lundi 12 octobre 2015

Des cookies à s'rouler par terre !

Quand ma fille Alice se met aux fourneaux, ça déménage ! Pour preuve, ses cookies à déguster tièdes, à la sortie du four.

cookies choconoisette d'Alice (23)

Cookies chonoisette d'Alice

- 85g de beurre à température ambiante

- 85g de sucre en poudre

- 1 oeuf

- 150g de farine

- 100g de pépites de chocolat

- 1 cc de levure chimique

- 1 pincée de sel

- qs de pâte à tartiner au cacao et à la noisette ou au praliné (nous on adore celle de Rigoni ou de Michel Cluizel)

Préchauffer le four en position chaleur tournante à 180°.

Dans un saladier, travailler le beurre, le sucre et le jaune d'oeuf.

Ajouter petit à petit la farine, la levure, le sel et les pépites de chocolat.

Monter le blanc en neige bien ferme.

L'incorporer à l'appareil.

Sur une tôle recouverte de papier de cuisson ou d'une toile Silpat, former des petits tas avec la moitié de la pâte. Aplatir légèrement avec la paume de la main.

cookies choconoisette d'Alice (3)

Déposer une cuillérée à café de pâte à tartiner sur chaque rond de pâte.

cookies choconoisette d'Alice (9)

Recouvrir du restant de pâte.

cookies choconoisette d'Alice (11)

Enfourner à 170° pendant 10 mn environ.

Les cookies doivent être joliment colorés mais encore mous. Ils durcissent en refroidissant.

cookies choconoisette d'Alice (20)

cookies choconoisette d'Alice (13)

Posté par magkp à 08:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


lundi 5 octobre 2015

Ambiance automnale

En ce début d'automne, la campagne se pare de jolies couleurs pourpres. Le sol revêt un beau tapis de feuilles mortes, de noisettes et de bogues de châtaignes.  Que diriez-vous de mettre cette douce nature à votre table ?

Le chemin de table exhibe ce que j'ai glâné dans le jardin. Les sets de table en bois flotté rappellent les végétaux. J'aurais pu y ajouter des morceaux de bois, de mousse, d'hortensias aux couleurs fanées... Je me suis contentée des fruits du noisettier et du châtaignier que la nappe et la vaisselle, discrètes, font ressortir.

2015 10 03 table d'automne (34) avec arrosoir

2015 10 03 table d'automne (40) avec arrosoir

2015 10 03 table d'automne (43) avec arrosoir

2015 10 03 table d'automne (25) avec arrosoir

2015 10 03 table d'automne (18)

2015 10 03 table d'automne (21)

 

2015 10 03 table d'automne (26) avec arrosoir

2015 10 03 table d'automne (27) avec arrosoir

Posté par magkp à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 28 septembre 2015

Provisions d'écureuil

Les noisetiers du jardin sont couverts de fruits. Inutile d'en perdre pour acheter dans l'année de la poudre de noisette ou de pralin du commerce.

2015 09 08 (9)

2015 09 08 (15)

2015 09 27 noisettes (3)

noisettes décortiquées (1)

Profitant de ce week-end ensoleillé (et parce que j'ai lourdement insisté pour qu'il pointe le bout du nez en dehors de sa chambre - ah les ados !), mon fiston en a ramassé un petit panier. Ni une, ni deux, en bon écureuil, je me suis lancée dans mes conserves. Je sens qu'on va se régaler tout l'hiver ! Et je profiterai de la prochaine cueillette pour les congeler. Car, je l'ignorais, mais il semblerait que les noisettes supportent très bien la congélation et ce, durant 1 an. Il suffit de les ensacher entières, avec ou sans la coque, ou moulues, dans un sachet ou une boîte de congélation fermés hermétiquement. Inutile ensuite de les décongeler pour les cuisiner. Sauf les noisettes entières que l'on souhaite moudre pour éviter tout incident. 

poudre de noisette (3)

Poudre (ou farine) de noisette

Décortiquer les noisettes au casse-noisettes.

Les étaler sur la lèche-frite et les faire torréfier au four, 10 mn à 170°.

Oter la peau en les frottant dans un torchon. A défaut, la poudre sera complète et non blanche.

Les mixer par à-coups jusqu'à obtenir la poudre désirée. Ne pas trop insister sinon ça tourne en pâte de noisette.

Conserver dans un bocal à fermeture à caoutchouc type Le Parfait ou un pot à confiture.

