseline au praliné :

- 3 jaunes d'oeufs

- 60g de scure en poudre

- 20g de fécule de maïs (Maïzena)

- 250g de lait

- 60g de pralin

- 110g de beurre pommade

Préparer la pâte à chou.

Dresser des cercles de 7 cm de diamètre à l'aide d'une poche à douille lisse sur une tôle pâtissière.

Parsemer d'amandes effilées et d'un peu de pralin.

Faire cuire à four très chaud (250°), d'abord 10 minutes four éteint, puis 15/20 minutes à 160°. Réserver.

Faire chauffer 200g de lait avec la moitié du sucre.

Pendant ce temps, battre les jaunes et le restant de sucre jusqu'à ce que le mélange blanchisse.

Ajouter la fécule de maïs et le reste de lait froid. Bien mélanger.

Verser un peu de lait chaud sur les oeufs et bien mélanger.

Reverser le tout dans la casserole et faire cuire à petite ébullition, tout en fouettant, jusqu'à ce que la crème ait de la consistance .

Incorporer le pralin, mélanger.

Laisser refroidir cette crème pâtissière puis la réserver au réfrigérateur au moins 1 heure.

Incorporer le beurre pommade, coupé en morceaux, dans la crème pâtissière tout en fouettant au batteur électrique.

Couper les Paris-Brest en deux et les garnir de crème mousseline à l'aide d'une dpoche à douille cannelée.

Saupoudrer de sucre glace. Servir.

Posté par magkp à 08:18 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mardi 5 octobre 2010

Farandole de gâteaux pour le goûter

Il y a quelques semaines, Sandra et Marie ont lancé un jeu-concours sur un thème qui m'a interpellée :

ecole_et_gouter_032D

Le temps est passé (trop vite) et voici venu le moment où je dois me décider sur ce que je présente. Pas facile quand on est normande ! Gâteau marbré, semoule au lait, riz au lait, gâteau de pain, tartines de confiture de mûre, tarte au fromage blanc, petits bouchons à la ricotta et aux mirabelles (à décliner avec les fruits de saison), gaufres (tiens voilà une recette qui ne figure pas sur le blog: il faut que j'y remédie très vite !), crêpes, chouquettes..., voilà autant de gourmandises que je prépare régulièrement pour mes enfants à l'heure du goûter.

Et puis, reviennent aussi fréquemment des petits gâteaux à l'huile d'olive que je varie au gré des saisons : raisins, pignons de pin, rhubarbe, pommes, poires, orange, pamplemousse, fruits rouges, mirabelles... Tous les moules sont les bienvenus, en version individuelle ou familiale : moules à cake, à madeleines, à muffins, à briochettes...

mini_cakes___l_huile_d_olive_009

Petits gâteaux à l'huile d'olive

- 3 oeufs

- 150 g de sucre en poudre

- 150 g de farine

- 1/2 sachet de levure

- 100g de lait

- 50g d’huile d’olive

- 25g d'amande en poudre

- 15 g de beurre pour le moule

- au choix : dés de poires, de pommes ou de rhubarbe, mirabelles, griottes, framboises, myrtilles (frais ou congelés), raisins blonds et pignons de pin...

- qs d'amandes effilées (facultatif)

Préchauffer le four à 180°C (thermostat 6).

Battre les œufs avec le sucre en poudre. Incorporer la poudre d'amande, la farine et la levure et délayer avec le lait et l’huile.

Ajouter les fruits choisis. Bien mélanger.

Beurrer un moule à cake ou des moules individuels et y verser la pâte.

Enfourner 30-40 mn et laisser tiédir 10 mn hors du four avant de démouler.

Sur la photo : gâteaux à l'huile d'olive et aux fruits rouges, à la poire et aux amandes effilées, aux raisins blonds et aux pignons de pin.

vendredi 24 septembre 2010

Petits feuilletés au dîner

Poireaux, pommes de terre, saumon, noix : voilà des ingrédients de saison qui, avec un peu d'organisation, devrait nous permettre de réaliser un plat complet pour un dîner en semaine ou le week-end. L'avant-veille, on épluche et on cuit les pommes de terre. Et avec une cocotte-minute, ça va encore plus vite (seulement 5 minutes de cuisson). Les poireaux peuvent être préparées la veille. La pâte feuilletée, préparée à l'avance et congelée ou bien achetée toute prête. Le jour J, il ne reste plus qu'à assembler et à cuire 20 minutes.

La photo n'est pas terrible du tout, mais le plat vaut la peine d'être goûté !

feuillet__saumon__poireaux__pommes_de_terre

Feuilletés saumon/poireaux/pommes de terre/noix

pour 4 personnes :

- 2 belles pommes de terre

- 2 beaux poireaux

- 500/600g de saumon cru (4 pavés ou du filet)

- 70g de noix hachées

- 50g de beurre

- 1 gousse d'ail

- 4 cuillérées de crème crue ou fraiche (épaisse)

- 250g de pâte feuilletée

- 1 oeuf

- sel, poivre

Laver et émincer les poireaux. Eplucher la gousse d'ail.

Mettre à suer les poireaux et la gousse d'ail dans 50g de beurre, à la poêle, pendant 10/15 minutes à feu doux. Saler au départ de la cuisson pour ne pas qu'ils attachent. Poivrer. Laisser refroidir.

Pendant la cuisson des poireaux, peler et couper en lamelles les pommes de terre. Les faire cuire dans le panier vapeur de la cocotte minute, 5 minutes à partir de l'ébulliton. Saler légèrement et laisser refroidir.

Dans une assiette, mélanger les noix hachés avec un peu de sel et de poivre.

Détailler le saumon en cubes. Les rouler dans le hachis assaisonné.