Délicieux dans un gâteau aux pommes (moitié-moitié avec la farine de blé), un crumble aux poires, pour la recette du creusois...

 chouchous de noisette (4)

Chouchous

Dans une sauteuse ou une casserole, déposer le même poids de noisettes décortiquées et de sucre en poudre. 125g (soit env. 150 noisettes), c’est suffisant pour régaler quelques gourmands et plus simple à remuer.

Chauffer à feu vif tout en mélangeant vivement avec une cuiller en bois jusqu’à ce que le sucre caramélise.

Hors du feu, remuer énergiquement afin de bien enrober les noisettes.

Alterner les passages sur et hors du feu sans cesser de mélanger et admirer l’évolution du sucre qui, sous l’effet de la chaleur, va se liquéfier, puis sabler grossieèrement puis finement puis de nouveau se liquéfier en sirop brun.

Remuer alors avec délicatesse pour ne pas briser l’enrobage. Retirer du feu.

Etaler les chouchous sur un tapis siliconé, en les décollant rapidement, avant que le caramel ne durcisse et ne transforme les chouchous en une seule plaque.

Une fois refroidis, les chouchous se conservent plusieurs jours dans un sachet ou une boite, dans un placard, à l’abri de la chaleur et de l’humidité.

NB : les chouchous se réalisent avec tous les fruits secs : cacahuètes non salées, pistaches, noix, noix de cajou, de macadamia, de pécan... et bien sûr amandew. Ce sont les fameuses pralines de Montargis et de Lyon (colorées en rose).

caramélisation des noisettes (1) caramélisation des noisettes (2) caramélisation des noisettes (4) chouchous de noisette (1)

 

 

pralin de noisette en poudre (3)

 

Pralin de noisette

poudre de noisette (1)Procéder de la même façon que pour les chouchous.

Une fois les noisettes caramélisées bien froides, les mixer au robot-mixeur par à-coups jusqu'à l'obtention d'une poudre grossière.

Conserver dans un bocal à fermeture à caoutchouc type Le Parfait ou un pot à confiture.

En mixant davantage (au moins 15 mn), on obtient une pâte lisse. C'est assez fastidieux car le mixeur, comme la préparation, ont tendance à beaucoup chauffer. Faire des pauses pour laisser refroidir si nécessaire.

La pâte de pralin se conserve au frais.

Idéal pour confectionner des crèmes, des glaces, la crème du paris-Brest, mais aussi de la pâte à tartiner choco-noisettes... A noter que le pralin peut aussi se réaliser avec des amandes ou un tant pour tant d'amandes et de noisettes.

poudre, pralin et chouchous de noisette (1)

Posté par magkp à 11:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 21 septembre 2015

On passe à table avec M. Bordier

Vous connaissez sans doute les beurres Bordier qui ont acquis leurs lettres de noblesse en quelques années, notamment auprès des plus grands chefs français et étrangers. Des beurres issus de crème bio de Bretagne malaxés avec un tel savoir-faire que leurs saveurs sont décuplés. Les derniers en France à être encore malaxés après barattage grâce au talent d'un fromager affineur passionné : Jean-Yves Bordier.

Si vous voulez en découvrir un peu plus sur cet homme fabuleux et ses produits divins, je vous invite à lire mon article dans le prochain numéro du magazine Papilles, en vente dès la fin octobre aux caisses des supermarchés.

2015 08 18 - La Maison du beurre Saint-Malo Jean-Yves Bordier (2) - Copie

En attendant, si vous n'êtes pas très loin de Saint-Malo, je vous invite à découvrir sa table, le Bistro autour du Beurre. Il est contigu à la Maison du Beurre, rue de l'orme, dans la ville intra-muros.

photo façade bistro autour du beurre

De l'extérieur, rien de frappant, pas de clinquant qui puisse attirer le passant. Les hôtes ici se méritent. Ils osent franchir cette porte plutôt que celle des nombreuses crêperies de la ville fortifiée. Et ils font bien ! Dès le pas de la porte, on est séduit par l'ambiance chaleureuse des lieux. La première salle est sobre, avec des murs blancs, dont l'un est couvert de bouteilles de vins, un autre est orné d'un tableau illustrant les vaches. Des vaches que l'on retrouve un peu partout dans le restaurant. Il faut dire que, sans elles, rien ne serait possible, comme aime à le rappeler M. Bordier.

2015 08 18 - Bistrot autour du beurre Saint-Malo Jean-Yves Bordier (10) - Copie

2015 08 18 - Bistrot autour du beurre Saint-Malo Jean-Yves Bordier (9) - Copie

S'ensuit une seconde salle, au fond. Et là, quelle rupture, quel choc ! Une sallle aux murs de pierre et aux portes de bois brut, tout en hauteur, comme une cathédrale, tout aussi chaleureuse que la première, mais beaucoup plus sombre, décorée d'un mélange d'objets design et de brocante et d'où surplombent les cuisines.

2015 08 18 - Bistrot autour du beurre Saint-Malo Jean-Yves Bordier (3) - Copie

2015 08 18 - Bistrot autour du beurre Saint-Malo Jean-Yves Bordier (5) - Copie

2015 08 18 - Bistrot autour du beurre Saint-Malo Jean-Yves Bordier (7) - Copie

2015 08 18 - Bistrot autour du beurre Saint-Malo Jean-Yves Bordier (1) - Copie
anciennes barattes

2015 08 18 - Bistrot autour du beurre Saint-Malo Jean-Yves Bordier (15) - Copie
Une baratte transformée en table

Un endroit où l'on se sent bien, un peu comme chez soi, propice à un bon moment. Pour ma part, il n'en était d'ailleurs que meilleur puisque j'y étais en tête-à-tête avec Jean-Yves Bordier lui-même.

A peine les pieds sous la table, l'une des serveuses vous apporte, comme le veut la tradition bretonne pour se sentir à son aise, comme à la maison, une corbeille de (bon) pain et une planchette de beurres Bordier. Commence alors une dégustation des plus fantastique pour une Normande comme moi. Ail, fines herbes et poivre de Sichuan, algues, piment d'Espelette, fenouil, yuzu, vanille de Madagascar... La valse des corbeilles va rythmer tout le repas, à ma table comme aux 10 autres. On en oublierait presque qu'on doit nous apporter nos plats !

2015 08 18 - Bistrot autour du beurre Saint-Malo Jean-Yves Bordier (18)

De ce côte-ci justement, Steve Delamaire et sa brigade vous propose une cuisine de saison, fraiche et travaillée à partir de la pêche locale et des produits du marché

Ce midi-là, l'oeuf mollet était servi avec une tombée d'épinards et une poêlée de girolles au beurre d'Ail, fines herbes et poivre de Sichuan avec une crème de persil. Une entrée pleine de saveurs, bien que l'oeuf aurait été apprécié plus coulant. Un bémol de courte durée car le plat était sublime !

2015 08 18 - Bistrot autour du beurre Saint-Malo Jean-Yves Bordier (20)

Un pavé de cabillaud au beurre à l'huile dolive et citron, à la cuisson parfaite, juste opalin comme il faut et une légère croûte dorée, accompagné d'une fondue de poireaux et de courgettes et rehaussé d'une émulsion à la menthe et citron confit. Un mariage osé et habile : un plat avec du peps grâce au citron confit, et de la fraicheur, sans doute apportée par la menthe, sans même la soupçonner. Un vrai coup de coeur !

2015 08 18 - Bistrot autour du beurre Saint-Malo Jean-Yves Bordier (21)

Pour terminer ce déjeuner, un gratin aux fruits de saison (pêche, prune) sortait tout juste du four et nous obligeait à profiter un peu plus de cette jolie adresse malouine.

2015 08 18 - Bistrot autour du beurre Saint-Malo Jean-Yves Bordier (23)

Merci Jean-Yves Bordier pour ce déliceux moment  et bravo à toute l'équipe !

Le menu du midi (entre-plat-dessert du jour) est à 18€. A la carte, comptez 37€ minimum sans boisson.

2015 08 18 - Bistrot autour du beurre Saint-Malo Jean-Yves Bordier (11) - Copie
Jean-Yves Bordier est avant tout un fromager affineur talentueux

20150921_125835
Et pour prolonger ce moment de plaisir, rien de tel qu'un petit tour à la boutique !

**************************

Bitro autour du Beurre

7 rue de l'Orme

35400 Saint-Malo

tél.: 02 23 18 25 81

www.lebeurrebordier.com/bistrot-autour-du-beurre

Posté par magkp à 15:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 1 septembre 2015

Bonne rentrée !

Eh bien, ça y est : nos loulous ont débarassé le plancher ! Enfin seules et tranquilles !!! Non je plaisante (quoique). Et que diriez-vous d'une petite recette sympa pour le dîner, histoire de les réconforter si besoin est ?

bouchées de volaille panées aux pignons de pin et parmesan

Bouchées de poulet au parmesan et pignons de pin

Pour 4 gourmands :

- 600g d’escalopes de dinde ou de poulet
- 2 oeufs
- 4 tranches de pain de mie
- 60g de pignons de pin
- 60g de parmesan
- sel, poivre

Préchauffer le four à 210°.