Préchauffer le four à 210°.

Découper 4 carrés de 20 cm de côté environ dans la pâte feuilletée.

Au centre de chaque carré, déposer une couche de pommes de terre, puis une cuillérée de poireaux, puis les cubes de saumon pané. Ajouter une cuillérée de crème.

Refermer les carrés en rabattant les angles au centre. Souder et dorer à l'oeuf battu à l'aide d'un pinceau.

Faire cuire pendant 20 minutes et servir.

Posté par magkp à 08:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mardi 14 septembre 2010

Pour prolonger l'été...

Entre le travail, les devoirs et le bain des enfants, les débuts de soirée sont souvent vécus à 100 à lh'eure pour la plupart d'entre nous. Alors lorsqu'il s'agit de préparer le dîner et, pour certaines, le déjeuner du lendemain, inutile de dire qu'il faut que ce soit de la cuisine simple et rapide.

Que diriez-vous cette semaine de linguine aux crevettes sautées à l'ail ? C'est un plat que j'apprécie pour les raisons invoquées et parce que ses parfums d'iode et de coriandre ne sont pas sans nous rappeller les vacances. De quoi prolonger agréablement l'été qui laisse peu à peu sa place à l'automne...

linguine_aux_crevettes_saut_es___l_ail__2_

 

Linguine aux crevettes sautées à l'ail

pour 4 personnes :

- 350/400g de linguine

- 40 belles crevettes roses crues (mais si elles sont cuites, ça n'est pas grave, il faut juste raccourcir le temps dans la poêle pour ne pas les sécher mais seulement les réchauffer)

- 3 cs d'huile d'olive

- 1 gousse d'ail

- 1 bouquet de coriandre (à défaut de persil plat)

- 1 belle noisette de beurre

Faire bouillir une grande casserole d'eau salée (compter 4 litre d'eau et 35/40g de gros sel pour 400g de pâtes).

Y jeter les linguine et laisser cuire le temps indiqué sur le paquet.

Pendant ce temps, rincer et décortiquer les crevettes, au moins la tête (la carapace permet de conserver les saveurs de la crevette à a cuisson - Conserver les carapaces et les têtes pour préparer un consommé pour un autre repas ou un fond que vous congèlerez.)

Eplucher la gousse d'ail.

Laver et émincer la coriandre.

Faire chauffer l'huile dans une sauteuse.

Y faire dorer les crevettes avec l'ail écrasée et la coriandre, 2/3 minutes de chaque côté. Elles sont cuites quand elles deviennent roses et la chair blanche et non plus translucide.

Egoutter les pâtes. Ajouter une noisette de beurre.

Verser les crevettes dessus et servir bien chaud.

Posté par magkp à 12:14 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 2 septembre 2010

Chouette, c'est l'heure du goûter !

En ce premier jour de rentrée scolaire,il est temps de reprendre de bonnes habitudes en préparant des goûters gourmands et équilibrés. Pour mes loulous, ce sera chaussons aux pommes et à la rhubarbe. Et chez vous ?

J'en ai profité pour tester l'ustensile spécial chaussons de Tupperware, le Chausson Party de Tupperware® et la nouvelle pâte Marie "100% naturelle". Pour le premier, si Tupperware a quelques bons produits dans son catalogue, celui-ci n'est d'aucunes utilités et s'avère même pénible : la pâte colle, se déchire. Bref, mieux vaut un emporte-pièce ou un bol !

Pour la pâte, à première vue, c'est-à-dire à la lecture de la liste des ingrédients, cette pâte ressemble à du fait maison : rien que de la farine, du beurre, de l'eau, du vinaigre (ça empêche la pâte de devenir grise) et du sel. Rien que pour ça, on applaudit ! Un bémol pour la pâte brisée cependant : la présence de sucre dont on pourrait se passer surtout si l'on souhaite préparer une tarte salées.

Au goût, la pâte est pas mal mais rien de transcendant non plus.

Verdict : l'intérêt de cette gamme de pâte réside donc dans l'utlisation d'ingrédients naturelles et l'absence d'huile, d'additifs et autres graisses trans habituellement utilisés dans les autres pâtes industrielles. Et pour cette raison, elle a ma préférence. Même si je n'achète que très rarement de la pâte toute prête, je dois avouer que désormaisje n'hésiterai plus à en prendre en dépannage. D'autant qu'à 1,70€ environ la pâte, c'est à peu près le même prix que du fait maison. A quoi bon se casser la tête !

Chaussons pomme-rhubarbe

pour 5 chaussons :

- 230g de pâte feuilletée

- 250g de rhubarbe

- 250g de pomme (une variété rustique de préférence)

- 125g de sucre en poudre

- 1 oeuf

Eplucher les pommes et les tiges de rhubarbe. Les détailler en dés.

Les déposer dans une casserole avec le sucre et réserver, couvert, à température ambiante deux bonnes heures. Le sucre aura alors fondu et un jus se sera formé dans le fond de la casserole.

Faire cuire à petits bouillons une vingtaine de minutes. Laisser refroidir.

Préchauffer le four à 190°.

Etaler la pâte feuilletée sur un plan de travail fariné.

Prélever 5 cercles à l'aide d'un bol ou d'un emporte-pièce de 14 cm de diamètre ou encore du Chausson Party de Tupperware®.

Les placer sur une tôle pâtissière ou une plaque recouverte d'un Silpat®.

Badigeonner le pourtour d'œuf battu.

Déposer une bonne cuillère de compte refroidie au centre des ronds de pâte.

Plier en deux. Souder et dorer à l’œuf.

Cuire à four chaud pendant 20 minutes.

Laisser tiédir avant de déguster.

Posté par magkp à 08:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,