Faire griller le pain de mie au grille-pain. Couper en gros morceaux le parmesan.

Dans le bol du robot-mixeur, disposer le pain de mie découpé grossièrement, les pignons de pin et le parmesan.
Mixer pour obtenir une chapelure pas trop fine.

Dans un plat creux, battre les oeufs à l’aide d’une fourchette.
Les saler et les poivrer.

Couper les escalopes de volaille en morceaux de 4 cm de côté environ.

Déposer les morceaux dans l’oeuf puis dans la chapelure en veillant à bien les enrober de tous côtés.

Au fur et à mesure, déposer les morceaux panés sur une plaque anti-adhésive ou sur la lèche-frite.

Enfourner pendant 10 minutes.

Les bouchées de volaille sont prêtes lorsqu’elles sont bien dorées.

Servir avec un caviar de tomates ou une bonne sauce tomate et un flan de courgettes.

 

Bonne rentrée à tous !

Posté par magkp à 10:50 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,


lundi 10 août 2015

Je fais quoi des restes ? Une salade pardi !

Ce n'est pas parce qu'il y a plein de restes dans le frigo que l'on est obligé de se gaver d'un j'y-fourre-tout ragoutant ! La preuve avec cette petite salade apétissante et suffisamment rassasiante pour un déjeuner ou un diner vite fait, bien fait !

salade riz haricots thon (2)

Salade de riz aux légumes d'été

Pour 4 :

- env. 120g de riz basmati cuit

- 2 belles poignées d'haricots verts fraichement cuits (à l'eau ou à la vapeur)

- 8 tomates cocktail

- 1 boite de thon à l'huile

- 1 bocal d'artichauts à l'huile

- un petite portion d'Emmental de Savoie

- 1 petite échalote

- 1 cs de vinaigre de vin blanc à l'estragon

- 2 cs d'un mélange d'huiles neutres (tournesol, pépins de raisin, graines de lin...)

- 1 cs de moutarde à l'ancienne

- sel, poivre

Eplucher et émincer finement l'échalote.

Dans un saladier, préparer la vinaigrette en laissant dissoudre le sel et la moutarde dans le vinaigre. Ajouter le poivre, l'échalote et l'huile en émulsionnant.

Vider le contenu de la boite de thon en récupérant l'huile (léquivalent d'une cuillérée à soupe qui complète celles déjà ajoutées dans la vinaigrette).

Emietter grossièrement le thon.

Ajouter le riz, les haricots verts coupés en tronçons, les tomates etles artichauts en morceaux, l'Emmental en lamelles.

Bien mélanger.

Réserver au frais jusqu'au moment de servir.

Posté par magkp à 08:34 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

lundi 3 août 2015

Des bruschette bien parfumées

Quand je pense rouget, me revient aussitôt le souvenir d'un été où nous nous étions régalés d'un repas tout simple mais divin : des filets de rouget simplement grillés au barbecue (1 mn par face) et servis avec des petites pommes de terre nouvelles cuites en robe des champs et une belle noisette de beurre salé. Ce n'était pas de la grande cuisine mais les produits étaient frais et excellents et c'est ce qui suffisait à nous transporter.

Il faut dire que le rouget barbet est un poisson délicat et savoureux. Comme beaucoup de poisson, il doit cuire très rapidement (au four, à la poêle ou à la plancha) pour ne pas s'assécher. Certes, il n'est pas donné mais, à la saison, il peut être abordable.

Préférez des spécimens issus de la pêche bretonne ou méditerranéenne, avec tête, yeux et viscères, signes de grande fraicheur. Faites lever les filets par le poissonnier si vous n'osez pas vous lancez car ce poisson fragile mérite des attentions.

Servez simplement avec une purée de pommes de terre à l'huile d'olive, une ratatouille, des légumes grillés, du fenouil confit... Ou comme ici, à l'apéro sur des tartines.

20150205 bruschette de rouget à la tapenade

Bruschette de rouget à la tapenade

- 8 rougets barbets

- 200g d'olives noires dénoyautées

- 2 filets d'anchois au sel (ou une conserve)

- 15 cl d'huile d'olive

- poivre

- piment d'Espelette en poudre

- du pain de campagne ou de la baguette de tradition

Lever les filets des rougets si ce n'est pas fait. Oter les arêtes à l'aide d'une pince.

Les rincer et les essuyer.

Les couper dans le sens de la largeur en bandes de 3 cm environ. Les ranger sur une lèchefrite côté peau en-dessous.

Les badigeonner d'huile d'olive, parsemer du piment d'Espelette en poudre. Réserver au frais.

Dessaler les filets d'anchois sous l'eau courante et les essuyer avec du papier absorbant.

Déposer les filets d'anchois et les olives dans le bol d'un robot mixeur. Poivrer. Ajouter 10 cl d'huile dolive.
Mixer à grande vitesse jusqu'à l'obtention d'une fine purée. Réserver.

Couper les tranches de pain en morceaux de 4 cm environ.

Les déposer sur une grille de four. Les badigeonner d'huile d'olive.

Faites chauffer le four à 180°.

Enfourner le pain jusqu'à ce qu'il soit bien doré. Réserver au chaud (sous une feuille papier alu).

Napper les tartines de tapenade.

Enfourner les filets de rougets 3 mn environ et les déposer sitôt sortis du four sur les tartines.

Servir sans attendre.

20150205 filets de rouget découpés

20150205 filets de rouget

20150205 préparation de la tapenade

20150205 tapenade

20150205 tartines grillées

067-FranceAgriMer 05022015 @bluepresse

087-FranceAgriMer 05022015 @bluepresse

118-FranceAgriMer 05022015 @bluepresse
crédit photos : FranceAgriMer@bluepresse

Posté par magkp à 08:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 27 juillet 2015

Des confitures encore et toujours !

Comme chaque été, le temps des confitures est bel et bien là. Cette fois-ci, ce sont les groseilles rouges et à maquereaux qui sont passées à la casserole. Pour notre plus grand bonheur au petit-déjeuner...

gelée de groseilles (6)

Gelée de groseilles

- groseilles rouges

- groseilles à maquereaux

- sucre cristallisé (800g pour 1 kg de jus recueilli)

Egrapper les groseilles. Retirer les feuilles et les bestioles qui se sont glissés dans la cuiellette !

Les déposer dans une bassine avec un fond d'eau et porter à ébullition (ça tue les derniers intrus).

Egoutter dans une passoire.

Ebouillanter des pots à confiture et leurs couvercles dans une bassine d'eau.

Les retirer avec une pince et les déposer à l'envers sur un torchon propre.

Pendant ce temps, passer les fruits au moulin à légumes (tamis fin).

Peser le jus.

Verser dans la bassine à cuire et ajouter le sucre (selon le poids du jus recueilli).

Porter à ébullition et laisser cuire jusqu'à ce que la gelée prenne (10 mn de cuisson environ) en remuant régulièrement à la cuiller en bois.

Verser dans les pots à l'aide d'un entonnoir à large col, visser les couvercles et retrouner immédiatement les pots.

Laisser refroidir et réserver dans la cave, à l'abri de la lumière.

groseilles (1)

gelée de groseilles (1)

gelée de groseilles (5)

 groseilles à maquereaux (5)

Posté par magkp à 07:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 20 juillet 2015

Mauviel ou l'art de travailler le cuivre culinaire

Si vous suivez Mag'cuisine depuis quelques temps, vous savez sans doute que j'ai un faible pour le patrimoine régional de Normandie (d'ailleurs aussi, je vous rassure !). Et lorsqu'il est lié à la gastronomie, ça me plait encore davantage. Or, ici, nous sommes gâtés. Non seulement, notre région est riche d'une agriculture variée (élevage, maraichage...) et d'une pêche propice, mais en plus, elle bénéficie du fleuron d'entreprises historiques dans l'art de la table et de la cuisine : Guy Degrenne à Vire, Franke / Roblin (hottes) ou encore Mauviel 1830 à Villedieu-les Poêles. Je vous épargne les entreprises de renommée internationale dans d'autres domaines comme Louis Vuitton ou Saint-James.

Je n'ai pas encore eu l'occasion de visiter les entreprises Guy Degrenne et Franke. En revanche, j'ai eu la chance d'être accueillie à deux reprises par Valérie Leguern, 7ème génération de la famille Mauviel. Je parle de chance car je possède des produits Mauviel 1830 que j'apprécie vraiment au quotidien. Et puis je voue une admiration sans borne pour les gens qui savent faire quelque chose de leurs mains. je suis toujours impressionnée de voir à quel point d'un simple matériau certains sont capables de faire de belles choses. Et je dois avouer, qu'ici plus qu'ailleurs, ce constat est vivace.

Laissez-moi vous conter cette jolie manufacture...

Mauviel a été officiellement créée en 1830 par Ernest Mauviel dans une petite bourgade du Sud de la Manche, siège d’une confrérie de dinandiers, de poêliers et de fondeurs de cloches (celles de Notre-Dame à Paris en viennent) dès la fin du XIIème siècle : Villedieu-les-Poêles. Pour la petite histoire, ce sont ces activités qui ont donné le nom de la ville en 1962 (auparavant, elle s'appelait Villedieu) d'une part, d'autre part, celui de ses habitants, les Sourdins, que le martelage du cuivre rendait sourds.

Dès sa création, la manufacture se spécialise dans le cuivre nu pour la pâtisserie, le cuivre étamé et l'aluminium. Elle ne fabrique alors que pour des distributeurs français et ne poinçonne pas ses articles à son nom mais aux leurs. C'est sans doute pour ça que le nom Mauviel est assez méconnu du grand public en France, malgré les 1200 pièces fabriquées par jour.

A l'étranger, c'est différent. Mauviel, qui a équipé les cuisines du Titanic, est exporté depuis 1962, notamment aux Etats-Unis grâce à Williams Sonoma, une entreprise américaine de distribution de meubles, fournitures de cuisine, linge de maison et accessoires pour l'habitat, mais aussi dans le reste du monde y compris l'Asie depuis 2012. Référence mondiale, Mauviel fournit 80% des professionnels jusqu'en 2002. Elle y connaît aussi un grand succès auprès du grand public à l'étranger car, même sans cuisiner, les gens aiment s'équiper de matériel professionnel venu de France, symbole de la gastronomie. 60% de son CA est alors réalisé à l'export.

Depuis quelques années, l'ambition de l'entreprise est de faire connaitre davantage son nom en France, auprès des particuliers. Mais le cuivre n'a pas autant de succès ici qu'ailleurs. Mauviel 1830 ne vend que 9% de pièces en cuivre en France. Pour ce faire, l'entreprise fait évoluer ses produits. En 1988, la manufacture lance le bilaminé (90% de cuivre / 10% d'inox) ; en 1995, c'est au tour du multi-couches inox pour l'induction de faire son apparition. Une révolution dans le monde de la casserole ! Grâce aux 5 couches qui recouvrent l'ensemble du produit (fond et parois), la conduction de chaleur est comparable à celle de l'alu et du cuivre. Un litre d'eau bout en 6 mn dans une casserole en inox standard, en 3 mn avec une M'Cook. En 2004, la manufacture concrétise sa volonté d'être présent auprès du grand public en poinçonnant à son nom les nouvelles montures en fonte d'inox.

Pour Valérie Leguern, l'important est de respecter ce qui a été fait durant 7 générations et de transmettre le savoir-faire et la qualité des produits quels que soient les clients, grands chefs cuisiniers comme particuliers. Dans son atelier de production de Villedieu qui rassemble une soixantaine d'ouvriers, on ne déroge pas à la règle : un produit Mauviel 1830 est garantie à vie.

D'une plaque de métal à une casserole...

Chaque jour, l'atelier de production reçoit des feuilles planes de cuivre, d'inox et d'aluminium (des "flans") qui sont d'abord découpées en bandes à la cisaille puis détourées en cercles.

2015 05 22 - Mauviel (1)

2015 05 22 - Mauviel (2)

2015 05 22 - Mauviel (3) - le détourage

La mise en forme se fait ensuite selon des techniques d'emboutissage (à la presse) et de repoussage (avec un tour). Ce travail de dinandier nécessite un réel savoir-faire et quelques années d'expérience car ici, rien n'est automatisé. Chaque pièce est fabriquée manuellement et/ou mécaniquement. C'est la main de l'homme qui oeuvre, assistée de machines plus ou moins anciennes et uniques.

2015 05 22 - Mauviel (6) - presse à emboutir

2015 05 22 - Mauviel (9) - presse à emboutir

2015 05 22 - Mauviel (13)

Les pièces embouties sont réalisées à partir d'une forme qu'on appelle un mandrin, fabriqué par un prestataire extérieur. Un ouvrier commande 2 à 3 presses. Chaque machine emboutit jusqu'à 200 tonnes de pression. Les pièces sont ensuite rognées et lissées pour ôter le surplus de matière et l'uniformiser.

2015 05 22 - Mauviel (4) - poste de repoussage

2012 - Mauviel 1830 (10) - le repoussage

Les poêles et les marmites sont, elles, réalisées à partir de la technique de repoussage. L'ouvrier façonne sa pièce à l'aide d'un tour. Il faut au moins 2 ans pour apprendre le geste et plusieurs années pour le maîtriser.

2015 05 22 - Mauviel (69) - poste turbotières

2015 05 22 - Mauviel (71) - poste turbotières

2015 05 22 - Mauviel (64) - poste turbotières

2015 05 22 - Mauviel (65) - poste turbotières

2015 05 22 - Mauviel (73) - bordage

Un poste spécial est destiné à la seule réalisation des turbotières et poissonnières. Le dinandier y exprime tout son savoir-faire : il rétreint le métal à l'aide d'un marteau pour lui donner une forme et lever les bords, plane à la batte, soude, borde (réalise un bord, comme un ourlet, à la main)... 4h30 à 5h sont ainsi nécessaires pour former une turbotière.

2015 05 22 - Mauviel (14)

Une fois mises en forme, les pièces (casseroles, poêles) revêtues d'une couche antiadhésive sont alors envoyées chez un sous-traitant qui applique le revêtement, avant de reprendre leur bonhomme de chemin dans l'atelier.

Les pièces rondes en inox passent au rayonnage intérieur, effectué par une borne abrasive en rotation ; celles rectangulaires (comme les plaques à cuire) au microbillage.

2015 05 22 - Mauviel (15) - avec et sans rayonnage

2015 05 22 - Mauviel (20) - microbillage

Les pièces en cuivre sont, quant à elles, étamées. Cette étape spectaculaire consiste à recouvrir l'intérieur de la pièce de deux couches d'étain chauffé à 350°, refroidi dans l'eau et frotté. Tout va très vite et le moindre faux pas compromet la pièce.

2015 05 22 - Mauviel (46) - étamage du cuivre

2015 05 22 - Mauviel (47) - étamage du cuivre

2015 05 22 - Mauviel (57) - étamage du cuivre

2015 05 22 - Mauviel (48) - étamage du cuivre

2015 05 22 - Mauviel (58) - étamage du cuivre

2015 05 22 - Mauviel (56) - étamage du cuivre

Selon la tradition, les pièces de cuivre peuvent aussi être martelées. Une opération qui se fait à l'oeil par un ouvrier expert en la matière, pour des pièces uniques.

2015 05 22 - Mauviel (78) - martelage du cuivre

Vient ensuite le moment du polissage extérieur puis du satinage des fonds, une étape purement esthétique, du perçage, du montage des montures par riveteuse et du poinçonnage qui, selon les pièces, est automatisé ou manuel.

2015 05 22 - Mauviel (32)

2015 05 22 - Mauviel (33) - polissage

2015 05 22 - Mauviel (35) - polissage

2015 05 22 - Mauviel (30)

2015 05 22 - Mauviel (37) - avec ou sans satinage

2015 05 22 - Mauviel (43) - perçage

2015 05 22 - Mauviel (44) - poêle tout juste percée

2015 05 22 - Mauviel (83)

2015 05 22 - Mauviel (39) - montage de la monture

2015 05 22 - Mauviel (82)

Une fois contrôlée par deux femmes aux yeux de lynx, chaque pièce est ensuite emballée à la main avant d'être envoyée en magasin.

2015 05 22 - Mauviel (84)

2015 05 22 - Mauviel (85)

2015 05 22 - Mauviel (88)

2015 05 22 - Mauviel (90)

Une Expositon universelle

Depuis le 1er mai et jusqu'au 31 octobre, le savoir-faire normand rayonne à l'Exposition universelle de Milan grâce à Mauviel 1830. Eblouissant, l’immense plafond du Pavillon Français est constellé de 370 ustensiles réalisés par la célèbre manufacture de Villedieu-les-Poêles.

Casseroles, poêles et autres accessoires en cuivre, en aluminium et en inox sont suspendus afin de former une sculpture aussi impressionnante qu’inattendue. Une véritable oeuvre d’art qui marquera sans aucun doute l’esprit de plus de 20 millions de visiteurs attendus.

Au Café des Chefs, restaurant du pavillon de la France, neuf grands chefs, tous vainqueurs ou finalistes du prestigieux concours du Bocuse d’Or et membres de l’association des Bocuse d’Or Winners, mettent chaque jour en valeur des produits du terroir avec des menus étudiés pour proposer des prix accessibles. A la clé, de savoureux plats, exécutés avec talent et passion dans des ustensiles Mauviel 1830 pour décliner la cuisine française dans tous ses états.

Chapeau bas Mauviel 1830 !

***********

Mauviel 1830

47 route de Caen - 50800 Villedieu-les-Poêles

 www.mauviel.com

Comptoir (magasin d'usine) ouvert du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 18h / mauviel-boutique.com

Posté par magkp à 07:33 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 13 juillet 2015

Local et de saison, c'est tout bon !

Vous avez peut-être décidé de passer vos vacances en Normandie ? Je ne peux que vous encourager à le faire ! Le Pays de La Hague, comme vous avez pu le constater, est simplement magnifique et dépaysant. Celui du Mont-Saint-Michel le serait tout autant sans la horde de touristes qui l'envahit à la saison. Il faut alors savoir sortir des sentiers battus, tant pour le chemin qui y mène (éviter la nationale, Avranches-Pontorson et optez pour la route côtière par Courtils et Huysnes) que pour la visite sur le Mont ou pour les restaurants. Ceux sur le Mont sont évidemment des attrape-touristes, sortes de cantines avec vue sur la baie ou pas ! La Mère Poulard reste une cependant une adresse mythique, mais vous savez par avance que vous ne mangerez jamais aussi chère une omelette ! Les restaurants aux alentours sont tout autant décevants. Une impression d'être quand même un peu pris pour des c... Quelques exceptions cependant, si vous vous éloignez un peu. C'est notamment le cas du Sillon de Bretagne, qui borde la nationale sur la commune de Tanis. Ne vous fiez pas à l'extérieur, vous passeriez à côté d'une jolie adresse !

C'est dans une vieille maison de pierre que le couple Xerri officie : Monsieur est en salle, Madame est en cuisine. Les vieux meubles normands donnent le ton. Ici, tout est fait maison, avec des produits du cru. Excepté pour le vin que Monsieur va chercher chez des producteurs français qu'il affectionne. L'agneau de Pré-Salé est donc à l'honneur, tout comme les légumes qui sont cultivés aux alentours, le poisson, le boeuf, la volaille, les produits crémiers et cidricoles. Avec une prédilection pour les produits issus de l'agriculture bio.

Nous sommes allés dîner un soir d'avril et il s'agissait encore de la carte d'hiver. Une carte bien en rapport avec la météo.

2015 04 09 Le Sillon de Bretagne - foie gras

Le foie gras maison était cuit comme il faut, les oignons confits qui l'accompagnaient délicuesement croquants et parfumés.

2015 04 09 Le Sillon de Bretagne - Tatin 2 pommes camembert

La tatin au camembert et aux deux pommes était parfaitement équilibrée et caramélisée juste ce qu'il faut.

2015 04 09 Le Sillon de Bretagne - sauté d'agneau de pré salé

En plat, il y avait ce soir-là un sauté d'agneau de Pré-salé, cuisiné avec des légumes des sables et accompagné d'une semoule. Un plat parfumé et fondant.

2015 04 09 Le Sillon de Bretagne - lieu noir au beurre rouge

Le lieu noir était servi avec une sauce au beurre rouge bien réalisée.

2015 04 09 Le Sillon de Bretagne - boeuf

La pièce de boeuf s'accomodait d'une brick de légumes et d'une endive braisée.

2015 04 09 Le Sillon de Bretagne - lieu jaune et risotto

Le lieu jaune, quant à lui, était accomodé avec un risotto et une sauce à la crème. Un régal !

2015 04 09 Le Sillon de Bretagne - éclair chocolat marron

En dessert, nous avoions le choix entre glace artisanale, café gourmand, tarte aux pommes et éclair à la mousse de marron et au chocolat.

Un bon point pour cet établissement aux portes du Mont-Saint-Michel. La cuisine y est simple mais parfaitement maîtrisée. Les produits sont d'une exceptionnelle qualité, les vins dénichés avec choix. Seul bémol, une odeur d'humidité qui peut déranger et des chaises anciennes pas trop confortables.

Menu du jour à 19,50€ ou autre menu à 29,50€ (hors boisson) avec une entrée, un poisson ou une viande et un dessert.

Restaurant le Sillon de Bretagne

14, route nationale - Brée - 50170 Tanis

Tél. : 02 33 60 13 04

www.sillondebretagne.free.fr

Posté par magkp à 08:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,